Accueil > Photos > Semaine en images n°533 : Décadence, naufrage et Alzheimer volontaire



Semaine en images n°533 :
Décadence, naufrage et Alzheimer volontaire

18.05.2018

En 2016 , Washington a renoncé à sa diplomatie islamiste conçue par le géopoliticien russophobe et sinophobe Brzezinski, car elle avait produit des troubles géopolitiques graves sans lui offrir des alliés bénéfiques à ses intérêts pétroliers. Le changement de ligne a été concrétisé par la mise à l’écart de l’Establishment républicain et démocrate en place depuis 1973 par des révélations pénalisantes sur son candidat Hillary Clinton pour aider l’élection de Trump qui n’en faisait pas partie.

En 2017 , sous l’impulsion de ce changement diplomatique majeur, les États arabes ont enfin été autorisés à évoquer le terrorisme sciemment déstabilisateur des mollahs notamment leurs soutiens aux islamistes du Liban et de la Syrie et de Yémen pour perturber la sécurité du golfe Persique et du bassin méditerranéen afin d’avoir des moyens de pression sur les grandes puissances et ainsi garantir leur propre survie. Les États musulmans ont soutenu la coalition arabe menée par l’Arabie Saoudite. Le Hezbollah a aussi fait un pays vers l’Arabie Saoudite, privant les mollahs de leur ingérence décisive au Liban.

Fuite en avant & conséquences| Les mollahs ont alors amplifié leur soutien aux Houthis. Ils ont aussi essayé de s’allier les Européens contre Trump en leur vendant du pétrole très bon marché et en leur achetant tous leurs surplus non vendus. Mais ces partenaires commerciaux n’ont pu les sauver en raison de leur terrorisme et in fine, ces relations ont seulement aggravé leur faillite économique. Les mollahs se sont retrouvés incapables d’approvisionner leur marché intérieur. Ils ont annulé les épargnes de leurs miliciens de base pour limiter leur pouvoir d’achat et éviter une pénurie généralisée.

En novembre dernier, ces miliciens se sont révoltés en se ralliant au peuple pour demander par leurs slogans la fin du régime et le rétablissement de la monarchie progressiste des Pahlavi. Des milliers d’ouvriers que le régime payait mal ou rarement -dont ceux du secteur pétrolier- ont rejoint le mouvement en cessant de travailler. De nombreux gradés de la milice et l’armée ont rejoint le mouvement par des actions violentes contre le régime. Les barbouzes du Parlement ont aussi pris leur distance avec leurs dirigeants en les accusant de corruption ! Les hommes d’affaires du régime ont paniqué et se sont mis à vendre leurs actions et à acheter des dollars pour fuir le régime.

Les mollahs, incapables de riposter, ont intensifié le soutien aux Houthis avant de menacer directement la sécurité du détroit d’Ormuz.

Les grandes puissances dont la Russie les ont punis en les privant de tout investissement étranger ou transfert de fonds vers l’étranger en renouvelant leur classement sur la liste noire des pays qui financent le terrorisme !

Au même moment, Trump a créé la surprise en parvenant à établir un contact avec Kim Jung-Un, unique fournisseur de missiles aux mollahs qui (pour sa survie) pouvait dévoiler des informations sur les capacités, les failles et les lieux de stockages de ces engins. Au même moment, un des plus importants stocks de missiles des mollahs a explosé en Iran. Après ces performances politiques hors du commun, Trump a aussi vaincu la résistance des Européens en prenant John Bolton comme ministre des Affaires étrangères.

Les mollahs en très grand danger ont multiplié les tentatives osées pour déstabiliser la région afin de déstabiliser leurs ennemis. Ils ont excédé les Européens, mais aussi la Russie et la Syrie qui pouvaient en souffrir. Ces deux pays ont laissé les troupes de l’OTAN bombarder le centre de commandement des actions terroristes des mollahs situé à Al Qisa près de Damas, les privant de tout moyen pour assurer leur survie par le chaos !

Les miliciens de base qui avaient permis le soulèvement de l’hiver dernier ont profité de cette défaite majeure pour rappeler leur envie de changement de régime en défilant à l’occasion de la journée de l’armée, en jouant lors de ce défilé l’hymne patriotique en vigueur sous le Shah ! Cette démonstration de force n’était pas possible sans la passivité complice des miliciens du ministère de l’Intérieur. Les mollahs ont conclu que ces miliciens avaient rejoint la 5e colonne de l’opposition au sein de leur régime.

La semaine dernière (21-28 avril 2018 | 1-8 Ordibehsht 1397), Macron et Merkel devaient rencontrer Trump et officialiser leur soutien pour sanctionner les mollahs pour leurs tentatives incessantes de garantir leur survie grâce à la pour déstabilisation du Moyen-Orient par l’intermédiaire de la guerre des Houthis contre l’Arabie Saoudite.

Les barbouzes parlementaires ont attaqué les dirigeants pour les forcer à leur accorder des dollars pour qu’ils puissent aussi s’enfuir ! Les mollahs ont limité l’accès aux leurs dollars pour les garder eux-mêmes ont de facto engendré une grande manique financière notamment chez leurs serviteurs affairistes.

Cette panique et les coups portés contre le régime ont paniqué les ayatollahs au pouvoir ! Ils ont essayé de rallier leurs commandants miliciens pour contredire leur rupture, mais ils n’y sont pas parvenus ! Ils ont tenté de réanimer leur fausse opposition (le Mouvement Vert), mais ils n’y sont pas parvenus. Ils ont tenté de se donner une bonne image et un arrangement pour une passation de pouvoir volontaire avec le prince Reza Pahlavi en prouvant qu’ils n’avaient détruit les restes de son grand-père, Reza Shah, fondateur de l’Iran moderne et l’inspirateur du peuple. Mais le peuple a exprimé avec une telle force son attachement pour son œuvre et à la nécessité d’une contre-révolution islamique qu’ils ont préféré oublier cette option !

Les mollahs ont alors multiplié les improvisations passant d’un allié à un autre, de l’apaisement à la menace d’une guerre nucléaire, pour forcer Macron et Merkel à renoncer à leur adhésion à Trump. Ils ont échoué car ces deux dirigeants et deux premières puissances européennes ont annoncé que l’accord sur l’arrêt des activités nucléaires du régime ne suffisait pas à garantir leur sécurité et qu’ils allaient soutenir l’adoption de nouvelles sanctions contre les mollahs ! L’Italie, principale partenaire économique européenne des mollahs a alors rejoint le concert des critiques à leur encontre, laissant envisager l’adhésion tout entière de l’Europe aux sanctions souhaitées par Trump.

Le ministre des AE du régime a annoncé qu’il partait à Moscou dans l’espoir d’obtenir le soutien de Poutine.

Cette semaine, les mollahs devaient obtenir le soutien des Russes pour survivre. Rien n’était moins incertain. Ils devaient donc accentuer la guerre au Yémen ou provoquer une guerre entre Israéliens et les Palestiniens. Ils devaient agir vite car la mobilisation pour Reza Shah avait permis de constater la vigueur de l’opposition et par ailleurs des centaines de milliers d’ouvriers en grève espéraient bénéficier du soutien des Européens, désormais anti-régime, à l’occasion du 1er mai !

Le 2 mai, la situation des mollahs pouvait s’aggraver en raison de la journée de l’Instituteur car les instituteurs iraniens vivent sous le seuil de la pauvreté. Leur situation pouvait aussi aggraver car en raison de la journée des déshérités car tous les Iraniens se considèrent ainsi ! Les mollahs devaient déstabiliser le monde pour être entendus avant qu’ils soient déstabilisés par leurs problèmes intérieurs. Ils n’ont pas pris garde à leurs ennemis extérieurs et ont subi une défaite encore plus grande !



Samedi 28 avril 2018 | 08 Ordibehesht 1397), Iran, l’organe du gouvernement des mollahs, avait zappé les revers et les défaites subies la veille. Il citait le clergé qui se disait prêt à écouter le peuple en particulier les jeunes. Étant donné que 90% des jeunes sont sans emploi, le gouvernement avait peu que le 1er mai tourne plus autour du chômage massif des Iraniens qu’autour des revendications de salaire et essayait d’empêcher que les jeunes participent massivement aux manifestations du 1er mai et provoquent une situation révolutionnaire !

JPEG - 194.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Tehran Times, l’organe anglophone des mollahs, avait mis en avant la présence d’Oliver Stone en Iran. Le clergé voulait faire oublier ses propos inamicaux et prétendre qu’il avait eu son soutien. La seule explication possible était de faire croire aux dirigeants américains que le régime avait des alliés insoupçonnables chez eux et pouvait grâce à eux et à leurs alliés ! En gros, tout simplement les mollahs crânaient après une semaine éprouvante pour dire « même pas peur ».

PNG - 916.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans Abrar, les miliciens-politiciens-affairistes faussement dissidents (du clan du défunt mollah mafieux Rafsandjani) avaient révélé qu’au cours de la précédente année iranienne, les mollahs n’avaient pas fait sortir 19 milliards de dollars du pays, mais 41 milliards de dollars du pays en prévision à leur exil ! Ces complices des mollahs qui se sentent trahis par ces derniers rappelaient que les mollahs offraient encore 5% d’intérêts en rial pour les comptes en devises à condition que l’argent reste bloqué pendant un an. Ils avertissaient les détenteurs de ce genre de comptes que leurs dollars pouvaient disparaître au cours de l’année en cours afin de les encourager à retirer leur argent de ces comptes (malgré les pénalités en vigueur et perdre un peu, pour ne pas perdre tout ce qu’ils ont). Ils entendaient évidemment déstabiliser les mollahs qui les avaient trahis.

JPEG - 185.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Enfin dans Javan, les cadres miliciens décidément dissidents signalaient la peur des mollahs en révélant les mollahs qu’ils venaient encore de baisser lac vitesse du réseau social Telegram une nouvelle fois après le début de la mobilisation autour de la figure de Reza Shah ! Ils affirmaient par ailleurs que Macron était aux ordres de Trump pour souligner la défaite des mollahs et pour amplifier leur panique et de mieux déstabiliser leur régime !

JPEG - 214.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au même moment, les médias régionaux ont annoncé que le nouveau m-AE américain avait rencontré son homologue saoudien qui lui avait signalé le soutien de son pays à tout ce que déciderait Trump à propos des mollahs !

JPEG - 139.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Le gouvernement des mollahs a démenti son isolement et la peur que l’on lui avait attribués en rappelant qu’il organisait en ce jour un forum avec les banquiers de l’Europe et de la Russie ! Mais l’info n’était pas juste, car il avait organisé ce forum et très peu d’étrangers avaient fait le déplacement après l’adhésion de Macron et surtout de Merkel à Trump,qui présageait le soutien de l’EU à la révision de l’accord de Vienne !

JPEG - 113.3 ko
JPEG - 188.5 ko
JPEG - 114.6 ko
JPEG - 108.5 ko
JPEG - 74.7 ko
JPEG - 84 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Cet échec a déprimé tous les affairistes du régime. Dès l’ouverture de la bourse, ils ont mis en vente autant d’actions que les lois restrictives du régime le permettent. Le gouvernement a limité ses achats. Les actionnaires ont maintenu leur offre de vente. L’indice a chuter et 90% des actions ont baissé : le plan de la bourse est devenu rouge à 90%.

PNG - 448.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Le m-AE du régime qui venait d’arriver à Moscou pour une réunion sur le processus d’Astana a tenté de provoquer un clash entre les Russes et les Américains en critiquant les frappes de ces derniers sur le territoire syrien et en précisant qu’ils allaient aussi s’entretenir longuement avec son homologue russe à propos des sanctions américaines laissant supposer qu’ils allaient utiliser la réunion pour déclencher une crise devant les journalistes présents.

JPEG - 93.5 ko
JPEG - 69.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Lavrov a vite empêché cette dérive en rencontrant Zarif et s’alignant sur la position européenne par l’affirmation que l’accord de Vienne devait servir de cadre pour de nouvelles négociations !

JPEG - 302 ko
JPEG - 301.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont alors parlé de cette réunion avec Lavrov après celle sur la Syrie (ci-dessous) pour faire patienter leurs compagnons, mais l’absence d’info à ce sujet a contribué à la panique à la bourse de Téhéran.

JPEG - 89.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les chefs Pasdaran ont alors promis 3 millions de logements à leurs miliciens pour les mobiliser et rassurer les paniqués, mais ils n’ont eu aucun écho à cette promesse. Ils ont tenté de rassurer les paniqués en annonçant un grand rassemblement avec des milliers des soldats pour recevoir des prix dans le cadre du festival Jeunes soldats. Mais les images des soldats étaient truquées (sur-densification au centre & soldats plus grands au fond / au milieu - vous pouvez cliquer sur les images pour les agrandir-) et on ne voyait aucun jeune soldat parmi les primés. Cela signifiait que la milice n’avait pas les soldats qu’elle prétendait avoir pour protéger le régime !

JPEG - 220.9 ko
JPEG - 485.4 ko
JPEG - 161.7 ko
JPEG - 267.1 ko
JPEG - 185.9 ko
JPEG - 135.9 ko
JPEG - 134.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La bourse a fini avec un indice en baisse de 512 points. Le prix de la pièce en or du régime avait aussi augmenté de 15,000 tomans ce qui signifiait que le peu d’argent distribué par le régime avait été utilisé pour l’achat de cet or malgré l’incertitude sur sa qualité.

Le gouvernement a interdit le droit de se dire en faillite en expliquant qu’il était devenu un moyen pour les nantis de refuser de rembourser leurs prêts en dollars ! On a compris que les nantis faisaient tout pour préserver leurs avoirs sans se soucier de leurs dirigeants.

Le n°2 de la diplomatie anglaise, Alistair Burt, est alors arrivé à Téhéran pour parler des évolutions de l’accord sur le nucléaire et la journaliste irano-anglaise retenue en otage par le régime pour faire pression sur l’Angleterre. Le n°2 de la diplomatie anglaise espérait obtenir sa libération en faisant pression sur les mollahs avec l’alignement de ses supérieurs sur Macron et Merkel. Les mollahs ont refusé, car ils allaient perdre leur seul atout. Burt n’a fait aucune déclaration négative contre la position européenne pour faciliter l’échange. Les mollahs ont compris qu’ils n’obtiendraient rien de sa part et que l’Angleterre avait fait son choix. Ils n’ont pas répercuté la rencontre qui n’avait rien de bon.

JPEG - 231.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont annoncé une longue rencontre en cours avec Lavrov pour faire espérer leurs compagnons et s’éviter une nouvelle panique. Or, la rencontre était terminée depuis longtemps et la Russie n’avait pas soutenu les mollahs. Zarif était resté à Moscou pour duper les compagnons paniqués du régime. Il a finalement rentré, mais sans donner de conférence de presse, car cela risquait de fâcher les Russes.

Les mollahs désespérés ont tenté de provoquer une guerre régionale entre Israël et la Syrie en ordonnant des tirs de roquettes de leurs miliciens en Syrie depuis le plateau du Golan sur le nord d’Israël. L’état hébreu s’est gardé de riposter et permettre aux mollahs d’obtenir une crise pour se faire oublier ou forcer ses nouveaux adversaires à continuer à les harceler.

Dimanche 29 avril 2018 | 09 Ordibehesht 1397), Iran, l’organe du gouvernement des mollahs, avait zappé les revers et les défaites subies la veille et affirmaient des contacts de 250 banques russes ou européennes. Le gouvernement des mollahs refusait d’admettre ses défaites pour s’éviter une nouvelle panique !

JPEG - 174.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Tehran Times, l’organe anglophone des mollahs, avait mis en avant Zarif à côté de Lavrov pour annoncer le soutien de Moscou alors que la photo était celle de la rencontre de la veille sur Astana. Les mollahs cherchaient à provoquer une crise entre Moscou et Washington sans avoir les moyens d’y parvenir. Leur choix montrait leur mauvaise intention et leur manque de moyen pour y parvenir. Leur choix montrait qu’ils n’avaient rien à faire des Russes et ce qu’ils pouvaient décider, car ils ne leur montraient aucune amitié.

PNG - 804.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans Abrar, les miliciens-politiciens-affairistes faussement dissidents (du clan du défunt mollah mafieux Rafsandjani) évoquaient la diminution de la bulle de l’or pour rappeler que l’or restait une valeur refuge en l’absence de dollar pour encourager un rush sur l’or (importé par les mollahs) et aussi pour dépouiller et punir les mollahs qui préféraient se garder leurs dollars.

JPEG - 149.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Enfin dans Javan, les cadres miliciens décidément dissidents insistaient sur l’adhésion de Merkel à Trump en échange de bonnes relations économiques avec les États-Unis (Merkel a vendu le JCPOA) en référence à l’exemption d’un mois de droit de douane des exportations européennes de l’acier vers les États-Unis pour démontrer que le pétrole pas cher des mollahs ne faisait vraiment pas le poids dans la guerre du régime contre les États-Unis.

JPEG - 253.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au même moment, les bureaux de la PM anglaise ont annoncé que l’Angleterre s’était convenu avec la France et l’Allemagne pour adopter une ligne commune par rapport au projet de révision de l’accord de Vienne. Les mollahs ont compris que les Européens avaient sans doute obtenu d’autres compensations économiques et allaient tous vendre leur attachement au business en Iran et s’aligner sur les demandes de Trump !

PNG - 164.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les médias internationaux ont alors aussi signalé que Pompeo était en Israël et il y avait bénéficié du même soutien qu’en Arabie Saoudite. Ce qui signifiait l’unité des Saoudiens et des Israéliens contre les mollahs !

JPEG - 104.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Rohani a alors réuni les membres de son gouvernement et tous ceux qui les assistent pour montrer qu’ils ne manquaient pas de ressources pour gérer le régime.

JPEG - 152.6 ko
JPEG - 66.2 ko
JPEG - 71.9 ko
JPEG - 95 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais il a aussi affirmé qu’il détestait les ministres pessimistes qui l’ennuyaient en lui parlant de la sécheresse ou du manque de revenus en devises d’investissements étrangers ! Il a précisé qu’il ne les écoutait même pas, car ils aidaient les ennemis à démoraliser le peuple ! Il préférait agir comme Rafsandjani qui était un véritable optimiste et lui disait toujours tout irait mieux à la fin !

MPEG4 - 2.8 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Ses propos ont effrayé les collaborateurs du régime, car il disait qu’il refusait la réalité en faisant référence à une période définitivement révolue où le régime avait le soutien absolu des Européens et la perspective d’une survie après un arrangement avec les Américains alors dotés d’une diplomatie pro-islamiste ! Sa référence était également mauvaise, car Rafsandjani n’avait jamais créé des emplois, car les revenus ou les investissements consentis par les Européens étaient bien insuffisants et disparaissaient dans les poches de Rafsandjani et tous ceux qui le soutenaient pour leur permettre de financer leurs propres importations des produits bas de gamme européens, turcs ou chinois.

Par ailleurs, Rohani a aussi critiqué les jeunes qui lui demandaient des emplois en précisant qu’il ne pouvait leur en fournir, car l’État avait déjà trop de fonctionnaires. Il l’a comparé à un homme devenu trop gros pour marcher sans béquille qu’il aurait même bientôt besoin d’une chaise roulante pour avancer ! Il a conseillé aux jeunes de se lancer vite dans le monde du travail et apprendre des métiers au lieu d’entreprendre des études qui ne mènent à rien !

MPEG4 - 5.1 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Cette partie de son discours a aussi mis en alerte les collaborateurs du régime, car il conseillait aux jeunes de travailler en se projetant encore dans l’environnement révolu de l’époque de Rafsandjani qui avait seulement permis de créer des sous-emplois dans la vente des pièces importées, ce qui ne pouvait être possible avec la pénurie de dollars !

En résumé, Rohani fait référence à une époque bonne pour les gens proches du régime afin de gagner le soutien de ces derniers tout en espérant que la récession actuelle pousse les plus pauvres à applaudir le retour à la période de fausse opulence qui avait laissé mourir toute production en Iran !

Mais les plus riches ne pouvaient adhérer à la promesse d’un retour à l’époque de Rafsandjani qui n’avait pas assuré l’avenir du régime, mais fait le lit de sa déchéance ! Les jeunes issus des classes écrasées à cette époque ne pouvaient pas y voir un avenir ! Il n’y eut de fait aucune manifestation de joie ou d’apaisement chez les plus nantis qui s’agitaient pour vendre leurs actions et acheter des pièces d’or ou encore des dollars sur le marché noir de leur ville.

PNG - 334.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

On n’a également également vu aucun apaisement chez les dizaines de milliers d’Iraniens en grève dans les secteurs pétroliers, agricoles, industriels ou commerçant (notamment tous les bazars du Kurdistan - ci-dessous à Bâneh) pour que les mollahs puissent espérer un 1er mai moins dangereux pour leur régime.

WebM - 3.5 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Mais les chefs Pasdaran et leurs pions qui parlent au nom des étudiants iraniens ou encore les barbouzes parlementaires n’ont pas critiqué ce discours malgré son inefficacité ! Ils aidaient le régime à garder le pouvoir et préserver ses richesses pour lui même dans l’espoir de pouvoir en bénéficier aussi !

Ce silence complaisant des collaborateurs du régime avec les mollahs malgré l’inimitié de ces derniers n’a certainement pas assuré les nantis paniqués qui évoluaient sans aucune protection ! Ils ont continué à proposer leurs actions à la vente. Le régime doublé sa mise financière (en passant de 212 milliards de tomans -MMT- à 453 MMT), mais l’offre de vente a augmenté et l’indice a reculé de 474 unités. L’or a aussi augmenté de 23000 tomans (23 KT) pour atteindre 1 million 800 mille tomans (1,8 MT).

Rohani, se voyant en danger et face à une crise plus grave le 1er mai, a appelé discrètement Macron pour affirmer qu’il aimait beaucoup la France et son idée de négociation avec l’Arabie Saoudite, mais Macron n’a pas accepté (car on n’a rien entendu à ce sujet) et il a encouragé Rohani à rester sous le régime restrictif de l’accord de Vienne (JCPOA en anglais ou Barjam en iranien) tout en acceptant de faire cesser l’ingérence régionale du régime et aussi à réduire arrêter son programme balistique ! Rohani a réalisé que Macron oeuvrait désormais à 100% selon les attentes de Trump !

Rohani a annoncé qu’il avait appelé Macron en oubliant ce qu’il lui avait dit pour laisser supposer que la France n’avait pas accepté de s’aligner sur les attentes de Trump !

En parallèle, Rohani a donné son feu vert à plus de tirs de missiles sur Israël dans l’espoir de provoquer une nouvelle guerre au Moyen-Orient entre les membres de la coalition arabo-israélo-occidentale à son encontre ou à défaut créer une urgence ailleurs pour cesser d’être la seule urgence de cette coalition !

Les Israéliens ont riposté avec une force inattendue à cette provocation en bombardant les installations du régime sur certaines bases syriennes à Alep avec des bombes anti-bunkers, détruisant notamment un dépôt de plusieurs dizaines de tonnes de roquettes récemment expédiées par le régime sur ce site ! Cette frappe a tué 38 personnes, dont 26 agents du régime, qui géraient ce site et a provoqué un tremblement de terre d’une force de 2,6 sur l’échelle de Richter dans les alentours !

PNG - 296.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Le régime ne pouvait être si durement frappé sans que les Russes aient autorisé l’attaque dans le ciel syrien ! La Russie avait visiblement puni les mollahs en réponse à leur tentative de provoquer une guerre contraire à ses intérêts en Syrie ! On pouvait aussi estimer que la Syrie avait laissé faire les Israéliens, car ces derniers n’avaient perdu aucun avion et n’avait subi aucune riposte syrienne ! La Syrie déplorait seulement une nouvelle agression de la part d’Israël !

Les mollahs punis par les Israéliens, les Russes et les Syriens ont minimisé leurs pertes pour fuir la nécessité d’une riposte de peur d’être à nouveau frappés avec plus de vigueur et de fait assister à plus de ruptures au sein de leur régime agonisant à un moment où la contestation devait s’intensifier !

Lundi 30 avril 2018 | 10 Ordibehesht 1397), à J-1 des manifestations forcément hostiles du 1er mai destinées à faire parler de la contestation anti-régime ; Iran, l’organe de Rohani et du gouvernement des mollahs avait zappé les revers et les défaites subies la veille, ainsi que les pertes importantes subies la veille à Alep par la faute de la passivité intentionnelle des Russes et des Syriens. Rohani avait aussi oublié la journée du golfe Persique, journée inventée par le régime, pour regagner le soutien du peuple, car elle pouvait devenir une journée identitaire anti régime ! Rohani avait mis en avant une nouvelle version plus rassurante de son appel à Macron en affirmant qu’il avait rejeté tout changement de la part du régime ! Encore une fois, Rohani niait ses échecs. Il agissait ainsi pour ne pas perdre le poste qui lui permet d’accéder en priorité aux moyens de fuite. Il agissait aussi sans doute à la demande des mollahs qui ont peur de perdre la direction de leur propre régime ! Il devait en principe aggraver la crise au sein du régime !

JPEG - 172.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Tehran Times, l’organe anglophone des mollahs, avait aussi zappé leurs pertes et avait mis en avant le discours de la veille de Rohani en précisant qu’il avait réussi à motiver les Iraniens en leur apprenant que les mauvaises nouvelles étaient un complot des ennemis pour les démoraliser ! Les mollahs disaient forts et unis avec le peuple (même pas peur) afin de dissimuler leur peur dans l’espoir que leurs ennemis renoncent à continuer leurs frappes ! Cela devait aussi en principe aggraver la crise au sein du régime !

PNG - 803 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans Abrar, les miliciens-politiciens-affairistes (dissidents par intérêt) révélaient que tous les prix avaient augmenté d’au moins 30% signalant que le régime avait augmenté les prix pour lutter contre la pénurie à venir en raison de pénurie de dollars !

JPEG - 149.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Enfin dans Javan, les cadres miliciens décidément dissidents avaient mis en avant l’aveu du pessimisme des ministres du gouvernement de l’espoir pour accuser Rohani de faire preuve d’un optimisme factice afin de nier l’échec de l’espoir qu’il disait incarner !

JPEG - 214.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au même moment, des milliers de Kurdes iraniens sont descendus dans les rues en guise de solidarité avec ceux qui étaient en grève dans leur région. Ils voulaient déstabiliser les derniers miliciens fidèles au régime pour qu’ils n’osent pas empêcher les rassemblements prévus le 1er mai qui devaient attirer l’attention du monde sur l’Iran !

WebM - 688.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Le groupe terroriste Haqqani, agents des mollahs et de Daesh, a alors frappé un lieu de rassemblement des journalistes étrangers en Afghanistan. Après cet avertissement indirect, les mollahs se sont empressés d’exprimer leur tristesse et leur engagement dans la lutte anti-terroriste pour faire comprendre à leurs adversaires internationaux qu’ils pouvaient les tuer ou y renoncer. Mais ils n’ont constaté aucun changement favorable à leur régime de la part des Occidentaux !

Le clergé a alors annoncé un rassemblement de milliers d’ouvriers autour du Guide. Ce dernier a affirmé que le vrai ennemi des ouvriers iraniens était l’Amérique qui sanctionnait le régime et son économie ! Puis, il a dit qu’il avait visité auparavant une exposition des œuvres des ouvriers méritants et il avait envie de baiser leurs mains pour saluer leur talent !

La foule visible chez le Guide était clairement une création Photoshop, car il y avait trop de gens par rangées après la zone VIP qui est elle-même contenue par des barrières qui montrent le manque de confiance des mollahs en leurs plus proches collaborateurs & il n’y avait pas les mêmes uniformes d’ouvriers sur toutes les images.

JPEG - 219.5 ko
JPEG - 515.9 ko
JPEG - 201.7 ko
JPEG - 475.1 ko
JPEG - 196.1 ko
JPEG - 78.1 ko
PNG - 1.5 Mo
PNG - 788.2 ko
MPEG4 - 10.2 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Le discours et le baiser du Guide sur les mains des ouvriers (après une exposition dont personne n’avait entendu parler) étaient clairement un geste d’apaisement pour faire oublier le discours choquant de Rohani sur la forte corpulence de l’État et pour empêcher que de millions d’Iraniens suivent l’exemple des Kurdes et par leur participation aux manifestations du 1er mai déstabilise le régime !

Mais tous les Iraniens savent que les Américains n’ont pas détruit la production iranienne, mais les mollahs eux-mêmes qui l’ont détruite en arrêtant les développements entrepris sous le Shah, car ils ne leur procuraient pas de bénéfices financiers et en privilégiant l’importation de produits cheap faciles à écouler pour s’enrichir rapidement et sans peine. De plus, ils ne proposaient rien pour aider les ouvriers. Le baise-main du guide est paru comme un faux apaisement qui ne coutait rien aux mollahs ! C’est pourquoi il a vite été critiqué sur les réseaux sociaux et les sites qui soutiennent les ouvriers en grève !

Les mollahs n’ont alors pas ajouté des compensations économiques au baise-main du Guide et tout le monde a compris qu’ils ne voulaient vraiment pas le moindre petit sou pour les ouvriers ou encore qu’ils avaient tout sorti du pays et ne pouvaient pas le faire et n’avaient nullement envie de rapatrier leurs dollars pour y parvenir ! La participation aux manifestations du 1er mai est devenue une obligation pour les Iraniens !

Les députés barbouzes et les miliciens universitaires au service des chefs Pasdaran ont alors fait mine de lâcher le régime en se disant solidaires des ouvriers en grève, mais aucun n’a annoncé sa participation aux manifestations qui devaient avoir lieu dans quelques heures et chacun a compris qu’ils n’étaient pas sincères et voulaient aider les mollahs à démobiliser la contestation générale prévue pour le lendemain afin d’améliorer leur accès aux dollars du régime !

Tout cela a sans cesse maintenu les nantis paniqués en crise. Le régime a augmenté encontre un peu son injection de fonds à la bourse, la portant à 486 MMT soit 7% plus que la veille avant d’arrêter son effort, car la panique persistait, l’indice continuait à baisser et la demande de l’or avait augmenté. In fine, le régime a aussi augmenté le prix de ses pièces en or de 60 KT pour bloquer cet achat qui le pénalisait.

PNG - 451.9 ko
PNG - 199.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont alors tardivement annoncé une cérémonie pour leur journée de golfe Persique sous l’égide de leur m-AE pour lui donner une bonne image et lui permettre de parler sur la scène internationale au nom du peuple iranien, mais ils n’ont pu trouver assez de gens pour l’accompagner. Visiblement, leurs collaborateurs avaient peur de les aider !

JPEG - 104.5 ko
JPEG - 79.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont tenté de relancer le "baiser du Guide sur les mains des ouvriers iraniens" en le montant en train de visiter l’exposition qu’il affirmait avoir visité la veille ! Ce réajustement était la preuve qu’il avait menti. Les images ne montraient par ailleurs aucun ouvrier, mais moins d’une demi-douzaine d’artisans autour du Guide, ce qui signifiait que les mollahs n’avaient vraiment aucune base populaire et aucun soutien dans le monde du travail ou encore des miliciens pour jouer ce rôle et allait de fait subir une contestation formidable de la part de tous les Iraniens d’origine populaire dans quelques heures !

JPEG - 141 ko
JPEG - 84.1 ko
JPEG - 92.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs et tous leurs agents se sont mis à débattre des sujets sans urgence pour nier leur naufrage annoncé ! Puis le pouvoir judiciaire du régime a ordonné l’arrêt du réseau social Telegram pour empêcher les naufrageurs du régime de diffuser les images de leurs assauts pour obtenir le soutien de tous les peuples du monde et forcer les dirigeants de leurs pays à les soutenir !

Les mollahs ne se voyaient pas capables de contenir la foule, ils espéraient empêcher ce soutien ou à défaut retarder leur naufrage. Par ce déni du danger qui guettait leur régime et leurs collaborateurs, les mollahs ont certainement accentué le manque de confiance de leurs collaborateurs ! Leur président a alors nié toute responsabilité pour l’arrêt du Telegram. Les mollahs et les chefs Pasdaran sont restés neutres ! Tous ceux qui avec le régime, car ils ne peuvent pas le quitter en raison de leurs divers rôles dans les répressions du régime au cours de 40 dernières années, ont compris que les principaux dirigeants n’étaient pas d’accord pour gérer la crise, et se battaient au lieu sur des décisions mineures sans oser prendre de vrais risques pour les sauver !

À ce moment où les mollahs risquaient de voir leur régime éclater, le PM israélien Netanyahou les a davantage mis en danger en affirmant qu’il avait la preuve qu’ils avaient menti et qu’ils gardaient actif un volet militaire secret dans leur programme nucléaire. Netanyahou a dit que les documents avaient été volés à Téhéran par une équipe du Mossad.

JPEG - 218 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Du fait de l’existence d’une 5e colonne de résistance au sein des services de police du régime, on pouvait supposer que le vol avait été facilité par de nombreux miliciens dissidents !

Cependant, le point le plus important n’était pas là, mais le fait que malgré certains détails et documents déjà vus et rejetés par l’AIEA, personne n’a contesté la validité des accusations israéliennes et elles ont même été validées assez rapidement. Trump est allé plus loin en reconnaissant le bien-fondé des accusations de Netanyahou et a confirmé l’authenticité des documents évoqués par Netanyahou en précisant qu’il les lui avait déjà été transmis et contenait la preuve que le régime avait berné les agents de l’AIEA et qu’il fallait revoir les termes de l’accord de Vienne !

Mieux encore, les Russes qui avaient contesté d’autres preuves acceptées par l’administration Trump n’ont guère contesté celles-ci. Les Chinois sont restés silencieux et enfin la chef de la diplomatie européenne a zappé les éléments qui avaient été rejetés par l’AIEA en demandant leur transmission à cet organisme pour une étude approfondie, laissant deviner un avis favorable aux changements souhaités par Trump !

La passivité des Russes et des Chinois a continué et elle a convaincu les mollahs qu’ils étaient face à un plan concerté des grandes puissances pour leur imposer des sanctions plus lourdes afin d’accentuer leurs crises mieux qu’un tapis de bombes anti-bunker afin d’accélérer leur chute !

Les mollahs ont d’abord gardé le silence pendant plusieurs heures avant de rejeter l’authenticité de la totalité des documents montrés par Netanyahou pour nier les soutiens inquiétants dont il avait bénéficié, car ils pouvaient exploser leur régime ou bien les affaiblir et permettre à leurs opposants de les renverser sans trop de sacrifice.

Mardi 1er mai 2018 | 11 Ordibehesht 1397), les mollahs risquaient de nouvelles sanctions à la suite d’accusations qui semblaient convenir à toutes les grandes puissances. Le peuple iranien, totalement hostile aux mollahs, devait manifester contre ces derniers pour attirer l’attention du monde sur sa lutte pour fin à leur régime.

Iran, l’organe du gouvernement des mollahs, avait zappé les revers et les défaites subies la veille et annonçait le soutien des Européens à l’accord de Vienne pour rassurer ses collaborateurs qui avaient de nombreuses raisons de prendre la fuite !

JPEG - 189.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Tehran Times, l’organe anglophone des mollahs, avait utilisé les accusations israéliennes et mis en avant la capacité d’une relance des programmes nucléaire et balistique des mollahs pour intimider les grandes puissances avec le risque d’une course à l’arme nucléaire au Moyen-Orient pour les forcer à renoncer à leurs accusations. Ils avaient donc brandi une arme en plastique pour les forcer à désarmer ! Le régime avait donc très peur de cette journée ! Mais ses chances de succès étaient nulles. Il ne pouvait pas intimider ses adversaires et en plus il leur donnait des arguments pour qu’ils justifient leurs sanctions à son égard !

PNG - 828 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans Abrar, les miliciens-politiciens-affairistes (dissidents par intérêt) avaient révélé que les mollahs avaient décidé d’effacer les dettes des riches entrepreneurs à la sécurité sociale pour les garder auprès d’eux. La révélation signifiait la perte des droits en retard des dizaines de milliers d’ouvriers et invitait ces derniers à se rappeler ces droits qui allaient être perdus pour toujours afin de les réclamer lors de leurs manifestations ou insulter le régime pour les avoir sacrifiés. Les ex-lieutenants de Rafsandjani étaient prêts à tout pour déstabiliser les mollahs pour être bien vus ou pour les forcer à leur accorder des moyens de quitter le pays. Eux aussi considéraient cette journée comme très importante.

JPEG - 168.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Enfin dans Javan, les cadres miliciens décidément dissidents insistaient sur la faiblesse du régime en rappelant ses pertes du régime en Syrie et sa décision molle de fermer Telegram comme seul moyen de limiter ses problèmes en cette journée. Ils rappelaient aussi que les mollahs et leurs associés avaient promis beaucoup d’argent pour la reconstruction de Kermanshâh après le séisme qui l’avait dévastée, mais n’avaient pas tenu parole. Les cadres miliciens en rupture avec le régime espéraient ainsi chauffer à blanc les Kurdes pour qu’ils tonifient leurs actions au cours de cette journée afin qu’ils attirent l’attention sur l’Iran par la rumeur de leurs coups de force et pour contrer l’inaccessibilité de l’information par l’arrêt de Telegram.

JPEG - 247.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Tous ces opposants ont été bien récompensés, car grâce à des témoignages, des photos ou des vidéos très courtes (donc légères) diffusées par Téléphone en Iran, ils ont appris que les Iraniens ont été sensibles à la mission de cette journée et manifestaient dans toutes les villes contre le régime et le baise-main hypocrite de son principal dirigeant en criant  : notre ennemi n’est pas l’Amérique, notre ennemi est bien d’ici !

PNG - 347.3 ko
PNG - 554 ko
PNG - 473.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les manifestations les plus impressionnantes avaient lieu à Téhéran, car les ouvriers avaient molesté des miliciens qui avaient osé contrarier leur rassemblement devant le Parlement du régime. Il y avait aussi beaucoup de monde à Mashad (ville où a démarré la contestation actuelle), à Yazd (qui souffre d’une grande sécheresse) et enfin à Bandar Abbas grâce aux ouvriers du secteur pétrochimique qui devaient prolonger l’action par une grève illimitée !

WebM - 1 Mo
PNG - 694.9 ko
PNG - 302.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au même moment, l’Allemagne a rejoint le concert des déclarations en faveur des révélations de Netanyahou ! La Russie a aussi annoncé qu’elle allait recevoir une copie des documents suite à un appel de Netanyahou à Poutine et l’intérêt de ce dernier pour les documents évoqués. Personne ne dénigrait les révélations de Netanyahou ! Il était évident que les grandes puissances signataires de l’accord de Vienne cherchaient un moyen pour dénoncer l’inefficacité de cet accord pour s’aligner sur la demande américaine de sa révision. Ils n’ont pas protesté et ont gardé cs infos secrètes pour éviter d’en subir les conséquences.

Au même moment, le régime a eu un autre coup dur : le Maroc l’a accusé d’armer Front de Polisario via le Hezbollah et son ambassade à Alger. Puis il a ordonné l’expulsion des diplomates du régime ! Le Maroc s’était aussi plaint de l’existence d’un bureau du Front de Polisario en Algérie sans rompre ses relations avec ce pays ! De fait, la rupture des relations avec les mollahs était la preuve que le roi du Maroc, proche de MBS, cherchait à souligner leur terrorisme pour les isoler. Ils ont aussi censuré cette nouvelle !

Les mollahs ont en revanche annoncé la présence d’une importante délégation commerciale sud-coréenne en Iran et des discussions secrètes en cours pour insinuer que les Sud coréens avaient défié les interdits imposés par Trump et pouvaient être un allié refuge pour le régime !

Cette annonce qui signifiait une fêlure dans la coalition hostile de Trump a redonné de l’espoir aux nantis paniqués. Il n’y a pas eu de crise de vente d’action à la bourse de Téhéran et le régime a pu redresser légèrement son indice boursier en le montant de 40 points avec moins de 60 MMT (milliards de tomans). Mais l’indice a vite chuté d’autant et même un peu plus, car il n’y avait aucune annonce de contrats ou d’investissements de la part de ces Sud coréens ! Cependant, l’absence d’une chute plus importante laissa supposer que les nantis déprimés par les échecs du régime espéraient le succès de cette initiative.

Le chef Pasdaran de la ville de Mashad a alors pris la parole pour évoquer la nature populaire de la milice et son attachement au peuple, pour calmer le jeu, mais la contestation a persisté dans cette ville.

Le régime a injecté encore des fonds à la bourse de Téhéran, l’indice est remonté très légèrement avant de chuter à nouveau ! Les mollahs ont fabriqué un clip reprenant le baiser du guide sur les mains des ouvriers iraniens et ont annoncé qu’il avait pardonné des centaines de prisonniers (d’opposants) pour calmer la contestation qui continuaient, mais ils n’y sont pas parvenus. Les mollahs ont tenté une dernière injection de fonds en fin de séance dans cette journée boursière ralentie par la promesse d’un deal avec les Sud coréens et ont pu finir avec un indice à nouveau légèrement en hausse de 20 points.

PNG - 286.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les nantis espéraient encore un deal avec les Sud coréens, mais le régime a oublié ce qu’il avait promis. L’agence Fars des miliciens dissidents a révélé que l’Allemagne et la Russie avaient montré de l’intérêt pour les accusations de Netanyahou ! Tout le monde a réalisé que plus personne n’allait miser sur le régime !

Au cours de l’après-midi, la France a rejoint le concert des accusations israéliennes contre le régime en affirmant qu’elles prouvaient la nécessité d’un solide accord pour contenir les mollahs ! L’AIEA a complété l’offensive contre le régime en annonçant qu’elle allait étudier les documents obtenus par Netanyahou, tout en mettant une pression supplémentaire aux mollahs en précisant qu’elle ne communiquerait pas publiquement sur le sujet !

On espérait un soutien aux Iraniens, ils ne l’ont pas eu malgré l’énergie qu’ils ont déployée pour manifester contre les mollahs, mais ces derniers ne pouvaient se féliciter d’avoir échappé à tout risque, car la communauté internationale s’était unifiée autour du projet de les condamner à de nouvelles sanctions sur la base de documents qui n’avaient nullement été étudiés. Avec une telle mauvaise foi à leur encontre alors qu’il n’y avait rien de précis contre eux, les mollahs ne pouvaient prendre le moindre risque et riposter par une nouvelle action terroriste au Yémen en Syrie ou en Afghanistan.

Les mollahs devaient alors bénéficier d’une belle mobilisation à l’occasion de la veillée pour l’anniversaire de l’imam caché au cours de la journée qui devait suivre. On a vu des photos avec une foule immense sur le parvis de la mosquée de Jamkaran dédié à ce saint, mais on n’y a pas cru, car on n’avait ps la même foule sur les photos prises au niveau du sol !

PNG - 1.1 Mo
JPEG - 106.5 ko
JPEG - 95.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont alors inventé une querelle entre leur m-AE et leurs miliciens universitaires fictifs pour détourner l’attention de leurs proches de claques qu’ils venaient de prendre et laissaient supposer qu’ils allaient vers la révision de l’accord nucléaire et l’adoption de nouvelles sanctions à leur encontre. Mais les images ne montraient aucun problème !

JPEG - 93.4 ko
JPEG - 96.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont alors opté pour la diversion internationale et polémique contre la France en affirmant que leur correspondant à Paris était dans le coma après avoir reçu une balle en plastique à la tête et son cameraman était en état de choc après avoir perdu la connaissance pendant une charge des CRS contre les ouvriers français. Ils ont convoqué l’ambassadeur français pour lui demander des comptes et amplifier la crise de substitution pour faire oublier les revers subis tout au long de cette journée du 1er mai.

JPEG - 43.4 ko
JPEG - 90.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais la France, consciente des méthodes du régime, s’est gardée de répercuter l’affaire et a privé ainsi les mollahs du ramdam nécessaire pour faire oublier à leurs collaborateurs tous les revers qu’ils avaient subis : l’unité du peuple et à leur encontre et par ailleurs, l’unité du monde à leur encontre.

Dans la soirée, la terre a encore tremblé dans l’ouest du pays (à Yadsudj). Les locaux ont appelé les médias basés à l’étranger pour évoquer 133 blessés graves ainsi qu’au moins une dizaine de morts avant de déplorer l’absence de secours de la part du régime (pour économiser ses dollars). Les mollahs ont démenti le chiffre des victimes en affirmant qu’il n’y avait eu aucun dégât et seulement 10 individus choqués qui avaient été soignés rapidement sans être hospitalisés. Les miliciens de base ont publié des images pour montrer quz la situation était grave et les gens dormaient dehors dans leurs propres tentes pour souligner l’absence de secours. Ce tremblement de terre était une conjoncture négative, car le matin même le journal Javan avait souligné le refus du régime de dépenser son argent dans ce genre de cas.

JPEG - 51.5 ko
PNG - 713.8 ko
PNG - 802.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Ce séisme non traité devait accentuer la révolte dans l’ouest du pays et amplifier la panique interne. Le régime avait sans doute pris ce risque, car le lendemain, la bourse restait fermée en raison de l’anniversaire de l’imam caché.

Mercredi 2 mai 2018 | 12 Ordibehesht 1397), malgré l’absence de mobilisation pour le Mahdi (fait qui prouvait l’impopularité du régime islamique), les mollahs pouvaient souffler, car il n’y avait pas de presse qui offre des tribunes à leurs adversaires et pas de bourse qui est devenue la vitrine de leur décadence. Ils ont aussi oublié leur journée de l’instituteur (comme symbole de formateur de jeunes musulmans) par peur que le peuple manifeste encore à cette occasion contre eux. Ils ont aussi oublié leur amour des pauvres par peur que l’on leur reproche d’avoir multiplié leur nombre par 10,000 depuis leur prise de pouvoir ! Leurs adversaires du clan Rafsandjani se sont gardés de les attaquer à ce propos, car on pouvait leur reprocher la responsabilité de cette paupérisation !

Mais les mollahs n’eurent guère le loisir de profiter de ce sursis dicté par leur peur et celle de leurs ex-complices, car ils ont été sévèrement bombardés par de nombreuses déclarations hostiles internationales !

Cette journée de déconvenues a commencé rudement pour les mollahs, car le directeur de la Munich Security Conference, Wolfgang Ischinger, a souligné leur dangerosité en affirmant que de fait il n’y avait rien de nouveau dans les révélations de Netanyahou. En référence à ces mêmes révélations, Merkel est allée plus loin en demandant un élargissement de l’accord comme le souhaite Trump avec la méthode suggérée par Lavrov pour inclure les Russes qui sont les principaux alliés énergétiques de l’Allemagne dans le processus et ainsi consolider aussi ses relations avec eux pour renforcer leur relation privilégiée.

Au même moment, tous les États du golfe Persique y compris le Qatar ainsi que la Jordanie ont annoncé leur soutien au Maroc pour avoir souligné le terrorisme des mollahs et mis fin à ses relations diplomatiques avec eux. La Syrie n’a pas soutenu les mollahs, les chiites irakiens non plus !

Les mollahs ont réagi à certains soutiens sans évoquer leur totalité ou l’absence de soutien des autres chiites, puis ils ont annoncé une belle mobilisation pour la naissance de Mahdi afin d’insinuer qu’ils disposaient d’une bonne base de fidèles intégristes en Iran. Mais on a encore vu des images grossièrement trafiquées ! Visiblement, les mollahs dépassés par l’unité du peuple et du monde à leur encontre avait manqué de ressources pour trouver des gens pour les aider à maquiller leurs images !

JPEG - 386.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Après cet échec, les mollahs et leurs collaborateurs ont reparlé de leur journaliste dans le coma, mais les cadres miliciens ont contré cette diversion en révélant que le soi-disant mourant était réveillé et allait bien grâce aux soins reçus par les "méchants français" !

Les mollahs et leurs collaborateurs se sont tus et par leur silence, ils ont souligné leur désespoir et leur incapacité à trouver des solutions pour empêcher leur décadence et leur chute.

Jeudi 3 mai 2018 | 13 Ordibehesht 1397), Iran, l’organe du gouvernement des mollahs, et Tehran Times, l’organe anglophone des mollahs, avaient zappé les coups reçus le 1er mai et le 2 mai. Ils s’étaient focalisés sur les malheurs des « ouvriers français sévèrement réprimés par la police française » pour insinuer que l’État français était profondément anti-ouvrier et ne viendrait jamais au secours des ouvriers iraniens afin que ces derniers renoncent à leurs grèves qui continuaient comme avant les manifestations du 1er mai.

JPEG - 201.9 ko
PNG - 875.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les autres clans du régime n’avaient pas publié leurs journaux. Ce silence général ne pouvait être un hasard. Le régime avait sans doute menacé ses adversaires d’annuler leur connexion internet pour les réduire au silence afin d’avoir la possibilité d’agir sans être contrarié par les critiques de ses adversaires et par les articles nuisibles de ses miliciens dissidents.

Grâce à ce couvre-feu médiatique destiné à empêcher une nouvelle crise interne, le régime a envoyé le n°2 de sa diplomatie (le milicien de la brigade Qods Araqchi) en Italie pour rencontrer les hauts responsables européens et italiens afin de leur proposer des deals très intéressants et avant cette rencontre, il a affirmé son intransigeance en affirmant dans une vidéo de son m-AE qu’il refusait toute nouvelle négociation pour la révision de l’accord de Vienne et pouvait renoncer à son apaisement pour défendre ses droits nucléaires et balistiques.

PNG - 225.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Le couvre-feu médiatique a été pressenti alors comme une protection en cas d’un nouvel échec du gouvernement des mollahs pour provoquer une escalade.

Mais il n’y a pas eu de miracle pour les mollahs, car tout le monde a ignoré leur intransigeance et la rencontre en Italie s’est soldée par la critique de leur mauvaise conduite au Yémen ! Ils se sont retrouvés par une intransigeance jusqu’alors jamais vue chez les Italiens ! Les mollahs ont alors oublié leur intransigeance et la mission ratée d’Araqchi à Rome. Ce dernier a multiplié les rencontres avec des politiciens censés être proches du régime sans lui trouver un allié italien !

JPEG - 91.8 ko

>

JPEG - 115.6 ko

>

JPEG - 88.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont dû parler du séisme qui avait ravagé la région Chahar-Mahal & Bakhtiari et même promettre des secours pour faire oublier leur échec. On a alors vu quelques images de cette catastrophe sans gravité selon le régime, mais on n’a vu aucun reportage montrant les secours annoncés et chacun a compris que les mollahs ne voulaient pas dépenser leurs argents en Iran, car ils ne pouvaient de toute façon y rester.

JPEG - 58 ko
JPEG - 71.1 ko
JPEG - 209.7 ko
PNG - 660.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans ce contexte d’échecs, les mollahs ont reçu une très mauvaise nouvelle. Les États-Unis ont annoncé que leurs alliés avaient compris leurs inquiétudes à propos de l’accord et la nécessité qu’il soit corrigé. De fait, ils pouvaient rester dans l’accord de Vienne à l’échéance de la date limite du 12 mai (pour éviter des critiques sur leurs engagements internationaux au moment où ils devaient s’approcher de la Corée du Sud) et qu’ils allaient opérer leur sortie par la suite.

Les mollahs allaient donc vers la révision de l’accord, c’est-à-dire vers de nouvelles sanctions à moins de renoncer à leur terrorisme et se livrer aux tribunaux pour tous les attentats qu’ils ont commis pour intimider leurs adversaires. Cela était impossible, ils se trouvaient à une semaine ou au mieux à 100 jours du début de leur fin !

Vendredi 4 mai 2018 | 14 Ordibehesht 1397), les mollahs devaient analyser la situation, d’en donner une version positive pour rassurer leurs collaborateurs (les complices de leurs crimes terroristes et leurs répressions en Iran) et leur proposer une feuille de route pour qu’ils restent à leur côté au lieu de s’enfuir ou mieux encore les trahir pour sauver leur peau !

Les 2nds couteaux du régime (agents de conception et de gestion logistique des crimes terroristes du régime) ont multiplié les déclarations pour expliquer la situation comme une réaction à la force grandissante du régime ! Mais ces propos ne pouvaient rassurer les agents d’exécutions des crimes du régime, car la force annoncée était presque détruite par les récentes frappes israéliennes et la dissidence dans les services secrets du régime !

Les mollahs n’ont pas répété ces propos irréalistes, mais ils ont fait pire en répétant le discours du Guide sur l’opposition des États-Unis aux ouvriers avant de promettre la délivrance grâce à l’arrivée imminente de l’Imam Caché qui est censé tuer des millions d’ennemis de sa seule épée ! Leur discours signifiait qu’ils refusaient la réalité de leur déchéance ! Ils espéraient garder le soutien de leurs agents terroristes en promettant l’apocalypse qu’ils ne pouvaient pas provoquer pour les sauver !

JPEG - 248.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Cet Alzheimer inconscient n’a pas plu à leurs agents désespérés, personne n’a repris ou répété leurs promesses impossibles et irréalistes ! Ils étaient bien mal en point bien avant la sortie de Trump de l’accord sur le nucléaire et le déclenchement des sanctions pour terrorisme destinés clairement à éradiquer leur existence !

Cette semaine, les mollahs presque condamnés à mort par la faute de l’intensification de la contestation populaire ainsi que l’adhésion de Macron et Merkel à Trump se sont tournés vers les Russes, mais ils ont vite constaté qu’ils ne pouvaient pas compter sur eux.

Craignant un soutien de l’opinion internationale à la contestation en Iran le 1er mai, les mollahs ont tiré des missiles depuis leur base sur le plateau du Golan en Syrie sur Israël pour provoquer une guerre entre ces deux pays et forcer les Russes à entrer en conflit avec les Occidentaux !

Les pays concernés par leur provocation se sont gardés de se déclarer la guerre. La Syrie et la Russie qui allaient être les grands perdants de cette provocation des mollahs ont permis à Israël de bombarder le grand dépôt des missiles du régime en Syrie. Puis Israël a dit avoir des preuves que les mollahs avaient encore un programme nucléaire militaire et toutes les grandes puissances et les pays du Moyen-Orient lui ont donné raison et ont ainsi justifié l’adoption des sanctions pour éliminer les mollahs et mettre fin à leur déstabilisation volontaire du monde dans leur seul intérêt. Le Maroc a aussi accusé les mollahs d’entretenir le Front de Polisario pour justifier davantage de sanctions à leur encontre. La panique s’est intensifiée en Iran.

Les manifestations du 1er mai et le boycott de l’anniversaire de l’Imam Caché ont alors confirmé l’opposition du peuple aux mollahs et la dissidence d’un grand nombre de leurs miliciens notamment ceux affectés à leur sécurité intérieure. Les mollahs ont seulement pu empêcher la communication du peuple avec le monde libre pour retarder leur chute et ont de fait prouvé qu’ils n’avaient pas les moyens de résister aux assauts de leurs ennemis en Iran et hors Iran.

Les Européens ont alors insisté ouvertement sur la nécessité de sanctionner les mollahs et Washington a pris acte de sa victoire et a annoncé qu’il quitterait l’accord de Vienne selon ses convenances dans un délai de 90 jours.

Les mollahs devaient plier ou se voir enfin accuser de terrorisme et périr pour des centaines d’attentats perpétrés pour intimider leurs ennemis ou de simples adversaires. Ils ont fini la semaine en délire en promettant une victoire exemplaire à leurs compagnons grâce à l’arrivée imminente de l’Imam caché, c’est-à-dire en promettant l’apocalypse qu’ils ne pouvaient pas provoquer en se référant à un mythe qui n’avait aucun partisan parmi leurs derniers compagnons ! Ces derniers bien déçus par cette promesse ont réalisé qu’ils devaient rompre avec le régime et fuir, car leurs dirigeants ne pouvaient assurer leur vie et allaient sans doute les trahir en les laissant à ce sauveur imaginaire !

Pour résumer encore, cette semaine, les mollahs presque condamnés à mort par la faute de l’intensification de la contestation populaire ainsi que l’adhésion de Macron et Merkel à Trump ont d’abord tenté de provoquer une guerre apocalyptique dans la région, mais ils ont seulement convaincu tous les pays du monde d’accélérer leur chute en annihilant leur capacité de nuisance en Syrie et en préparant le lit de nouvelles sanctions à leur encontre.

Les mollahs ont alors oublié l’apocalypse qu’ils ne pouvaient pas provoquer en promettant une intervention divine à leurs compagnons pour les convaincre de les suivre malgré leurs échecs et leur isolement absolu. Ils ont seulement réussi à les convaincre qu’ils devaient les fuir pour ne pas mourir à leur côté.

Cette semaine, les mollahs presque condamnés à mort ont fait tout ce qu’il ne fallait pas faire pour confirmer leur condamnation à mort.