Accueil > Photos > Semaine en images n°539-540-541 : Défaite avant les sanctions (...)



Semaine en images n°539-540-541 :
Défaite avant les sanctions !

14.07.2018

.En 2016 , Washington a renoncé à sa diplomatie islamiste conçue par le géopoliticien russophobe et sinophobe Brzezinski, car elle avait produit des troubles géopolitiques graves sans lui offrir des alliés bénéfiques à ses intérêts pétroliers. Le changement de ligne a été concrétisé par la mise à l’écart de l’Establishment républicain et démocrate en place depuis 1973 par des révélations pénalisantes sur son candidat Hillary Clinton pour aider l’élection de Trump qui n’en faisait pas partie.

.En 2017 , sous l’impulsion de ce changement diplomatique majeur américain, les États arabes ont enfin été autorisés à évoquer le terrorisme sciemment déstabilisateur des mollahs dans le golfe Persique et le bassin méditerranéen. Moqtada Sadr et le Hezbollah ont aussi fait un pays vers l’Arabie Saoudite, privant les mollahs de leur ingérence décisive en Irak et au Liban.

.Fuite en avant & conséquences | Les mollahs ont alors amplifié leur soutien aux Houthis. Ils ont aussi essayé de s’allier les Européens contre Trump en leur vendant du pétrole très bon marché et en leur achetant tous leurs surplus non vendus. Mais ces partenaires commerciaux n’ont pu les sauver en raison de leur terrorisme. Les mollahs se sont retrouvés incapables d’approvisionner leur marché intérieur. Ils ont annulé les épargnes de leurs miliciens de base pour limiter leur pouvoir d’achat et éviter une pénurie généralisée.

En novembre dernier, ces miliciens se sont révoltés en se ralliant au peuple pour demander par leurs slogans la fin du régime et le rétablissement de la monarchie progressiste des Pahlavi.

Les mollahs, incapables de riposter, ont alors menacé la sécurité du détroit d’Ormuz. Les grandes puissances dont la Russie les ont punis en les privant de tout investissement étranger en renouvelant leur classement sur la liste noire des pays qui financent le terrorisme  ! Ils ont intensifié ce terrorisme en Syrie contre les Américains et les Israéliens pour diviser cette coalition. Ils ont excédé la Russie et la Syrie. Ils ont laissé les troupes de l’OTAN (États-Unis+France+Grande-Bretagne) bombarder le centre de commandement des actions terroristes des mollahs situé à Al Qisa près de Damas, les privant de tout moyen pour assurer leur survie par le chaos.

Trump a alors profité de cette unité contre les mollahs pour se retirer de l’accord de Vienne et demander un nouvel accord pour garantir la fin de leur terrorisme. Il a aussi annoncé le rétablissement progressif des précédentes sanctions américaines contre eux et leurs partenaires pour y parvenir.

Les autres signataires, les 4+1 dont les Européens, qui étaient ces partenaires, ont critiqué Trump tout en lui donnant raison sur le fonds et ont tenté d’obtenir des compensations pour leur soutien à son plan. Trump a contré ses manœuvres qui retardaient son succès en s’approchant des Russes tout en annonçant des sanctions contre les Européens et les Chinois.

Les mollahs ont alors tablé sur un revirement des Européens en leur faveur, mais ces derniers n’ont pas choisi les mollahs. Les collaborateurs du régime ont paniqué et se sont rués sur le dollar et l’or pour se remplir les poches et fuir. Les opposants du régime ont profité de ce désordre pour manifester à tout prétexte.

Les mollahs ont alors provoqué une émeute populaire d’une ville de garnison de Kazeroun avec l’espoir d’écraser les habitants pour rassurer les collaborateurs. Mais les miliciens présents sur place ne sont pas intervenus contre le peuple et Kazeroun est devenu la vitrine de l’incapacité des mollahs à assurer leur sécurité. Les routiers iraniens ont alors cessé de travailler pour les paralyser et les faire chuter !

Dans notre dernière analyse, nous avons signalé qu’il y a trois semaines, alors que le régime était déstabilisé par cette grève, Trump a accéléré son jeu en annonçant qu’il allait rencontrer leur seul fournisseur balistique, Kim Jung Un ! La Russie consciente du renforcement de Trump à l’issue de cette rencontre a vite confirmé son deal avec Trump en mettant fin au projet d’investissement de Lukoil en Iran. La Chine a aussi choisi Trump en payant de lourdes pénalités qu’il exigeait pour continuer à être présent sur le marché américain. L’Europe a renoncé à sa demande d’exemption des sanctions pour ses grandes entreprises partenaires des mollahs !

Les compagnons du régime ont alors pris leur distance à l’occasion de plusieurs journées officielles, dont celle de la communion annuelle avec Khomeiny. Les routiers ont mis en évidence ce boycott en bloquant l’accès des villes empêchant les mollahs de déployer des réfugiés afghans afin de combler le manque de participation de leurs collaborateurs à la journée du refus du sionisme !

Les mollahs, totalement déstabilisés, ont menacé de quitter l’accord de Vienne, mais n’ont pas osé mettre à exécution leur menace. Rohani est parti en Chine en annonçant qu’il allait obtenir le soutien de la Russie et de la Chine lors du sommet à venir de l’organisation de Coopération de Shanghaï alors que les dirigeants de ces pays les avaient rejetés ! On a compris qu’il bluffait pour empêcher la propagation de la panique chez les derniers fidèles au régime !

Voici le récit compact ce qui est passé depuis : tous les bluffs et les mensonges qui devaient sauver les mollahs ont conduit à une crise irréversible qui menace sérieusement le régime des mollahs !



---Semaine 539 :---
---à l’ombre terrible du deal Trump-Kim Jun Un---

Samedi 9 juin 2018 (19 Khordad 1397), les accès à la ville de Téhéran étaient encore bloqués par les routiers, mais les journaux du régime annonçaient que la journée islamiste et anti-israélienne de Qods avait été un grand succès ! Les mollahs niaient donc l’absence de la mobilisation qui signalait leur rejet par le peuple et la peur de leurs collaborateurs de monter au créneau en leur faveur !

JPEG - 43.4 ko
JPEG - 203.8 ko
PNG - 1 Mo

© IRAN-RESIST. ORG

Mais Abrar, organe des miliciens-politiciens-affairistes-opportunistes, et Javan, organe des cadres miliciens résolument dissidents, signalaient que les Européens s’étaient finalement alignés sur les attentes de Trump, car ils avaient annoncé qu’ils allaient baisser leurs achats pétroliers iraniens.

JPEG - 142.9 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Au même moment, Macron affichait une bonne entente avec Trump lors du sommet de G7 tout en continuant à vendre son soutien à ses sanctions contre les mollahs en échange de belles compensations.

JPEG - 101.3 ko
JPEG - 185.8 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Le régime a vite parlé d’une très grande mésentente entre les deux pour prétendre qu’il lui restait une chance de survie et a dit que cette mésentente allait aussi permettre à Rohani de faire virer de bord la Chine et la Russie ainsi que les pays membres de l’OCS. Rohani avait pourtant aligné les rencontres en Chine en commençant par Poutine sans rien obtenir de sa part et de la part de ses autres invités ! On n’a vu aucune image de ces belles rencontres ! La direction du régime mentait donc sur la situation internationale pour éviter la panique chez ses derniers collaborateurs !

Les Parlementaires voyous ont annoncé l’adoption dimanche des lois conformes aux attentes du FATF pour aider Rohani face à l’OCS, mais l’annonce n’a pas changé l’absence de soutien au régime en Chine.

Les miliciens dissidents ont interviewé un mollah nommé Rahimian pour dénoncer les liens entre les mollahs dits conservateurs avec ceux modérés et les islamistes liés à Washington et signaler que les mollahs allaient sans doute capituler et mettre en avant leurs « modérés » pour négocier leur sortie de pouvoir avec Trump !

Les miliciens dissidents ont souligné la faillite des mollahs en révélant qu’ils proposaient à présent de relancer l’industrie pétrolière grâce aux investissements de tous les Iraniens ! Ainsi au lieu de déposer les revenus du pétrole comme l’avait promis Khomeiny sans tenir sa promesse, ses successeurs voulaient prendre les maigres revenus des Iraniens pour relancer une industrie qu’ils avaient accaparée à leur seul bénéfice !

Les mollahs se doutant que leurs compagnons allaient paniquer en raison du boycott de la veille et l’insuccès de Rohani ont ouvert la bourse par une forte injection de fonds (300 milliards de tomans/env. 71 millions de dollars) pour rassurer les gens et prétendre qu’ils avaient signé de bons contrats, mais les gens du régime n’ont pas été dupes. Ils ont paniqué. Ils se sont mis à vendre des actions, l’indice a chuté. Ils se sont également mis à acheter de l’or et le régime a dû augmenter de 115,000 tomans son prix de vente aux revendeurs de Bazar relevant son prix à 2,265 millions de tomans. !

PNG - 335.1 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Au cours de l’après-midi, les mollahs ont annoncé de nouveaux succès pour Rohani, mais en l’absence d’annonce de contrats, personne n’a pu les croire. Les chefs Pasdaran ont aussi annoncé des victoires sur des terroristes hostiles au régime pour prétendre qu’ils avaient des troupes, mais en absence d’images des saisies d’armes qu’ils avaient annoncées, tout le monde conclut qu’ils bluffaient et qu’ils n’avaient pas les troupes indispensables pour sauver le régime ou même leur propre peau !

Dimanche 10 juin 2018 (20 Khordad 1397), les médias du régime annonçaient de grands succès pour Rohani avant la réunion de l’OCS ! Il avait obtenu le soutien financier de la Russie et aussi de la Chine !

JPEG - 176.2 ko
PNG - 663.9 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Mais la réalité était différente, car il n’y avait aucun soutien aux mollahs. Les miliciens dissidents avaient rappelé l’appel à l’investissement des Iraniens pour la relance de l’industrie pétrolière. De plus, les routiers iraniens ont annoncé le soutien des collègues de plus de 140 pays ! Les ouvriers des aciéries d’Ahwaz ont aidé les routiers en bloquant la route stratégique vers Téhéran pour empêcher l’approvisionnement énergétique de la capitale par les citernes des Pasdaran et augmenter la panique interne !

JPEG - 50.3 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les pays membres de l’OCS ont aussi exigé l’application de l’accord de Vienne sans contrer les sanctions américaines et sans rien accorder aux mollahs !

Les députés voyous qui aident les mollahs dans l’espoir d’obtenir des dollars ou de l’or à bas prix ont renoncé au projet de voter leur pseudo-adhésion au FATF au prétexte que cela pouvait mettre en danger Soleymani, le patron de leurs milices régionales. Ils ont fait diversion en attribuant leur revirement à l’invasion des étudiants pro-régime avec un long rouleau de papier faisant état des dizaines de milliers de signatures de gens hostiles à cette loi ! Mais ils ont annoncé un nouveau vote dans 2 mois (avant l’entrée en vigueur des premières sanctions américaines) dans l’espoir de les retarder par leur pseudo-adhésion à la lutte contre le terrorisme.

JPEG - 144.9 ko
JPEG - 136.1 ko
JPEG - 186.5 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Cette disponibilité des mollahs et associés à demeurer dans les manœuvres dilatoires sans consistance et superficielles a évidemment maintenu la panique parmi leurs associés. L’indice bousier a plongé sous l’effet de la hausse des offres de vente. Les mollahs refusaient d’acheter par peur d’amplifier la panique ! Les gens se sont rués sur les pièces d’or du régime. In fine, les mollahs ont augmenté leur injection de fonds pour limiter la chute de l’indice (il a fini à -161) et ils ont augmenté encore le prix de leur pièce de 145,000 tomans s’approchant du seuil record de 2,5 millions de tomans pour limiter leur perte.

PNG - 335.1 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Au cours de l’après-midi, ils se sont inventé des succès en Chine, mais la résolution finale du sommet de l’OCS a démenti leur dire, car elle ne faisait aucune allusion à leur existence ! Ils ont alors zappé leur virée chinoise et cherché l’apaisement avec la rue en se disant favorables aux espaces publics de paroles libres.

Les mollahs ont aussi rappelé leur pression sur les Européens et rassuré leurs pauvres collaborateurs avec les garanties qu’ils exigent des Européens ! Mais ces derniers n’ont pas répondu. Khamenei a alors reçu les universitaires miliciens du régime et a reparlé de la reprise de l’enrichissement et aussi du référendum pour l’avenir de la Palestine, pour montrer que le régime pouvait aller vers le pire ou le meilleur afin d’inciter les Européens à intervenir, mais ils ne l’ont pas fait.

JPEG - 179.7 ko
JPEG - 180.8 ko
JPEG - 276.7 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Lundi 11 juin 2018 (21 Khordad 1397), les mollahs annonçaient encore le soutien de la Chine dans leur média anglophone dans l’espoir de perturber les Européens ! Les mollahs niaient donc leur nouvelle défaite.

PNG - 604.9 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les miliciens dissidents avaient mis en avant la hausse de la pièce d’or du régime pour signaler que les gens du régime avaient conscience de la défaite du régime. Ils insistaient sur la rencontre prévue entre Trump et Kim Jung Un pour amplifier la panique.

JPEG - 159 ko
JPEG - 199.9 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Sous l’effet des défaites de la veille et celles à venir, la panique s’est amplifiée au sein du régime. Les employés de la mairie de Téhéran ont rejoint la contestation ! Les médecins d’hôpitaux publics (qui sont parmi les gens les plus pauvres) étaient aussi descendus dans la rue. On a compris qu’ils n’étaient pas payés !

Les agriculteurs de nombreuses régions étaient aussi dans la rue pour signaler et condamner ! l’arrêt définitif de distribution de l’eau dans leurs villes ! Les Bazaris ont aussi arrêté de travailler pour protester contre le refus du régime de leur vendre le dollar à 4200 tomans et sa volonté de le leur vendre jusqu’à deux plus cher sur le marché noir qu’il autorise non officiellement. Tout faisait état de pénurie de tout en Iran et la volonté pour le régime de préserver ses stocks (d’or, de dollars et de l’eau-indispensable à de nombreuses industries) en prévision à une situation aggravée par les sanctions ou la chaleur estivale plus forte que d’habitude.

- - - - Images - - - - - ! Manif Bazaris
© IRAN-RESIST. ORG

La bourse a plongé. La demande d’or a augmenté. Le régime n’a pas augmenté ses injections de fonds et a relevé le prix de sa pièce d’or.

Alors que les mollahs désespéraient, le hangar irakien qui contenait les bulletins de vote en faveur de Moqtada Sadr a pris feu avant un décompte prévu suite à la contestation des résultats par des Irakiens proches des mollahs.

JPEG - 172.7 ko

© IRAN-RESIST. ORG

On a supposé qu’ils voulaient annuler les élections, mais aussi accuser Sadr de fraude pour l’éliminer de la course afin de démontrer leur capacité à déstabiliser la région ! Il s’agissait de provoquer une grande crise afin de perturber la marche en avant de Trump avant sa rencontre avec Kim Jung Un !

Mais Moqtada Sadr a pu sauver les caisses de bulletins grâce à l’intervention de ses partisans ! Les mollahs n’ont guère salué ce sauvetage qui évitait une grosse crise à l’Irak ! Les Irakiens proches des mollahs ont dû condamner l’incendie comme un attentat contre la démocratie en Irak et ont aussi dû féliciter Sadr !

Les mollahs ont tenté de rassurer les leurs en parlant par l’intermédiaire de Soleimani de la victoire électorale du Hezbollah (qui leur est dévoué au Liban) ! Mais cela étant faux, la bourse est restée en crise et l’indice a fini en baisse par rapport à la veille.

À quelques heures de la rencontre entre Trump et Kim Jung Un, les mollahs se sont retrouvés à court d’idées pour perturber la rencontre et handicaper Trump. Ils ont choisi le mensonge rassurant en affirmant que Trump n’avait aucun moyen de leur imposer un embargo.

Les chefs Pasdaran ont aussi annoncé de nouvelles arrestations et des saisies de munitions pour insinuer qu’ils avaient les moyens de protéger le régime ! Mais sans photo publiée par leur service, tout le monde devait en douter sérieusement !

Ils ont alors ouvert les négociations avec les routiers en leur offrant tout ce qu’ils pouvaient demander et plus. Tard dans la nuit, ils ont annoncé un accord et la fin de leur grève pour apaiser leurs collaborateurs paniqués !

Mardi 12 juin 2018 (22 Khordad 1397), Trump devait rencontrer Kim Jung Un à deux jours de son propre anniversaire ! La rencontre destinée à affaiblir les mollahs était son cadeau à lui-même ! Les médias du régime évoquaient les espaces de paroles libres et l’incendie dans le dépôt des bulletins de vote irakiens. Les mollahs avaient donc décidé d’apaiser les Iraniens tout en rappelant leur détermination à déstabiliser l’Irak. Ils espéraient donc encore forcer leurs adversaires américains à capituler !

JPEG - 191.9 ko
PNG - 531.3 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Trump a rencontré Kim Jung Un et ils ont pu se parler en tête à tête, car ce dernier a fait ses études en Suisse et parle bien anglais. Trump a parlé de grands progrès, a invité KJU chez lui sans lui imposer la moindre contrainte. Les mollahs et leurs collaborateurs ont conclu que le Nord coréen était devenu un allié de Trump !

JPEG - 214.5 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Zarif a quitté Téhéran pour Pretoria (Afrique du Sud) pour chercher des alliés. Cela nous a paru bête, car Pretoria est très proche des ! Américains et des Européens. De fait, son voyage nous a paru un bluff pour rassurer les compagnons du régime !

Les députés voyous ont désespéré. Ils ont attaqué Rohani sur son bilan économique en demandant le renvoi de son équipe et en défendant les agriculteurs ou les instituteurs en grève. Mais étant donné qu’ils ne sont pas allés dans les rues à leur rencontre, on a supposé qu’ils voulaient contrarier Rohani et l’obliger à les inclure dans ses projets.

Le gouvernement a défendu son bilan et comme preuve de sa solvabilité a annoncé le paiement en avance des salaires et des primes de retraite du mois en cours sans cependant annoncer un calendrier ! Cette promesse n’a pas calmé la panique interne ! La demande de l’or et du dollar a persisté et le régime a dû augmenter le prix de ces deux produits. Mais il n’a pas pu éradiquer le problème.

Zarif qui était alors en Afrique du Sud n’y a pas trouvé des alliés ! Pour ne pas perdre la face, ne pas perdre, il a annoncé une très bonne rencontre à Pretoria ! Rohani a aussi appelé Macron pendant plus d’une heure pour donner l’illusion qu’il pouvait obtenir le soutien de l’Europe ou encore diviser les EU3. Macron a seulement insisté sur ses positions rappelant à Rohani que le régime ! devait renoncer à ses missiles et ses ingérences pour bénéficier de ses largesses. Ils ont inversé ses propos pour s’éviter une plus grande crise que la veille.

Mercredi 13 juin 2018 (23 Khordad 1397), les mollahs insistaient frauduleusement sur le soutien de Macron et prétendait que Trump avait raté sa rencontre avec Kim Jung Un. Ils avaient donc peur que l’accord avec les routiers ne suffise pas pour faire oublier leurs manœuvres ratées pour obtenir le soutien des Européens.

PNG - 625.4 ko
JPEG - 147.2 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les dissidents annonçaient la hausse du dollar et révélaient qu’il y avait une pénurie de viande rouge ou blanche. On pouvait supposer que le manque d’eau avait entraîné la fermeture des élevages et le manque de dollar avait provoqué la baisse des importations de viande.

JPEG - 147.2 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Au même moment, Assad interrogé par une télévision financée par le régime sur sa promesse d’aller en Iran a dit qu’il n’en avait pas le temps ! Tous les gens du régime ont compris qu’il espérait un deal avec Trump sur le modèle nord-coréen !

Les députés voyous ont accusé Rohani de stocker les produits des usines du régime, notamment des automobiles et des médicaments, pour faire monter les prix afin de compenser la baisse des revenus extérieurs du régime qui l’empêche de tenir ses promesses avec le budget qu’il avait prévu. Ils ont demandé la révision des choix économiques de Rohani et ont utilisé le vocabulaire de l’accord sur le nucléaire pour exiger un « Joint Comprehensive Plan of Action », JCPOA ou Barjam, pour aboutir à ! une refonte des politiques économiques du régime !

Mais cela n’avait aucun sens. Cependant, personne n’a défendu Rohani. Lui-même est resté silencieux ! Tout le monde a eu l’impression que les mollahs simulaient une révolte interne officielle contre Rohani pour lui imputer les problèmes et changer leur politique générale. Ils voulaient inonder au passage le marché intérieur avec tous ses invendus à des prix abordables pour compenser les pénuries existantes d’or, de dollar et d’eau, donner de l’espoir et décompresser la colère grandissante contre le régime pour éviter sa chute cet été !

Cette initiative a été très bien accueillie par les collaborateurs paniqués du régime. La panique s’est calmée un peu, car les offres de vente ont cessé à la bourse et l’indice a pu décoller un peu. La soif de l’or aussi diminué, car le régime a diminué sa hausse. Elle a été de seulement 23,000 tomans.

PNG - 164.8 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Mais après la fermeture de la bourse, les débats ont continué sur les défauts des projets économiques de Rohani, mais il n’y eut aucune proposition pour y remédier. Il n’y eut également aucun projet de loi pour mettre fin au stockage qui avait été dénoncé ! Les gens du régime ont eu l’impression que les mollahs les avaient bernés pour cette dernière journée boursière du régime et qu’il n’y aurait aucun changement même superficiel pour calmer le mécontentement grandissant !

Les routiers ont compris que le régime s’était moqué d’eux. Ils ont affirmé qu’ils n’avaient jamais accepté aucun deal avec le régime. On pouvait s’attendre à une nouvelle grève générale, malgré le coût d’une telle opération pour les routiers. Mais ceux du Kurdistan ont repris leur grève paralysant les importations depuis l’Europe et le reste du pays ! Les mollahs n’ont pas réagi à cette nouvelle pour ne pas avouer l’échec de leur deal malgré les bons cadeaux qu’ils semblaient avoir offerts aux routiers. !

Trump, qui contrairement aux dires des mollahs avait réussi à faire de Kim Jung Un un allié, a pris la parole pour insister sur l’efficacité de sa politique de sanctions contre la Corée du Nord pour inviter les autres pays à le suivre sur les sanctions contre les mollahs ! Il a précisé que ce choix ne les exposait à aucun risque, car depuis son retrait de l’accord, les mollahs étaient terrorisés et n’avaient nullement mis à exécution leurs différentes menaces formulées avant le retrait !

Les mollahs, qui ne pouvaient pas le contredire, ont craint que les 4+1 suivent Trump et les mettent dans une situation plus grave synonyme de plus de mécontentement. Les mollahs ont alors annoncé l’arrestation de la fausse opposante Sotoudeh, qui a bonne presse hors Iran, pour détourner les attentions des revendications du peuple et faire oublier leur slogan en faveur d’un changement de régime !

Mais l’administration Trump a neutralisé cette initiative en critiquant brièvement l’arrestation annoncée sans mettre en place une campagne pour la libération de cette ex-avocate des mollahs-terroristes du pouvoir ! Les médias de la fausse opposition ont abandonné le projet pour ne pas se compromettre avec le régime !

Les mollahs, qui avaient raté leurs plans pour calmer le mécontentement, pour dévoyer les revendications et enfin pour éloigner Trump des vrais mécontents, se sont à nouveau focalisés sur le Barjam économique évoqué par le Parlement pour duper es leurs et les gens du peuple et éviter de se retrouver avec plus d’actions hostiles à leur propre encontre !

Jeudi 14 juin 2018 (24 Khordad 1397), les médias du régime affirmaient que le peuple était prêt à faire face à Trump et annonçaient la défaite de l’Arabie Saoudite (Sadr) en Irak ! Les mollahs niaient en bloc leur isolement et l’hostilité de peuple et leurs propres collaborateurs après une semaine de mensonges et de propagande inefficace et malhonnête !

JPEG - 223.3 ko
PNG - 656.3 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les médias des groupes dissidents par intérêt avaient malicieusement repris les critiques lors du show parlementaire anti-Rohani pour signaler que le régime avait admis l’existence d’une inflation de 80% depuis le début de l’année ! Ils entendaient encourager la lutte contre le régime !

JPEG - 134.9 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Il y avait aussi de nombreuses manifestations dans le nord et le sud du pays en plus de la grève très pénalisante des routiers dans l’ouest du pays (dernièreimage).


© IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 43.9 ko
JPEG - 70.9 ko
JPEG - 40.2 ko

© IRAN-RESIST. ORG

En dehors du pays, les Israéliens avaient tendu la main à Assad en affirmant qu’ils n’étaient pas ses ennemis, mais les mollahs l’étaient, car ils mettaient en danger son pays. Assad n’avait pas pris leur défense. Les mollahs pouvaient douter d’Assad et craindre son adhésion à la coalition de pays arabes forcée par Trump pour les combattre.

Par ailleurs, Poutine avait célébré le 50e anniversaire du Traité de la non-Prolifération en insistant sur les devoirs du régime malgré les nouvelles sanctions internationales à son encontre ! Poutine a aussi dit qu’il lancerait les travaux de reformatage du site d’enrichissement de Fordo pour empêcher les mollahs d’annoncer la reprise de l’enrichissement sur ce site et la fin de leur soumission à elle et les autres signataires de l’accord de Vienne.

Les mollahs ont zappé ces mauvaises nouvelles et se sont focalisés sur la promesse d’une nouvelle politique économique en continuant avec leurs députés le show commencé la veille. Ces derniers ont cette fois insisté sur la mauvaise situation du secteur agricole sans évidemment proposer des solutions.

Par ailleurs, les mollahs ont bloqué la semaine politique en se focalisant sur la fin du ramadan. Ils ont aussi insinué qu’ils avaient encore des partisans en appelant au rassemblement sur le parvis du mausolée de Khomeiny pour la prière collective de la fête FETR qui marque la fin de ce mois.

Les miliciens dissidents ont alors ravivé les débats politiques en publiant un article sur l’acceptation par Khomeiny de l’armistice qui lui avait été imposé par l’ONU. Khomeiny avait alors dit qu’il avait avalé un verre de poison dans l’intérêt du régime pour exprimer son chagrin de devoir renoncer à son rêve de conquête de la région grâce à la guerre permanente contre Saddam et ses alliés occidentaux. Les dissidents signalaient que les mollahs pouvaient reculer pour sauver leur régime. Ils entendaient encourager la lutte avant qu’ils le fassent pour empêcher un changement de régime.

Ils ont alors aussi publié un étonnant article très conforme à la ligne du régime faisant état de la coalition du Prince Reza Pahlavi avec les très impopulaires Moudjahidines du peuple installés partiellement en France. L’article affirmait que cette coalition avait même été confirmée par le principal journal iranien en exil « Keyhan de Londres » (qui jouit de la confiance des Iraniens). Un lien était fourni, mais il ne conduisait pas sur l’article cité. Il ne mentionnait aucune alliance diffamante de Reza Pahlavi avec les Moudj. Il soulignait l’extrême popularité du Prince en Iran et le citait comme le leader de la contre-révolution en exil et en Iran !

En fait, les dissidents avaient fait semblant de promouvoir la désinformation du régime tout en faisant de la publicité pour la genèse d’une véritable opposition anti-mollahs représentant une majorité écrasante des Iraniens pour inciter ces derniers à continuer leur lutte sans être affectés par les mensonges du régime ! Les dissidents étaient prêts à mouiller leur chemise pour aider la contre-révolution !

Vendredi 15 juin 2018 (25 Khordad 1397), les rues du pays devaient être remplies de bons musulmans pour la prière de la fin de Ramadan, car elle a 4 règles obligatoires : elle doit avoir lieu à ciel ouvert dans les champs ou à défaut dans les rues. Elle doit obligatoirement avoir lieu à midi. Elle doit obligatoirement être faite pieds nus à même le sol et sans tapis de prière. Comme les années passées, il n’y avait aucune mobilisation. Le régime a écourté son calvaire en annonçant à 8h40 la fin de la prière pour cette journée sous la direction de Khamenei et aussi la fin du discours de ce dernier après la prière !

JPEG - 225.8 ko
JPEG - 210.2 ko
JPEG - 230.7 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Le discours de cette prière factice était axé sur la nécessité d’une refonte économique et était censé apaiser la colère des Iraniens pour les dissuader de continuer leur lutte et de fait calmer la panique des collaborateurs du régime très affecté par le succès de la diplomatie agressive de Trump ! Mais le Guide n’a pas critiqué Rohani et n’a demandé aucun remaniement et chacun a compris qu’il s’agissait d’un nouveau divertissement.

Les collaborateurs du régime ont aussi conclu qu’ils avaient eu raison de boycotter cette prière et le régime, car personne n’a applaudi le Guide et ses recommandations !

Après ce discours raté qui ne pouvait empêcher le développement de la panique et des crises susceptibles de déstabiliser le régime, les mollahs ont encore bousculé les règles et ont vite organisé la rencontre habituelle du Guide et les dirigeants du régime avec leurs collaborateurs et les représentants des États musulmans pour insulter Israël, mettre mal à l’aise ces gens et les forcer à prendre la partie du régime et l’aider à faire face aux sanctions internationales à venir ! Mais leurs invités, y compris les Syriens, n’ont pas applaudi ce discours et les ont privés du malaise qu’ils espéraient provoquer !

JPEG - 196.9 ko
JPEG - 224 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs étaient bien malheureux ! Mais ils n’étaient pas au bout de leurs peines  !

En milieu de l’après-midi, l’administration Trump a affirmé que les mollahs et les chefs miliciens étaient terrorisés par leur propre incapacité à riposter. Ils allaient sans doute capituler sous peu et se soumettre à ses exigences. Cela sous-entendait qu’ils allaient mettre fin à leur terrorisme, livrer certains dirigeants, dont le Guide qui est sous mandat d’arrêt international pour qu’il soit jugé devant une cour internationale et enfin permettre aux gens de manifester et exprimer leur envie de changement !

Les mollahs n’ont rien dit et ont prouvé qu’ils n’avaient pas les moyens de riposter ou même de défier verbalement Trump sans l’aide d’un quelconque allié !

Un peu plus tard, les mollahs et leurs collaborateurs ont réalisé l’ampleur de leur isolement quand ils ont vu Poutine très proche de Mohammad Ben Salman (MBS), futur roi saoudien, lors de la soirée de l’inauguration de la coupe du monde 2018 à laquelle Rohani n’avait pas été convié !

JPEG - 79.5 ko
JPEG - 179.5 ko
JPEG - 56.2 ko

© IRAN-RESIST. ORG

La Russie a alors également annoncé qu’elle allait s’associer à l’Arabie Saoudite pour demander une grosse hausse de production pétrolière lors du prochain sommet de l’OPEP en fin de la semaine à venir pour compenser les barils que les mollahs ne pourraient plus exporter à partir du 4 août !

On se souvient que les mollahs avaient annoncé la mort de MBS et l’écroulement des projets saoudiens contre leur régime. On se souvient que les Russes les avaient alors encouragés à promouvoir cette désinformation. Les mollahs ont compris que les Russes avaient seulement cherché à masquer leur plus grand rapprochement avec l’Arabie Saoudite et qu’ils avaient aussi cherché à les ridiculiser et leur faire perdre tout crédit auprès de leurs derniers collaborateurs en Iran et hors Iran.

Les mollahs n’ont pas commenté la résurrection de MBS et l’alliance de Poutine avec l’Arabie Saoudite, car celle-ci soulignait leur manque de pertinence, leur manque d’information et la faiblesse de leur contre-espionnage. Cette alliance annonçait l’alliance tant attendue de Trump avec Poutine et l’émergence d’un Nouveau Monde où leur régime ne pouvait survivre longtemps.

3 jours après la victoire officielle de la diplomatie de Trump, ce dernier était assuré d’obtenir de nouveaux succès sur le plan pétrolier et les mollahs étaient certains d’être vaincus rapidement !

-Semaine 540 :-
-à l’ombre de la terrible l’Alliance Poutine-MBS à l’OPEP ! §

Samedi 16 juin 2018 (26 Khordad 1397), les mollahs sont restés silencieux au prétexte qu’il s’agissait d’un jour férié de leur calendrier la fête de la fin du ramadan !

Les Russes et les Saoudiens ont alors confirmé leur alliance pétrolière pour produire 1,8 million de barils de plus qu’actuellement, soit l’équivalent du volume des exportations du régime, en prévision à un embargo à 100% décrété et imposé par Trump !

PNG - 334.5 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs ont reçu un second choc avec le débarquement de troupes françaises et américaines au Yémen pour aider les Saoudiens à prendre l’aéroport de Hudaydah pour priver les Houthis des produits et des armes qui leur sont envoyés par les mollahs.

JPEG - 27.3 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs sont restés silencieux, mais un petit site de leurs faux opposants a fait état d’une lettre signée par 100 réformateurs ou faux opposants soi-disant en exil et adressée au Guide pour lui demander de lever toute condition à un dialogue direct avec Trump dans l’intérêt du régime. On pouvait y lire que Trump et Kim Jung UN, deux personnages très impopulaires avaient réussi à plaire partout en raison de leur dialogue. Le régime pouvait suivre leur exemple, à condition que Washington promette d’appliquer l’accord à venir, et mettre fin à ses problèmes !

PDF - 734.5 ko

© IRAN-RESIST. ORG

La lettre était certes adressée au Guide, mais elle s’adressait aussi à l’administration Trump. Le régime attendait un ! accueil positif à cette lettre pour ouvrir le dialogue et éloigner l’embargo qui le menaçait.

Mais Trump n’a pas répondu car cette lettre lui demandait de renoncer à ses exigences de gestes positifs de la part des mollahs avant le début du dialogue proposé. Elle n’était pas un appel aux mollahs à se montrer ouverts, mais un appel lancé aux États-Unis à exonérer le régime de présenter des preuves de sa bonne volonté. La lettre entendait désarmer Trump et désactiver sa diplomatie agressive qui avait si bien fonctionné contre Kim Jung Un. Le Lettre allait l’enfermer dans des jeux dilatoires tout en lui imposant de garantir la sécurité du régime sans qu’il s’engage même à faire le moindre effort dans les négociations qu’il proposait !

En absence d’une réponse à cette lettre intellectuellement malhonnête des mollahs, ces derniers ont tenté de relancer le processus par une campagne contre leur lettre pour insinuer qu’elle n’était pas née de leur volonté. Mais Washington n’a pas bougé afin qu’il n’y ait aucune polémique à ce sujet et qu’il ne soit pas obligé à renoncer à sa diplomatie agressive et efficace pour se retrouver dans les jeux dilatoires du régime !

Les mollahs ont alors oublié cette bombe postale qui n’avait pas explosé Trump et ils se sont focalisés sur le premier match de l’équipe foot du pays face au Maroc bien qu’ils avaient tout fait pour favoriser l’élimination de cette équipe par peur des manifestations mixtes qui pouvaient rapprocher les Iraniens et leur permettre de croire en eux-mêmes et de mieux organiser leurs actions anti-régime. L’équipe iranienne a gagné et les jeunes ont profité de l’occasion pour faire la fête et danser avec des filles pour montrer qu’ils entendaient profiter de chaque occasion pour contester le régime. Certaines femmes ont levé leur voile et les hommes dont des policiers les ont protégées et ont révélé que les miliciens de base étaient clairement contre le régime. On a aussi entendu le slogan en faveur des Pahlavi !

JPEG - 136.2 ko


© IRAN-RESIST.ORG


© IRAN-RESIST. ORG

En revanche, les mollahs ont eu du mal à trouver des gens pour mettre en scène des manifestations de joie axées sur leur drapeau.

JPEG - 216.7 ko
JPEG - 214.5 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Dimanche 17 juin 2018 (27 Khordad 1397), le clergé avait utilisé hypocritement la communion autour du foot pour se donner une bonne image alors que tout indiquait qu’il allait mal et irait encore plus mal ! la fin de la semaine à l’issue du sommet d’OPEP+Russie ! Dans Tehran Times, les mollahs avaient mis en avant leur soutien à un référendum en Israël comme preuve de leur bonne volonté. On a compris qu’ils espéraient encore le succès de lettre censée neutraliser Trump et ses sanctions.

JPEG - 220.9 ko
PNG - 1015.8 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les médias des miliciens dissidents signalaient l’arrêt de distribution du dollar à 4200 tomans par le régime faisant état d’une possible pénurie de dollars ! Ils avaient aussi révélé que le régime avait créé une bourse pour la vente et l’achat de factures d’achat de ses pièces de pièces d’or livrables dans 3, 6 ou 9 mois. Cela signifiait que le régime voulait occuper les gens avec la spéculation sur des pièces qu’ils n’avaient pas en poche pour les éloigner peu à peu de l’achat concret de ses pièces d’or. L’annonce signalait que les mollahs voulaient préserver leur stock d’or pour eux-mêmes ! Les miliciens dissidents entendaient provoquer une ruée vers l’or du régime pour priver ses dirigeants de ce bien précieux qu’ils se réservaient pour financer leur fuite, dès que nécessaire.

JPEG - 178 ko
JPEG - 217.8 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs n’ont alors eu aucune réponse à leur assouplissement. Dans le même temps, le ministre russe de l’Énergie a rappelé la volonté de son pays d’imposer une plus forte production. Les mollahs et leurs collaborateurs ont compris que les dès étaient déjà jetés. Les grandes puissances ne voulaient pas entrer dans les dialogues qui leur proposaient. Ils étaient décidés de les sanctionner et les détruire.

La Banque centrale iranienne a alors annoncé une très grosse vente de pièces d’or livrables dans 3 mois pour nourrir ses paniqués sans perdre ses réserves et aussi pour imposer son système de spéculations de titres d’achats de ses pièces or virtuelles afin de préserver son or.

Cette annonce a embrasé la panique et l’achat de dollars et de vraies pièces d’or du régime. Les mollahs ont multiplié par 2 leur achat d’actions ou injections de fonds (soit plus de 850 milliards de tomans / 200 millions de dollars au taux officiel) ! à la bourse pour rassurer les leurs. L’indice est monté en flèche de 3360 points. Cette forte variation signifiait que le régime avait misé sur des titres mal en point et facile à stimuler.

PNG - 165.9 ko
PNG - 728.6 ko

© IRAN-RESIST. ORG

L’indice est resté immobile après cette hausse, alors que les prix de l’or et des devises, notamment le dollar, étaient en hausse. La forte montée de l’indice ! qui signifiait que les gens avaient pris ce que l’on leur avait offert pour aller dans le quartier des cambistes (Place Ferdowsi) pour acheter des pièces d’or et des billets verts, ce qui provoquait leur hausse. La pièce d’or du régime est ainsi montée de 22,000 tomans (ce qui est peu) et le dollar qui était de 5750 tomans est monté de 700 tomans (ce qui est beaucoup). On pouvait supposer que les nantis paniqués avaient donné la priorité au dollar et avait aussi accordé la priorité à l’achat d’or soldé, mais livrable dans 3 mois qui était plus rentable.

Le ministre de l’Intérieur du régime a alors appelé son homologue turc pour exiger qu’il renvoie vers l’Iran les fraudeurs financiers qui étaient arrivés en Turquie ! On a compris que certains riches, estimant que le régime était perdu, s’étaient fait la malle avec leur argent !

Le ministre turc n’a pas accédé à la demande des mollahs en arguant que le régime devait lui remettre les membres de PKK réfugiés en Iran après la répression décrétée à leur encontre en Turquie ! à l’encontre de leur organisation. Les mollahs n’ont pas accédé à la demande des Turcs. On a compris que les terroristes de PKK avaient plus de valeur à leurs yeux que leurs riches en fuite ! On comprit que les mollahs qui n’ont plus le soutien du Hezbollah et de leurs milices chiites en Irak étaient intéressés de récupérer le PKK afin de relancer leur capacité de nuisance dans la région notamment en Syrie (aussi pour punir Assad qui les avait laissé tomber). Ce retour au terrorisme signifiait qu’ils étaient convaincus de leur isolement et le fait qu’ils n’auraient plus le soutien de leurs alliés traditionnels !

Après cette matinée de revers, de panique est d’agitation, les mollahs ont continué à médire sur les auteurs de leur lettre d’ouverture de dialogue pour les rendre sympathiques aux yeux des Américains, mais ces derniers n’ont pas de ligne et ont encore ignoré la lettre. Les mollahs ont alors renoncé à ce projet et ont dénoncé le contenu de lettre comme une offense à leur intransigeance  !

Lundi 18 juin 2018 (28 Khordad 1397), les mollahs dénonçaient une guerre psychologique contre leur régime pour nier leur faillite économique et leur isolement, en espérant rassurer les leurs !

JPEG - 185.1 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les miliciens dissidents insistaient sur l’axe russo-saoudien qui isolait le régime. Ils révélaient aussi que le régime n’avait pas vendu l’or soldé à tous les 600,000 acheteurs inscrits, mais à quelques élus issus de ses rangs notamment 4 personnes avaient raflé 50% de ce magot ! Les miliciens dissidents soulignaient aussi la hausse des dépenses stratégiques du régime au Yémen et la fuite des capitaux (des dirigeants chercheurs d’or) pour encourager la lutte contre ce que le prince Reza Pahlavi qualifie avec pertinence de Secte maffieuse !

JPEG - 153.3 ko
JPEG - 202.5 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Hors Iran on apprenait que Washington avait puni la fausse ouverture des mollahs en obtenant l’accord de la Corée du Sud qui est l’un de leurs principaux acheteurs pour les sanctionner ! Il annonçait des démarches vers d’autres partenaires des mollahs pour les mener vers un embargo avant même le début de ses sanctions !

Les mollahs ont alors rassuré les leurs en annonçant la présence d’une délégation économique et diplomatique suisse en Iran. Mais la délégation n’a annoncé aucun investissement en Iran. Étant donné que la Suisse représente les États-Unis et l’Arabie Saoudite, la délégation était sans doute en Iran pour communiquer des points de vue de ces deux pays en conflit avec le régime. On pouvait supposer qu’elle demandait au régime des vrais gestes d’apaisement tout en lui rappelant ce qu’il pouvait l’attendre s’il continuait à se braquer malgré ses échecs et son isolement. Les mollahs ont continué à se braquer en affirmant que la rencontre exclusivement était destinée à préparer la visite de Rohani en Suisse au début du mois de juillet.

JPEG - 250.9 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Cette annonce au lieu des investissements et des liens bancaires indispensables au régime ont déprimé les compagnons du régime qui étaient déjà en crise ! Rohani a annoncé une réunion de travail sur l’économie de résistance (qui applique en suivant les indications du Guide) pour dire qu’il n’était pas en tort. Il a aussi annoncé une autre réunion en début de l’après-midi sur la lutte contre la corruption pour nier sa complicité dans l’affaire de l’or soldé pour les proches du régime et aussi pour menacer les nantis qui le défiaient les inciter à renoncer à leur volonté de s’emparer des réserves d’or et de devises du régime. !

JPEG - 146.6 ko
JPEG - 114.4 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les nantis ont bien compris que le régime n’avait aucune intention de faire des efforts. Ils ont continué à acheter de l’or et des dollars. Rohani a annoncé que son gouvernement allait s’intéresser de prés aux revenus des cambistes et à leur fiscalité pour forcer ces derniers à refuser de vendre ses pièces d’or et ses dollars ! Il n’a pas réussi à calmer la ruée vers les stocks de richesse du régime.

Il a alors renoncé à ses menaces qui ne faisaient peur à personne et le ridiculisaient. Il est revenu à la solution classique de composer avec les paniqués qui le défiaient en augmentant l’injection de fonds à la bourse à 1034 milliards de tomans (soit 18% de plus que la veille) tout en augmentant le prix de l’or du régime de 102,00 tomans (soit à 2,509 millions de tomans) et en augmentant le prix du dollar libre de 400 tomans (soit à 6800 tomans) pour limiter le pouvoir d’achat des fonds qu’il avait distribués !

Les députés voyous n’ont pas aimé ces largesses en ce moment où le régime perdait de grands clients et faisait des ennemis de ses collaborateurs. Comme ses ennemis de l’intérieur, ils ont pris leurs distances avec lui et ses choix suicidaires en demandant la révocation de son ministre de l’économie au nom de l’intérêt du peuple.

Les mollahs ont craint que leurs députés voyous les lâchent. Ils les ont invités chez le Guide mercredi dans la matinée pour les calmer et aussi prétendre qu’ils n’allaient pas rompre avec le régime ! Par ailleurs, en choisissant la journée de mercredi (jour du conseil des ministres et de la dernière séance boursière de la semaine), ils espéraient insinuer des changements au gouvernement et s’accorder un dépit à la bourse.

Au même moment, il y avait deux grandes manifestations à Téhéran : les retraités de l’éducation qui ne sont pas payés depuis des mois malgré les promesses du régime et tous les acteurs du secteur des chaussures.


© IRAN-RESIST.ORG


© IRAN-RESIST.ORG


© IRAN-RESIST. ORG

Inquiété par ces manifestations, Rohani a tenté de relancer la fausse opposition en faisant intervenir son ministre des Sciences en faveur de 8 "étudiants" (de la fausse opposition) qui auraient été arrêtés l’an dernier. Il espérait les introduire dans le jeu et forcer les Américains à les soutenir au lieu d’aider ceux qui étaient dans les rues et les millions d’Iraniens partisans d’un changement de régime ! Les Américains ne sont pas entrés dans le jeu des mollahs !

JPEG - 213.9 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs ont alors annoncé la pendaison en secret de Mohammad Salas, un faux opposant derviche accusé d’avoir écrasé au volant d’un bus quelques policiers du régime (ci-dessous lors de "son procès", où il a beaucoup parlé, alors que les vrais opposants n’ont jamais droit à la parole). Il était précédemment dit que cet homme avait une famille et de nombreux partisans et on ne les voyait pas ! Les membres connus de la fausse opposition étaient aussi invisibles : ils n’avaient pas envie de s’engager en faveur du régime !

JPEG - 69.5 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les Américains ne sont également pas entrés dans le jeu des mollahs en prenant partie pour les faux opposants du régime qui veulent sa survie et ne s’occupent jamais du peuple !

Un célèbre faux opposant, Behrouz Javid Tehrani, qui réside en Australie sans avoir un emploi (donc au frais du régime), a alors posté des témoignages sur les derniers moments du prisonnier en parlant de sa bravoure et sa foi inébranlable en chiisme alors qu’il était dit que le prisonnier avait été pendu sans aucun témoin. Mais cette dramatisation du récit n’a pas forcé les Américains à entrer dans le jeu et faire le jeu de la fausse opposition du régime !

Les mollahs désespérés par leur échec ont tenté de relancer l’intérêt pour leur lettre d’ouverture en dénonçant ses signataires comme étant des ennemis du régime, mais ils n’ont rien obtenu des Américains. Ils ont fui leur échec en créant une polémique sur l’occupation illégale de la maison d’un dignitaire de l’ancien régime par le chef milicien Firouz-Abadi !

JPEG - 133 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Firouz-Abadi s’est défendu en affirmant que la maison en question n’était pas aussi belle que l’on le disait (en fait, c’est lui qu’il l’a enlaidie). Mais d’autres gens qui étaient impliqués dans cette occupation se sont gardés d’intervenir pour l’aider ! Les dissidents se sont alors emparés de l’affaire pour forcer les gens impliqués à se dénoncer mutuellement et provoquer une belle guerre entre les dirigeants corrompus du régime ! L’affaire censée occuper les gens et leur faire oublier les échecs du régime est devenue un problème en soi !

Mardi 19 juin 2018 (29 Khordad 1397), on était à la veille du sommet de l’OPEP. La panique risquait de s’amplifier. Dans les médias en farsi, le clergé avait mis en avant la menace de sanctions fiscales de Rohani contre les cambistes pour bloquer les achats d’or et de dollar et aussi faire oublier l’affaire Firouz-Abadi qui est devenue la vitrine de sa corruption ! Par ailleurs, dans Téhéran Times, il annonçait qu’il s’opposerait avec force à la décision russo-saoudienne à l’OPEP. Il espérait rassurer les siens et aussi obtenir le soutien des pays membres qui pouvaient en souffrir, car ils manquent d’investissement pour relever leur production. Mais son veto ne changeait rien, car ce ne sont pas les petits producteurs qui font la loi et les Saoudiens pouvaient in fine acheter les voix des pays opposés à leur projet en leur proposant des partenariats.

JPEG - 191.8 ko
PNG - 899.7 ko

© IRAN-RESIST. ORG

De fait, on pouvait dire que le régime se montrait très agressif aussi bien sur le plan intérieur que sur le plan extérieur, car il avait peur de ne pouvoir contrôler ses adversaires dans les deux cas.

Les médias des groupes devenus dissidents par intérêt avaient mis en avant la corruption des mollahs en rappelant que leur pion Rohani s’efforçait à réserver les stocks d’or et de dollar du régime pour ses plus hauts responsables et avait le soutien du Parlement qui se contentait de le critiquer ou le menacer sans jamais mettre à exécution ses menaces. Tous les articles étaient des appels à contester le pouvoir corrompu des mollahs !

JPEG - 181.5 ko
JPEG - 207.4 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Ces articles et aussi l’absence d’un quelconque soutien aux mollahs au sein de l’OPEP ont fait mouche, car des milliers de miliciens ont envahi les rues en manifestant devant les établissements de crédit de la Capsienne qui les avaient dépouillés pour récupérer leurs dépôts !

JPEG - 46.7 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les Libanais ont alors porté un coup terrible au moral des mollahs en leur annonçant qu’ils devaient désormais demander des visas pour débarquer chez eux. Ils les ont ainsi de facto privés d’une très confortable porte de sortie en cas d’un soulèvement populaire ou un coup d’État en faveur d’un changement de régime !

Les députés voyous ont oublié leur rendez-vous avec le Guide et ont attaqué les mollahs au pouvoir en affirmant que ces derniers leur avaient demandé d’augmenter leur salaire et ils refusaient de le faire ! Ils ont aussi déploré la pénible pénurie d’eau dans la région Sistan-&-Baloutchistan !

Les mollahs désespérés par la perte de couloir de fuite et la lâcheté de leurs députés ont envoyé le directeur de leur programme nucléaire Salehi vers le secrétaire général de l’ONU pour signaler qu’ils refusaient l’offre européenne de partenariat économique s’ils adhéraient au FATF et pouvaient in fine quitter l’accord de Vienne. Ils entendaient provoquer une crise et troubler la région pour isoler Trump et influer sur l’issue du sommet de l’OPEP. Mais le secrétaire général de l’ONU et les grandes puissances se sont gardés de ! leur répondre et leur permettre d’installer leur change à la déstabilisation du Moyen-Orient !

Cet échec de la politique de l’escalade et de chantage qui est la seule arme dissuasive du régime a davantage démoralisé ses collaborateurs. Par ailleurs, il n’y avait toujours aucun soutien aux mollahs au sein de l’OPEP. La demande de l’or et de dollar a augmenté ! Les mollahs devaient réussir à provoquer une crise pour rassurer leurs collaborateurs. Ils se sont associés aux chefs des 3 pouvoirs et des Pasdaran pour dénoncer officiellement la lettre d’ouverture comme une trahison envers le régime pour rassurer les paniqués qu’ils ne renonçaient à se battre !

Mais cette promesse d’action n’a pas été suffisante pour rassurer les paniqués. Ils ont continué à chercher l’or et le dollar du régime. In fine, les mollahs ont tenté de limiter leurs pertes en baissant leur injection de fonds à 859 milliards de tomans tout en augmentant les prix des produits convoités : la pièce d’or a été augmentée de 45,000 tomans et a atteint 2,555 millions de tomans et le dollar est passé de 6800 tomans à 7200 tomans soit +25 en 3 jours !

Dans l’après-midi, tous les mollahs et associés ont sans cesse tapé sur la lettre d’ouverture qui ne leur avait pas de se débarrasser de Trump et de ses sanctions en espérant victimiser ses auteurs et leur attirer la sympathie des Américains. Ils espéraient aussi attribuer ainsi leur échec du régime à d’autres qu’eux-mêmes pour ne rien changer à leur habitude, ne pas partager le moindre sou des revenus du pays qu’ils accaparent depuis 40 ans !

Mercredi 20 juin 2018 (30 Khordad 1397), les pays membres d’OPEP devaient se réunir. Aucun n’avait pris la partie des mollahs ! Le clergé avait fait le choix de nier son isolement en insistant sur la possibilité d’un soutien et en attendant sur sa solidité grâce à l’unité de ses composants, engagés à lutter contre les sanctions et la corruption !

JPEG - 187.2 ko
PNG - 828.6 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les dissidents avaient mis justement l’accent sur la corruption du régime en révélant que 98% des accusations de corruption n’étaient pas traitées (car elles concernaient les gens du régime) ! Les dissidents invitaient le peuple à lutter contre le régime à un moment où il était affaibli par les sanctions, les manifestations à son encontre et sa mauvaise attitude envers ses derniers collaborateurs.

JPEG - 214.1 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Au même moment, les ouvriers des aciéries d’Ahwaz (dans la région pétrolière de Khouzestan) manifestaient pour leurs salaires en retard et pour la libération de 6 ouvriers arrêtés par les mollahs (image 1). Par ailleurs, dans la même région, les habitants d’Abadan et de Khorram-Shahr ont manifesté violemment contre le régime, car il n’y avait même plus le filet habituel d’eau sale (dont ils montraient un échantillion) dans leur canalisation !

JPEG - 46.6 ko


© IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 42.8 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les miliciens dissidents ont alors révélé que le pays souffrait de pénurie d’eau depuis quelques années, car en 2003, le très souriant Khatami (ex-chef des assassinats d’opposants exilés) avait signé un contrat de 30 ans avec le Koweït pour fournir 900 millions de litres (330 millions m3) d’eau douce par jour à ce pays (soit aussi l’équivalent du volume de consommation de Téhéran) en échange de seulement 2 milliards de dollars soit 0,0002 dollar le litre pour ce précieux produit aussi indispensable pour l’Iran que le Koweït !

JPEG - 408.7 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Un peu plus tard, les miliciens dissidents ont aussi annoncé un autre contrat de 2003 pour la livraison quotidienne de 325,000 litre d’eau potable par cargo à l’Irak et un contrat plus récent sur des quantités inconnues par tube vers Bassora !

Étant donné que l’Iran est l’un des membres de l’OPEP opposé à la hausse des exportations, on pouvait supposer que les mollahs avaient diminué la distribution de l’eau en Iran pour augmenter leur exportation par tube vers l’Irak pour obtenir son soutien. En l’absence de soutien, l’eau devait être rétablie, mais il n’y en avait pas.

On pouvait aussi supposer qu’ils avaient maintenu l’augmentation et l’avaient aussi proposé aux Koweitiens pour disposer d’un droit de passage chez eux sans visa pour aller ailleurs après l’annonce libanaise de leur imposer des visas.

Quelles que soient les raisons de la baisse, l’existence des contrats a révolté tous les Iraniens ! Les nantis ont davantage paniqué par peur des effets de ces révélations et ont augmenté leurs achats d’or et de dollar. Les habitants du sud ont attaqué les bureaux de gestions des eaux de leur région et se sont mis à la recherche des tubes pour les détruire !


© IRAN-RESIST. ORG

Cette information a été censurée en Iran pour éviter une plus grande panique. Les mollahs ont pris le contrepied de la crise en prétendant qu’ils étaient sur le point de signer de grands contrats avec des décideurs français qui étaient en fait arrivés depuis quelques jours dans le cadre des négociations sur les investissements promis par la France qui ne sont pas fournis aux mollahs. Ils ont aussi annoncé de bonnes rencontres entre le responsable de leur programme nucléaire et les dirigeants norvégiens. Enfin, ils ont dit que l’un de leur ex-MAE, Kharrazi, était en Italie pour signer des contrats avec ce pays et le transformer en allié du régime !

JPEG - 168.9 ko
JPEG - 108.3 ko
JPEG - 64.7 ko

© IRAN-RESIST. ORG

En parallèle, les mollahs ont immobilisé le prix de leur pièce d’or et de leur dollar pour montrer qu’ils ne se croyaient plus en danger !

En parallèle, le gouvernement a annoncé un remaniement pour rajeunir ses membres et dynamiser ses projets. Enfin, le Guide a reçu les députés-voyous. L’image globale a été trafiquée (la foule a été sur-densifiée après le 3e rang) car depuis longtemps, près 90% des députés ont lâché le régime. La foule devait se résumer à une trentaine de personnes. Le Guide devait neutraliser cette trentaine nuisible. N’étant pas certain de les dominer, il a fait semblant de les dominer en leur ordonnant de refuser l’adhésion du régime aux FATF en leur imposant le devoir de refuser toutes les conventions étrangères qui lui sont nocives avant de les encourager de voter des lois locales avec leur définition du terrorisme (donc en accusant Israël et les États-Unis d’être les vrais seuls terroristes dans monde). 

JPEG - 261 ko
JPEG - 165.3 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Le clergé entendait donc également provoquer une crise pour s’en sortir ! Le choix de refuser les 46 règles du FATF et désigner les Israéliens de terrorisme a plus à ses collaborateurs ! La panique s’est calmée et on n’a constaté aucune baisse de l’indice après une première injection de fonds très forte d’environ 800 millions de tomans (l’indice est resté fixe à +1970 unités). L’or n’a pas bougé et le dollar a eu une petite hausse de 200 tomans  !

Après la fermeture de la bourse, les gens du régime n’ont rien vu venir de la part des Européens sollicités par les mollahs ! Ils n’ont également constaté aucune crise bénéfique au régime ! Ils ont repris leurs achats d’or et de dollars !

Le gouvernement les a rassurés en se gardant d’augmenter les prix de son or et ses dollars. Zarif a aussi tenté de les rassurer en donnant l’image d’un homme fort en affirmant qu’il répondrait dans 24 heures à Pompeo dans un long article publié simultanément dans trois langues.

Les miliciens dissidents ont rappelé les 12 conditions posées par Pompeo afin que Zarif ne puisse pas publier n’importe quoi pour duper les paniqués et esquiver les accusations contre le régime pour lui éviter plus de problèmes.

Le régime a alors tenté de relancer l’affaire du faux opposant (soi-disant) pendu par un interview de son fils qui ne semblait pas avoir versé de larmes pour son père ! Il avait un récit incohérent ! On lui soufflait à un moment la date de la pendaison... Bref ce n’était pas crédible.

MPEG4 - 6.7 Mo

© IRAN-RESIST. ORG

Ce recours à la fausse opposition était pour nous la preuve que le régime n’était pas en confiance ! Il y avait en fait trois raisons à son malaise : il n’avait pas réussi à trouver des alliés au sein de l’OPEP, il ne croyait pas pouvoir provoquer une crise grâce à la réponse de Zarif et, enfin, les jeunes du sud cherchaient à exploser le tube de livraison d’eau potable à l’Irak !

La situation du régime s’est aggravée dans la nuit quand les jeunes d’Ahwaz ont fait sauter le stock d’automobiles du régime ainsi qu le tube de livraison d’eau à l’Irak ! Rohani a alors annoncé qu’il se souciait du peuple et s’engageait à réduire leurs problèmes. On a compris qu’il était certain d’échouer face à l’axe russo-saoudien, face aux dissidents impertinents du régime, face aux paniqués incontrôlables et les opposants de plus en plus motivés.


© IRAN-RESIST. ORG

Jeudi 21 juin 2018 (31 Khordad 1397), le secrétaire général de l’OPEP ainsi que les représentants des pays membres devaient exposer leur point de vue et débattre de l’augmentation de la production pétrolière mondiale et enfin définir ses modalités. Les mollahs risquaient gros. Ils avaient mis en avant la bonne prestation de leurs footballeurs pour dire qu’ils seraient héroïques comme eux. Ils avaient aussi mis en avant leur refus d’adhésion au FATF pour provoquer une crise ou du moins une polémique pour rebondir après leur défaire prévisible au sommet de l’OPEP à Vienne (qui semble une ville maudite pour leurs intérêts) !

JPEG - 217.4 ko
PNG - 870.8 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les dissidents avaient signalé que le régime n’avait aucun plan économique alternatif. Ils avaient signalé que le régime avait donné refuge aux membres de PKK et qu’ils n’avaient pas réussi à provoquer une crise malgré leur refus de l’offre européenne stipulant l’adhésion au FTAF pour préserver l’accord sur le nucléaire. Ils avaient aussi souligné la corruption du régime en s’intéressant au cas de Firouz-Abadi. Ils avaient aussi signalé que Velayati, le M-AE permanent du clergé, avait détourné des fonds a appartenant à l’université Azad qu’il préside depuis quelques années.

JPEG - 149.5 ko
JPEG - 211.5 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs accusés à raison de tous les maux dont souffrent le régime et le pays ont gardé le silence. Ils n’ont également rien dit sur les discussions à l’OPEP. On a compris que les discours à Vienne ne leur permettaient pas de bloquer la proposition russo-saoudienne et obtenir un succès leur permettant de faire oublier leurs larcins. Zarif n’a également pas publié sa réponse en trois langues aux accusations de Pompeo ! L’absence de cette réponse pouvait signifier qu’il avait menti la veille juste pour calmer une panique naissante et qu’il avait peur d’isoler davantage le régime au sein de l’OPEP. `

JPEG - 167.3 ko
JPEG - 161.5 ko
JPEG - 164.5 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Leurs députés sont aussi restés silencieux : ils pouvaient être mouillés dans la fuite des capitaux et ne voulaient pas perdre la possibilité d’une rémunération pour fuir l’Iran  !

Les médias officiels ont aussi censuré les informations sur les prix de l’or et du dollar qui devaient indiquer le très haut niveau de la demande, le niveau de la panique au sein des collaborateurs du régime. Cette censure signifiait que la situation était préoccupante.

Au même moment, la contestation populaire s’est encore renforcée dans les régions touchées par la pénurie d’eau. Les employés des gigantesques raffineries d’Abadan ont cessé le travail et fermé le site en affirmant que l’eau dont ils disposaient était trop sale et trop salée pour être utilisable ! Les retraités de l’éducation nationale iranienne sont à nouveau descendus dans la rue pour exiger les pensions promises avant la fin du mois sans être payées ! Les miliciens dépouillés par les mollahs sont encore descendus dans les rues face aux succursales de la société de crédit Kaspian. Il n’y a eu enfin aucun policier pour empêcher les gens de crier leur colère ! Les policiers (eux-mêmes concernés par l’eau) avaient choisi le peuple.

Face à ce problème, les mollahs et leurs associés ont choisi la prudence et le silence.

Vers 21h, ils ont annoncé que leur ministre de pétrole (Zanganeh) avait claqué la porte lors d’une négociation avec les partisans de l’augmentation de la production faisant saboter ce projet !

En fait, selon les médias étrangers, il avait quitté la salle, mais ses adjoints y étaient restés, car le régime ne pouvait bloquer le projet en raison de son isolement. Zanganeh avait simulé un veto tonitruant pour rassurer les collaborateurs du régime pendant que ses adjoints essayaient de donner une image responsable du régime pour éviter que les autres membres leur imposent d’autres sanctions par la suite  !

Alors que le régime et ses dirigeants étaient ainsi déjà vaincus à Vienne, Steven Mnuchin, le secrétaire du Trésor de Trump a annoncé la saisie 148 milliards dollars de leurs avoirs déposés sans les informations nécessaires au FATF sur les comptes des 5432 jeunes issus de leurs familles ! Chacun a compris que les mollahs avaient les moyens de payer les salaires en retard pour empêcher les manifestations et remettre en marche l’économie du pays, mais ils ne voulaient rien dépenser de leur poche ! Les médias dissidents ont largement diffusé la nouvelle !

PNG - 382.7 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Dans la foulée, le Prince Reza Pahlavi a lancé un appel à la rupture aux miliciens de base (sans doute révoltés par cette situation) en s’engageant à leur garantir une place dans l’avenir du pays s’ils prouvaient qu’ils n’avaient rien fait de répréhensible. Cela pouvait conduire des dizaines de milliers de fonctionnaires, inscrits de facto à la milice à rompre avec le régime ! Les plus mouillés pouvaient aussi rompre dans l’espoir d’être recyclés en trahissant ceux qui avaient ruiné le pays en détournant ses revenus en faveur de leur clan !

Les mollahs ont censuré la nouvelle et ont de facto reconnu la pertinence de cet appel à la dissidence.

Vendredi 22 juin 2018 (01 Tir 1397), les mollahs devaient indiquer la direction à prendre lors de leur sermon de vendredi. Après une semaine de désinformation, personne ne pouvait les croire. Ils devaient arrêter les mensonges pour apaiser leurs collaborateurs, ! mais la résolution certainement hostile de l’OPEP pouvait les contraindre à mentir encore ! Ils ne pouvaient savoir ce qu’ils devaient dire ou ne pas dire pour éviter une plus grande panique interne !

Les mollahs ont davantage douté quand ils ont vu le M-AE russe Lavrov rencontrer le secrétaire général de l’ONU pour parler d’eux et de la Corée du nord sans critiquer à aucun moment les États-Unis. Dans la foulée, l’ONU a dit qu’elle dirait sous peu si elle était autorisée à juger une autre saisie des avoirs des mollahs d’un montant de 2 milliards de dollars. On pouvait supposer qu’elle allait justifier cette saisie et ouvre une jurisprudence pour priver les mollahs de leurs avoirs personnels.

Au même moment, le chef Pasdaran Sharokh Dayipour, principal instructeur du Hezbollah dans la lutte anti-blindés et responsable des miliciens du régime en Syrie, a été tué dans la région Abukamal, prés de la frontière irakienne. Le régime a gardé sa mort secrète pendant plusieurs heures et quand il en a parlé le motif de la mort nous est paru suspect, car il était question de combat, mais aucun des médias des pays engagés en Syrie n’en avait parlé.

JPEG - 81 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Par ailleurs, aucune frappe israélienne ou américaine n’était signalée. Il n’y avait aucun message de condoléances de la part des forces syriennes ou du Hezbollah. En revanche, il y avait une très lourde frappe aérienne irakienne dans la même zone contre des maisons reliées par des tunnels où vivaient 45 chefs de Daesh, groupe qui a été récupéré par les mollahs. Ils avaient été tués.

C’est pourquoi le récit de combat pour la mort de Dayipour ne pouvait être fondé. De fait de ces éléments notamment l’absence de larmes syriennes ou Irakiennes pour cet agent du régime, nous avons conclu qu’il avait été tué dans la frappe irakienne et en complément dans le cadre des pourparlers en cours entre les Américains, les Russes et les Syriens pour la pacification de la frontière avec l’Irak pour empêcher les mollahs de fournir des réfugiés afghans comme combattants à Daesh ou faire transiter ses agents vers l’Afghanistan pour affaiblir Trump.

Les mollahs ont zappé (ou nié) tous les coups qu’ils avaient pris et ont annoncé leur victoire certaine sur leurs ennemis grâce à leur chef Ali (Khamenei) comme jadis Ali (le gendre de Mahomet et premier calife chiite) avait pu vaincre dans le combat singulier à l’épée le champion de sa tribu !

Personne ne les a applaudis, car il n’y avait aucun combat singulier ou dual susceptible de régler leurs problèmes, mais en revanche, il y avait une coalition grandissante de puissances militaires et économiques à leur encontre dont ils ne pouvaient pas sortir vivants !

En début de l’après-midi, le constat de la condamnation et chute prochaine du régime est devenu plus évident avec l’annonce de l’OPEP autorisant les Saoudiens et les Russes d’augmenter ensemble la production mondiale d’au moins 1 million de barils par jour dans un mois en conformité avec des objectifs décidés en 2016, mais jamais atteints. Ces objectifs avaient été adoptés par les mollahs et de fait, la formule les empêchait de refuser. Aucun chiffre n’était cité et le volume pouvait être augmenté selon les besoins des puissances signataires.

Les mollahs n’ont rien dit, car ils ne pouvaient rien dire et aussi parce qu’ils étaient à 1 mois d’une panne sèche de dollars et avaient peur que cette perspective plonge leurs collaborateurs et leurs proches dans la panique la plus totale !

Après plusieurs heures de silence, Araqchi, leurs responsables des négociations sur le nucléaire, est allé à la télévision pour provoquer la panique dans la région en affirmant que le régime sortirait sans doute de l’accord de Vienne d’ici une semaine. Personne n’a réagi à l’annonce. Personne n’a tremblé à l’idée du désordre qu’ils pouvaient générer. Les mollahs ont réalisé que les grandes puissances n’avaient pas peur qu’ils puissent provoquer une course à l’armement nucléaire, car ils n’en avaient pas les moyens, une guerre avec du terrorisme, car ils avaient perdu leur principal agent en Syrie et enfin parce que Trump avait réussi à unifier la région contre eux. Araqchi n’a pas surenchéri.

Les gens du régime ont compris que leurs dirigeants n’avaient aucune arme pour se défendre et aucun cran pour défier les Américains et les 4+1 après ces défaites. Ils continuaient juste à proférer des slogans pour éviter l’explosion de leur régime exsangue !

---Semaine 541 :---
---Explosions avant les sanctions annoncées ! ---#

Samedi 23 juin 2018 (02 Tir 1397), les médias des mollahs annonçaient la victoire du régime à Vienne, car l’OPOP n’avait pas clairement annoncé en faveur d’une augmentation de la production : celle annoncée était, selon eux, théorique !

JPEG - 167.4 ko
PNG - 701.4 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les dissidents du régime avaient mis en avant l’axe Arabie-Russie pour contrer la propagande du régime et insistaient sur la décision (vite abandonnée) de sortir de l’accord de Vienne pour les obliger à défier les grandes puissances et être punis plus rapidement !

JPEG - 147.8 ko
JPEG - 214.7 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Au même moment, les mollahs ont constaté le renforcement de la contestation en raison de la disparition de l’eau des tuyaux d’Abadan et Khorramshahr. Car malgré leur défaite à l’OPEP, ils n’avaient pas réduit l’eau offerte aux Irakiens et aux Koweitiens ! Ils avaient peut être augmenté la dose officiellement et ne pouvaient pas revenir en arrière ! Les habitants étaient encore plus nombreux devant les bureaux de gouverneur de leur région pour dénoncer ces contrats et demander la destitution du gouverneur ! Il y avait des mollahs et des officiers parmi les manifestants et aucun milicien pour les disperser !


© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST. ORG

Les dirigeants religieux et miliciens sont restés silencieux, car malgré leurs slogans ils avaient perdu la guerre du pétrole et aussi leurs avoirs et aussi leur chef des opérations en Syrie ! D’anciens dirigeants des Pasdaran ont annoncé une réunion pour parler de la culture et le respect du peuple ! Ils étaient tous bien déprimés.

JPEG - 256.7 ko
JPEG - 235 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les collaborateurs du régime ont conclu que leurs dirigeants étaient dépassés et peut-être prêts à capituler et rompre avec le système qui était condamné par sa défaite à l’OPEP et en raison de la perte de ses avoirs expatriés ! Ils se sont rués sur les banques et les agents de change pour acheter autant de dollar et de pièces d’or que possible.

Les mollahs ont eu peur de perdre les dollars et l’or qu’ils gardent en Iran pour les affaires courantes. Ils ont déversé 723 milliards de tomans à la bourse à leurs nantis paniqués pour les calmer, mais la demande de dollar et de l’or a continué ! Ils ont tenté de leur barrer l’envoi de leurs dollars hors du pays en interdisant l’importation de produits qui ne seraient pas utiles au peuple et en annonçant la saisie des avoirs des contrevenants, mais la ruée vers les réserves d’or et de devises du régime n’a pas diminué !

Les mollahs ont tenté de bloquer la demande en augmentant le prix de dollar de 7800 tomans à 9000 tomans soit une hausse de 15% et en augmentant le prix de leur pièce d’or de 150,000 tomans et le fixant à 2,956 millions de tomans (se gardant de dépasser le seuil psychologiquement contre-productif de 3 millions de tomans), mais ces hausses de pris n’ont pas réduit la demande. Elles sont seulement inquiétées les Bazaris qui vendent essentiellement des produits importés par les grossistes liés au régime. Estimant qu’ils avaient déjà très peu de clients et n’en auraient plus avec le dollar aussi fort, ils ont tous fermé leurs boutiques à Téhéran et ont commencé à manifester contre les mollahs !

Au cours de l’après-midi, les mollahs ont tenté de se réconcilier avec leurs collaborateurs nantis paniqués en organisant un rassemblement présidé par leur M-AE pour leur décerner de prix comme créateurs d’emploi ! On n’a pas vu de photos de la salle et on a compris que les paniqués les avaient boudés.


JPEG - 263.2 ko


© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs ont tenté de dissuader la ruée vers leurs réserves en insistant à nouveau sur les punitions pour les importations de produits luxes et sur une diabolisation extrême des paniqués en les présentant comme les principaux responsables de la faillite du régime !

Les dissidents ont rappelé les 148 milliards de dollars détournés par les dirigeants pour leur dire qu’ils étaient les responsables de la faillite du régime et pire encore du pays pour encourager la panique qui avait bien déstabilisé le régime !

Washington a alors également semé la terreur chez les mollahs, car il a annoncé qu’il renonçait à défendre les islamistes syriens soi-disant modérés d’Al Nosra opposés à Assad lors de l’attaque projetée par ce dernier, laissant entrevoir qu’il avait conclu un deal avec lui ! Les mollahs n’ont pas alors félicité Assad pour avoir imposé ses volontés à Trump, car la passivité de ce dernier signifiait qu’il était en voie de parvenir à une entente comme avec Kim Jung UN.

La Russie a en revanche profité de ce deal en bombardant massivement les positions d’Al Nosra vingt minutes plus tard pour augmenter sa présence en Syrie et ouvrir la voie à l’invasion terrestre des troupes d’Assad. Les mollahs ne sont pas félicités après ces frappes et ont démontré qu’ils n’y gagnaient rien. On pouvait se douter de leur avenir en Syrie et leur possibilité d’y semer le désordre pour assurer leur avenir.

Dimanche 24 juin 2018 (03 Tir 1397), les médias du régime avaient mis leurs accusations contre leurs nantis paniqués pour les dissuader de continuer leur ruée sur l’or et les devises de leur régime ! Dans leur journal anglophone, les mollahs avaient aussi qualifié Trump d’Iranophobe pour ne pas parler de leur situation interne ! Ils avaient honte et peur que l’on puisse voir leur fragilité !


JPEG - 167.4 ko
PNG - 701.4 ko


© IRAN-RESIST. ORG

Les dissidents avaient mis en l’accent sur les désordres financiers de la veille et le prix de la pièce d’or au-dessus de 3 millions de tomans pour souligner la gravité de la situation.


JPEG - 189.3 ko


© IRAN-RESIST. ORG

On n’a constaté aucune manifestation de colère contre les nantis paniqués, mais encore des manifestations contre le régime et ses dirigeants ! Les nantis cherchaient encore à acheter de l’or et des dollars ! Les mollahs ont encore augmenté de prix de leur or, mais le chiffre a été censuré dans tous les médias. Ils ont aussi augmenté le dollar de 1000 tomans : le dollar était à 10,000 tomans (1500 fois son prix avant la révolution quand le chômage était inférieur à 2% et le taux correspondait à la baisse des activités saisonnières ! Les Bazaris de Téhéran sont restés fermés ! D’autres commerçants de Téhéran et d’autres villes ont fermé pour manifester et pester contre le régime !


JPEG - 339.4 ko

© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST. ORG

Les Parlementaires voyous ont pris la partie des opposants aux mollahs en parlant de la corruption du frère du président (Rohani) avant d’exiger la pendaison des responsables corrompus, demandant implicitement la mort de Rohani, son frère et ses ministres pour sauver leur peau dans un système qui semblait sur le point d’exploser !

Les chefs Pasdaran ont annoncé une grande réunion de tous les chefs de police. Ils étaient tous déprimés et leur seule grande déclaration était qu’ils n’allaient pas embêter les automobilistes, car le temps de « Stop & Fouille » était révolu depuis longtemps ! Ils ne voulaient pas s’opposer au peuple qui à présent avait la capacité de faire tomber le régime !


JPEG - 260.1 ko


© IRAN-RESIST. ORG

Le n°2 du gouvernement, Jahangiri (souvent accusé de détournement de fonds) a pris la parole pour rassurer les paniqués en affirmant que le régime aurait toujours assez de dollars. Mais il n’a pas pu les calmer. Le gouvernement a porté ses injections de fonds à la bourse à 1054 milliards de tomans sans parvenir à amadouer les paniqués.


JPEG - 223.1 ko
JPEG - 306 ko


© IRAN-RESIST. ORG

La demande a persisté.

Le gouvernement des mollahs a alors évoqué un remaniement et un changement de cap pour calmer la colère des uns et des autres. Les députés voyous s’y sont opposés ! Ils se disaient en faveur du peuple, mais ils n’allaient pas dans la rue. Visiblement, ils avaient envie de trahir le régime, mais avaient peur d’être rejetés. Leur attitude a contribué à la panique et la demande de dollar a persisté !

Zarif s’est rendu alors à la Chambre de Commerce de Téhéran, qualifié généralement de Vrai Parlement de la République Islamique d’Iran, pour amadouer les paniqués. On a vu une salle partiellement vide. Ce qui signifiait que sa visite était boycottée. Il a a dit que l’économie du régime se portait bien, qu’il avait gagné la guerre de pétrole à l’OPEP tout en affirmant que les paniqués œuvraient pour détruire le bateau dans lequel ils se trouvaient.

JPEG - 297.8 ko
JPEG - 349 ko
JPEG - 224.7 ko

© IRAN-RESIST. ORG

En manque d’argument, il a dit que ces gens n’avaient aucun avenir après la fin du régime (sous-entendu avec Reza Pahlavi), mais il n’a pas récolté des applaudissements, car les gens présents étaient justement de cet avis, c’est pourquoi ils veulent se faire la malle. Il a alors changé d’argument en affirmant que les Américains ne cherchaient pas la fin du régime, mais la fin de l’Iran pour diaboliser tout le mouvement hostile au régime ! La rencontre a fini sans aucune photo montrant les nantis en train d’applaudir ce bonimenteur désespéré !


JPEG - 226 ko


© IRAN-RESIST. ORG

La demande de dollar a persisté après ces mensonges et l’absence de la reconnaissance des pertes du régime pour aller vers une solution ! Le gouvernement a démontré son incapacité à gérer la crise, car sa seule réaction a été d’augmenter a encore le prix de dollar de 1000 tomans le fixant à 11,000 tomans pour étouffer la ruée vers les réserves du régime, mais il a persisté, car les mollahs et leurs agents n’avaient pas reconnu leurs fautes et n’avaient rien proposé pour y remédier.

Lundi 25 juin 2018 (04 Tir 1397), les médias du régime avaient mis en avant le discours de Zarif en affirmant que Trump voulait la fin de l’Iran alors qu’il est le seul président américain à s’être adressé aux Iraniens en leur parlant de leur identité iranienne (persane). On avait donc un régime dont les dirigeants se complaisaient dans la désinformation et le mensonge pour ne pas avouer leur défaite. Dans leur journal anglophone, ils faisaient état de l’opposition du Parlement à Rohani dans l’espoir de récupérer les députés voyous en leur attribuant la paternité des désordres survenus et éliminant de facto l’image d’un régime en déroute  !


JPEG - 162.9 ko
PNG - 647.8 ko


© IRAN-RESIST. ORG

Les dissidents avaient souligné le manque de scrupule des mollahs (responsables de la situation) en mettant en avant 7000 milliards de tomans (1,7 milliard de dollars) dernièrement détournés par les dirigeants pour inciter les mouvements hostiles à leur encontre !

JPEG - 154.3 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Hors Iran, il y avait une nouvelle bien déprimante pour les mollahs : l’administration Trump avait refusé à Javier Solana (ex-directeur de l’OTAN et ami des mollahs sur ordre de Brzezinski) le droit d’entrer sur le territoire américain sans visa en raison d’un voyage complaisant en Iran ! Cela voulait dire que tous les lobbyistes de l’ère Brzezinski étaient hors jeu et les mollahs ne pouvaient compter sur des amis des années passées mêmes en les payant !


PNG - 252.2 ko


© IRAN-RESIST. ORG

Les Bazaris sont descendus dans la rue en saluant l’Amérique et en criant que leur ennemi était bien en Iran (ils n’acceptaient pas le discours de Zarif et de ses patrons voleurs). Les manifestants ont annoncé qu’ils voulaient prendre le Parlement et renverser le régime ! Le Parlement était vu comme un maillon faible du régime, mais aussi un élément hostile, car il n’y a eu aucun appel à la rupture et il n‘y eut aucun signe de ralliement de la part des députés voyous !

© IRAN-RESIST. ORG

Les manifestants sont arrivés aux abords du Parlement avec le soutien des policiers de Téhéran en citant « béni sois-tu Reza Shah » pour dire qu’ils voulaient tous le rétablissement de la dynastie Pahlavi qui a bâti l’Iran ! Un camion a alors déversé une cargaison de briques devant eux pour les utiliser dans l’attaque des gardes du Parlement du régime ! L’attaque a échoué en raison du manque de coordination entre les Bazaris transformés en guérilleros !


MPEG4 - 5.5 Mo


© IRAN-RESIST. ORG

Dès le début de cette marche sur le régime, les mollahs ont eu vraiment peur. Ils ont baissé le dollar de 2000 tomans et l’or d’au moins 180,000 tomans tout en augmentant leur injection de fonds dans la bourse à 1322 milliards de tomans pour permettre aux paniqués d’acheter les biens qu’ils convoitaient pour qu’ils se calment, mais la demande a persisté.

Les mollahs conscients de leur faiblesse ont annoncé un grandiose enterrement pour le chef de leurs opérations en Syrie, mais peu de gens y ont participé et cette faible mobilisation a montré que les gens du régime rechignaient à se monter comme étant ses partisans.


JPEG - 81.5 ko
JPEG - 64.9 ko


© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs ont alors invité de hauts responsables irakiens et syriens en Iran pour dire qu’à défaut de partisans en Iran, ils avaient encore des amis dans ces deux pays ! Le secrétaire (chiite) du conseil de sécurité de l’Irak est venu en Iran, mais n’a rien dit en faveur du régime. Le n°2 de la diplomatie syrienne est aussi arrivé à Téhéran, mais n’a nullement approuvé les annonces d’expulsions des Américaines de son pays ! Les mollahs ont oublié d’organiser des conférences de presse pour des invités si peu utiles qui pouvaient seulement prouver la rupture de ceux qu’ils présentent comme des alliés  !


JPEG - 232.2 ko
JPEG - 157 ko
JPEG - 164.2 ko
JPEG - 59.1 ko
JPEG - 185.7 ko


© IRAN-RESIST. ORG

Après ces échecs à trouver des alliés, Zarif a dit qu’il attendait l’offre économique de l’EU pour le maintien de l’accord de Vienne tout en appelant Lavrov en lui promettant de cesser de bloquer l’adoption d’un statut de lac pour la mer Caspienne, mais il n’a rien obtenu de sa part, car la Russie a déjà choisi Trump depuis longtemps et aussi parce que les mollahs ont souvent faire ce coup de promettre leur aide pour le statut de Lac pour la Caspienne avant de se rallier au statut de Mer pour obtenir le soutien des grandes compagnies pétrolières.


JPEG - 46.9 ko


© IRAN-RESIST. ORG

Désespérés par ces échecs, les mollahs ont choisi la provocation et l’escalade en affirmant que leur ministre de l’intérieur était sur le site de l’enrichissement nucléaire de Natanz et il avait rencontré les ingénieurs et tous étaient prêts à démarrer l’enrichissement nucléaire ! Mais personne n’a réagi, car le régime ne peut défier personne et par ailleurs, on ne voyait pas les nombreux scientifiques annoncés par le ministre étant à ses côtés pour les activités prohibées annoncées !

JPEG - 93.8 ko
JPEG - 98.2 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Après ces échecs, la crise et l’attaque contre le Parlement du régime, la crise de panique devait continuer. Certains de ne pouvoir relever sans cesse le prix du dollar,vles mollahs ont annoncé l’ouverture d’un second marché de devises basé sur l’offre et la demande attribuant encore les variations à venir aux cambistes et aux acheteurs ! Ils ont aussi discrètement fait pression sur ! qu’ils allaient éplucher les comptes fiscaux des cambistes pour forcer ses derniers à ne pas monter les prix et discuter  !

Les mollahs ont aussi fait preuve d’apaisement envers le peuple en autorisant un accès partiel au principale stade de foot de Téhéran pour le match entre l’Iran et le Portugal. Les Iraniens ont boudé l’invitation, se disant prêts pour défier les mollahs ! Le match nul contre le Portugal a sauvé les mollahs.


JPEG - 111.5 ko
JPEG - 217.8 ko


© IRAN-RESIST. ORG

Mais les mollahs n’ont guère eu le temps de respirer, car au même moment, Trump a annoncé que son objectif était de réduire au néant leurs exportations pétrolières ! Non seulement ils ne pouvaient pas faire du chantage pétrolier, mais encore, ils allaient perdre leurs seuls revenus et perdre les moyens d’importer les carburants indispensables à la production de l’électricité en Iran !

Aucun des clients habituels du régime (Europe, Chine, Corée du Sud, Japon) n’a pris leur défense. Les mollahs ont zappé l’embargo pétrolier annoncé par Trump par peur de déprimer et perdre leurs derniers collaborateurs.

Mardi 26 juin 2018 (05 Tirs 1397), les médias des mollahs étaient focalisés sur le match de la veille  : ils les comparaient aux footballeurs iraniens, « vaincus, mais toujours debout ! » Dans leur journal anglophone, les mollahs avaient insisté sur la création d’un nouveau marché des devises. On a compris qu’ils redoutaient une nouvelle ruée vers leurs réserves d’or et de devises après l’embargo pétrolier annoncé par Trump.


JPEG - 142.2 ko
PNG - 777.6 ko


© IRAN-RESIST. ORG

Leurs craintes étaient fondées, car leurs nantis ont commencé à vendre massivement des actions pour acheter de l’or des dollars au point qu’il n’a pu les satisfaire et l’index s’est mis alors à chuter au lieu d’augmenter comme les jours précédant. Il a aussi dû augmenter à nouveau les prix de son or et ses dollars !

Les Bazaris ont continué leur grève dans les principales villes du pays (ci-dessous à Shiraz) car de toute façon ils ne gagnaient plus rien depuis longtemps et la situation ne pouvait plus tourner en leur faveur !


JPEG - 40.8 ko


© IRAN-RESIST. ORG

Les habitants de Khorram-Shahr et Abadan (sud-ouest) sont aussi encore descendus dans les rues pour réclamer de l’eau. Les habitants d’autres villes du sud du pays et également du centre du pays ont signalé qu’ils n’avaient également presque plus d’eau.

Le régime ne pouvait pas diminuer le prix du dollar et perdre ses réserves, mais il devait trouver de l’eau quelque part pour réalimenter les régions qu’il avait privées d’eau pour calmer la colère de leurs habitants. Il a diminué le prix de son dollar de 500 tomans pour montrer sa bonne foi, mais la panique a persisté en raison de l’embargo annoncé contre le régime qui réduisait ses chances de survie.

Les mollahs, peinés par le manque de confiance de leurs collaborateurs, ont cessé d’acheter les actions mises en vente et ont choisi l’intimidation en annonçant le congrès de leurs juges et leur volonté de punir les nantis paniqués par la pendaison ou 20 ans de prison !


JPEG - 356.7 ko
JPEG - 190.2 ko
JPEG - 216.2 ko


© IRAN-RESIST. ORG

Le choix des mollahs a démontré qu’ils n’avaient aucune réserve d’or, de devises ou d’eau pour calmer les actions à leur encontre ! La panique a persisté. L’indice a continué à chuter et le régime a maintenu sa position menaçante bien que très inefficace.

Les députés ont pris leurs distances avec les mollahs en critiquant Rohani et en exigeant sa tête ! Ils ont aussi critiqué les 5432 comptes étrangers des mollahs pour leur signaler que la mauvaise situation économique du pays était due à leurs détournements et leur signaler qu’ils devaient y remédier et non pas attaquer leurs collaborateurs paniqués.

La panique a persisté et l’indice a fini à -1017 points, la pièce d’or a fini avec 55,000 tomans de hausse à 2,831 tomans.


JPEG - 126.7 ko
JPEG - 69.1 ko


© IRAN-RESIST. ORG

Le gouvernement a organisé une fête pour la journée de l’Afrique pour obtenir le soutien diplomatique des pays endettés d’Afrique pour résister à l’embargo souhaité par Trump. Seule la Mauritanie a proposé une coopération aux mollahs espérant leur soutirer quelques dollars !


JPEG - 253.8 ko
JPEG - 275.6 ko
JPEG - 241.7 ko


© IRAN-RESIST. ORG

Trump a alors porté un nouveau coup aux mollahs en renouvelant son plan d’interdiction de voyage des habitants de pays musulmans radicaux aux États-Unis qui est en fait un plan destiné à empêcher des milliers de gens proches des mollahs au pouvoir de quitter l’Iran, grâce des visas achetés dans les pays visés par le décret de Trump ! Les mollahs ont ainsi été confrontés à un embargo de visas !

Les collaborateurs paniqués ne pouvaient également pas quitter le pays pour se mettre à l’abri, leur seule option de survie était de trahir le régime pour sauver leur peau.

Les mollahs, conscients de cette réalité, sont restés silencieux. Leurs députés voyous ont pensé à eux-mêmes. Ils se sont opposés au transfert de 3000 milliards de tomans (900 millions de dollars) des revenus municipaux vers la caisse des allocations gérée par le gouvernement et les ont confisqués et les ont gardés pour eux-mêmes, privant sans scrupuletous les Iraniens des allocations indispensables à leur survie, pour exiger le partage de ces derniers revenus du régime avant sa chute prévisible sous l’effet des embargos qui lui étaient imposés. Les membres du clergé et de leur gouvernement n’ont pas protesté. Ils ont ainsi donné leur accord pour mettre fin aux persiflages calculés de leurs députés. . .

Mercredi 27 juin 2018 (06 Tir 1397), les médias des mollahs avaient repris le discours de Zarif devant la chambre de commerce iranienne. Les mollahs désespérés et à court de solution espéraient vaincre la panique et les problèmes en relançant avec l’appui de leurs députés leur récit de l’hostilité de Trump à l’Iran fort et révolutionnaire.


JPEG - 178.2 ko
PNG - 800.3 ko


© IRAN-RESIST. ORG

Les cadres miliciens dissidents avaient en revanche mis en avant la menace de pendaisons des nantis paniqués pour souligner la faiblesse du régime et la possibilité pour les opposants de le combattre et le vaincre !


JPEG - 232.1 ko


© IRAN-RESIST. ORG

Tous les Bazars du pays étaient en grève. Les Bazaris étaient toujours dans les rues, car les mollahs n’avaient montré aucun signe de vouloir changé la donner ! Il y avait plus de monde dans les rues contre le régime.



© IRAN-RESIST. ORG

Les députés ont surpris les mollahs en défendant les habitants privés d’eau et en révélant qu’ils étaient dans cet état depuis 1 mois ! Ils ont aussi révélé que les pièces d’or du régime étaient en priorité réservées à 100 personnes très proches du régime (aux mollahs présents dans les diverses institutions du régime). Les députés ne semblaient pas avoir accepté le deal accepté par les mollahs. Visiblement, les députés voulaient plus d’argent ou ils estimaient la situation assez préoccupante pour qu’ils continuent à se montrer proches du peuple !

La panique s’est intensifiée ! Les mollahs ont un peu baissé le dollar et ont injecté plus de 700 milliards de tomans dans la bourse pour financer les de dollar qui rassure leurs nantis paniqués, mais l’indice s’est mis à chuter vertigineusement après sa hausse fictive : le tableau est passé au rouge (index en baisse) ! Les gens tentaient de vendre des actions sans que le régime accède à leurs demandes en les leur achetant. La demande de l’or s’était aussi intensifiée, car le régime a augmenté son prix de vente aux cambistes de 80,000 tomans et le fixant à 2916 tomans !

JPEG - 145.9 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Rohani alors en conseil des ministres n’a rien trouvé pour motiver les gens du régime.

JPEGJPEG
© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs ont organisé une grande réunion pour le Guide avec les juges sanguinaires et insolvables qui les servent sous la direction de Sadegh Larijani pour signaler leur détermination à combattre et punir avec les nantis paniqués pour éliminer leur nuisance ! Khamenei y a recommandé de la douceur vis-à-vis des gens du peuple qui manifestaient par pauvreté et la plus grande sévérité vis-à-vis des riches corrompus qui avaient ruiné le régime !

JPEG - 235.5 ko
JPEG - 311.8 ko
JPEG - 289.1 ko
JPEG - 236.2 ko

© IRAN-RESIST. ORG

La panique a persisté et la bourse a terminé cette dernière séance de la semaine avec un indice en baisse de 2202 points ! Les mollahs ont alors annoncé la fin de problèmes grâce à l’arrestation du plus important riche du régime qui profitait de ses malheurs ! Mais ils n’ont pas indiqué son identité ou ses initiales et chacun a douté qu’ils aient osé défier leurs nantis survoltés par peur d’amplifier leur panique et leur envie de se faire la malle !

PNG - 355.1 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Dans cette situation désespérée pour les mollahs, ces derniers ont opté pour une provocation atomique, mais au lieu d’annoncer la reprise de l’enrichissement à très grande échelle à Natanz, ils ont annoncé la reprise de production du gaz UF6 (le gaz qu’ils doivent introduire dans leurs centrifugeuses). Malgré des images délibérément anxiogènes (ci-dessous), leur choix a montré qu’ils avaient peur de se lancer à fond dans la provocation et a convaincu tous leurs interlocuteurs qu’ils étaient bien plus faibles que l’on pouvait imaginer.

MPEG4 - 4 Mo

© IRAN-RESIST. ORG

Trump a porté un nouveau coup contre les mollahs en affirmant via son M-AE qu’il n’avait aucun problème avec Assad et le principal problème en Syrie était leur action terroriste en Syrie ! Aussitôt la représentante de Trump à l’ONU a annoncé qu’elle avait demandé un débat au conseil de sécurité de l’ONU sur le terrorisme des mollahs et leur violation de la résolution 2231 sur leurs engagements nucléaires et sécuritaires après la soumission d’un rapport au secrétaire général de l’ONU à ces sujets.

Rohani a alors réuni les directeurs administratifs de ses ministères. Il leur a dit qu’ils ! devaient travailler dur, car ils étaient responsables devant le peuple ! Il voulait se montrer responsable et serviable, mais sans assumer la responsabilité des problèmes économiques du régime ! Il voulait bénéficier du pardon du peuple tout en restant dans le régime et bénéficier de ses avantages financiers !

JPEG - 120.2 ko
JPEG - 63.3 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Son discours doublement opportuniste et lâche a bien déplu à tous les derniers collaborateurs du régime. Ce discours a juste confirmé son manque de courage, son manque de qualification pour être aux commandes ! Personne ne l’a applaudi.

Dans la soirée, le secrétaire général de l’ONU a confirmé dans son rapport devant les membres du Conseil de Sécurité de cette organisation que les mollahs œuvraient par le terrorisme pour déstabiliser le Moyen-Orient et de fait, ils violaient la résolution 2231 du Conseil.

Les mollahs ont compris que la direction de l’ONU aidait Trump à préparer le terrain à l’adoption des nouvelles sanctions onusiennes contre eux. Ils pouvaient aussi être accusés de terrorisme par le FATF et se voir imposer un embargo financier et bancaire complet. Ils ont protesté en affirmant qu’ils n’avaient pas violé la résolution 2231, mais que Trump l’avait fait en quittant l’accord de Vienne et qu’en conséquence le Conseil de Sécurité devait le sanctionner !

Les Russes ont remis en cause la procédure inédite en affirmant que le secrétaire général de l’ONU ne pouvait nullement se passer d’enquêteurs compétents, mais ils ont refusé d’aider les mollahs à annuler les charges à leur encontre. On a compris qu’ils voulaient éviter de cautionner une procédure qui pouvait être utilisée contre eux-mêmes ou contre leur allié Assad, mais qu’ils n’étaient pas contre les projets de sanctions contre les mollahs ! Ils ont confirmé cette tendance en accordant sur Instagramm.ru (leur spin-off d’Instagram) un bel espace d’expression aux partisans iraniens d’un changement de régime et du rétablissement de la dynastie progressiste des Pahlavi !

PNG - 118.9 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs ont cessé de s’agiter par peur d’être ignorés et de souligner ainsi leur isolement !

Jeudi 28 juin 2018 (07 Tir 1397), les médias des mollahs affirmaient que Washington ne pouvait en aucun cas réussir de leur imposer un embargo pétrolier. En se basant sur le mode de pensée des mollahs, toujours dans le dénie des réalités, ils rejetaient activement l’embargo après l’avoir caché, car il avait déjà commencé avec les annonces de non-renouvellement des contrats d’importations par de nombreux pays et par l’EU et avaient peur de ne pouvoir cacher cette nouvelle défaite. Ils avaient aussi peur qu’en y réfléchissant, leurs collaborateurs arrivent à la conclusion que la défaite du régime à l’OPEP n’était qu’une étape dans l’embargo souhaité par Trump depuis des mois !

JPEG - 147.1 ko
PNG - 614.7 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les dissidents avaient mis en avant le discours agressif du Guide contre les nantis du régime pour mieux paniquer ces derniers et accentuer leurs très dangereuses agitations financières.

JPEG - 206.8 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Hors Iran, le journal saoudien Al Hayat affirmait que Trump devait rencontrer le 16 juillet Poutine à Helsinki pour lui demander entre autres d’expulser définitivement les mollahs de la Syrie !

Il n’y eut aucun démenti de la part des Russes, aucun soutien de la part des Syriens. Les mollahs se sont tus. Leur champion Rohani a tenté de les aider en insistant sur l’autonomie et la puissance du régime en inaugurant la seconde phase de la raffinerie Étoile du Golfe (Persique). Cela nous a bien fait rire, car cette raffinerie ne cesse d’être inaugurée sans n’avoir jamais produit le moindre carburant ! On n’a d’ailleurs pas vu les installations inaugurées ou quelques ouvriers en activités !

JPEG - 108.3 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les députés voyous ont aussi conclu que Rohani mentait encore ! Ils seraient fichus en restant avec lui ! Ils ont mis en doute sa capacité à sauver le régime en affirmant qu’il n’avait pas évoqué un quelconque plan pour mettre fin aux problèmes internes et pour résister aux sanctions à venir !

Le porte-parole du gouvernement qui est aussi le ministre du plan s’est senti visé et a pris la parole pour annoncer que le gouvernement avait finalisé 5 plans pour répondre à tous les problèmes, mais il n’a donné aucun détail sur ces plans et a dit qu’il en parlerait dans 3 jours (dimanche, second jour de la semaine en Iran). Tout le monde supposé que Rohani et son équipe n’avaient aucun plan et qu’ils allaient passer 3 jours à trouver quelques idées ou qu’ils espéraient que la masse des problèmes éclipse leur promesse de 5 solutions miraculeuses !

Alors que les mollahs & associés n’avaient aucun espoir de survie, l’administration Trump les a accusés de trafic d’êtres humains pour avoir raflé des enfants pour en faire des enfants soldats ! Les mollahs ont protesté via leur représentant à l’ONU, mais aucun pays ne les a défendus. Ils ont cessé d’en parler pour éviter de confirmer leur isolement et l’absence de tout moyen pour l’annuler.

Vendredi 29 juin 2018 (08 Tir 1397), les mollahs devaient indiquer une ligne à suivre alors que toutes les voies étaient bouchées et pleines d’obstacles et de danger.

Avant qu’ils ne parlent pour nier la gravité de leur situation afin d’éviter l’éclatement de leur régime, le Japon a annoncé qu’il le leur achèterait plus de pétrole !

Les mollahs ont censuré la nouvelle. Mais les cadres miliciens dissidents l’ont révélée et ont interrogé le ministre de pétrole Zanganeh à ce sujet. Il a jeté la faute sur les députés en affirmant que le pays pouvait être protégé malgré cette rupture si ces derniers ne s’étaient pas bêtement opposés au contrat avec Total. Or, ils ne s’y étaient pas opposés malgré le fait que Zanganeh avait offert 20 ans de pétrole et gaz gratuits à cette multinationale ! Zanganeh devait plutôt blâmer sa décision d’avoir misé sur cette compagnie à majorité d’actionnaires privés américains pour perturber Trump sans y parvenir. Son choix d’accuser des tiers au lieu d’assumer son erreur a bien déçu tous les collaborateurs du régime. Ils ont riposté en critiquant son chef Rohani qui avait agi de même.

Le clergé a tranché en faveur de son pion Rohani en affirmant dans son sermon de vendredi qu’il œuvrait pour le bien du régime et tout le monde devait le soutenir !

Les cadres miliciens dissidents ont alors rspuligné le manque de partisans du régime en montrant que le public de ce sermon était principalement des vieux. Ils ont aussi montré des autobus sur le parking du mausolée de Khomeiny où avait lieu ce sermon pour signaler que la salle avait été tant bien que mal remplie grâce à de vieux indigents déposés sur place par les mollahs pour cacher l’absence de mobilisation parmi leurs collaborateurs et l’absence de jeunes (miliciens ou mollahs) à leur côté !

JPEG - 142 ko
JPEG - 143.9 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Au cours de l’après-midi, aucun des ténors du régime n’a repris le discours des mollahs en faveur de Rohani qui n’avait assumé aucune responsabilité dans les problèmes du régime ! Personne n’était fan de Rohani. 2 qui niait le naufrage du régime pour éviter la fuite de ses soldats ! Personne ne voulait rester et être utilisé comme bouclier pour les mollahs. Mais il n’y a eu aucune contre-proposition. On a compris que les ténors du régime avaient peur de dénigrer Rohani, car sa chute pouvait entraîner celle du régime et leur propre chute. Finalement après un mois de revers explosifs, tous devaient continuer avec lui tout en sachant qu’il serait loin, très loin, d’avoir les capacités psychologiques et professionnelles pour les sauver ou même pour atténuer leur chute !

En fin de la soirée, le FATF a annoncé qu’elle gardait les mollahs sur sa liste noire, les empêchant de facto d’espérer avoir les investissements qui leur sont nécessaires pour survivre et pour garder le soutien de leurs collaborateurs. Les mollahs ont censuré la nouvelle, mais les cadres miliciens dissidents l’ont révélée pour montrer que les mollahs au pouvoir étaient condamnés afin de terroriser leurs collaborateurs et les contraindre à choisir la rupture au lieu de rester et couler avec eux.

Les routiers qui avaient mené le régime au bord du néant avec leur grève ont annoncé qu’ils reprendraient leur grève à partir de dimanche suivant pour mettre les mollahs en embargo alimentaires chez eux ! Les habitants assoiffés de Khorram-Shahr sont descendus massivement dans les rues en scandant le nom du prince Reza Pahlavi et en promettant qu’il allait arriver, comparant inconsciemment son retour comme plus vital que l’eau qu’ils attendent et dont dépend leur vie.

© IRAN-RESIST.ORG

© IRAN-RESIST.ORG

© IRAN-RESIST.ORG

© IRAN-RESIST.ORG

© IRAN-RESIST. ORG

Rohani est resté caché. Ses patrons cléricaux aussi. Leurs collaborateurs en kaki aussi. Les ténors désespérés du régime sont aussi restés cachés. Tous ont laissé entrevoir leur peur de défier le peuple, leur peur de commander une attaque et voir les armes se retourner vers eux, leur peur de précipiter leur chute.

Conclusions. Ces trois dernières semaines, les mollahs et leurs camarades miliciens ont enchaîné les défaites dans la guerre pétrolière qu’ils voulaient imposer au monde ! Ils n’ont pu riposter par le terrorisme à leurs ex-clients, car auparavant (à partir du mois de mars), Trump et ses associés avaient détruit leurs infrastructures terroristes basées en Syrie avec l’accord des Syriens et des Russes.

Ces défaites militaires, au cours des trois derniers mois, avaient de facto préparé le terrain pour les défaites pétrolières de ces 3 dernières semaines. Celles-ci devront continuer et déboucher sur un embargo auquel les mollahs ne pourraient répondre d’aucune manière. Tous ces revers ont sans cesse confirmé le constat interne de la condamnation du régime. Tous ces revers ont sans cesse intensifié la panique interne et l’envie de rupture chez les collaborateurs du régime.

Selon un expert iranien proche des Anglais (qui ont façonné la pensée politique des mollahs), ces derniers tergiversent en espérant retarder les sanctions à leur encontre et passer les deux ans qui restent à Trump et qu’il ne soit pas réélu ! Cet expert pensait qu’ils n’avaient aucune chance, car deux ans c’est long !

Nous pensons que les mollahs n’ont pas deux ans, car ils subissent déjà des sanctions à la fois par leurs ex-partenaires et aussi leurs collaborateurs qui ne cessent d’afficher leur envie de rupture !

Ces envies de rupture ont aussi permis à la cinquième colonne de s’exprimer et d’informer la masse écrasante des Iraniens hostiles au régime. Les mollahs n’ont pas deux ans devant eux !

Cette semaine, les policiers ont escorté les Bazaris (ex-piliers historiques de l’islamisme iranien) pour crier leur amour Reza Shah qui est le symbole du rejet à 1000% de l’islam ! Ces policiers ont même fourni des briques aux manifestants pour attaquer le Parlement des mollahs en forme de Pyramide maçonnique pour mettre fin à la République islamique très maçonnique des mollahs ! Ces derniers craignent à présent le jour où leurs policiers ne fourniraient pas des briques mais des armes à feu à la jeunesse iranienne pour achever leur régime agonisant.