Accueil > Photos > Semaine en images n°531 : L’avènement d’une cinquième colonne surprenante et (...)



Semaine en images n°531 :
L’avènement d’une cinquième colonne surprenante et motivante au sein du régime

03.05.2018

En 2016, Washington a renoncé à sa diplomatie islamiste de géopoliticien Brzezinski, car elle avait produit des troubles géopolitiques graves sans lui offrir des alliés bénéfiques à ses intérêts pétroliers. Le changement de ligne a été concrétisé par la mise à l’écart de l’Establishment républicain et démocrate en place depuis 1973 par des révélations pénalisantes sur son candidat Hillary Clinton pour aider l’élection de Trump qui n’en faisait pas partie.

En 2017, sous l’impulsion de ce changement, les États arabes ont enfin été autorisés à évoquer le terrorisme sciemment déstabilisateur des mollahs notamment leurs soutiens aux islamistes du Liban et de la Syrie et de Yémen pour perturber la sécurité du golfe Persique et du bassin méditerranéen afin d’avoir des moyens de pression sur les grandes puissances et ainsi garantir leur propre survie. Les États musulmans ont soutenu la coalition arabe menée par l’Arabie Saoudite. Le Hezbollah a aussi fait un pays vers l’Arabie Saoudite, privant les mollahs de leur ingérence décisive au Liban.

Fuite en avant & conséquences | Les mollahs ont alors amplifié leur soutien aux Houthis. Ils ont aussi essayé de s’allier les Européens contre Trump en leur vendant du pétrole très bon marché et en leur achetant tous leurs surplus non vendus. Mais ces partenaires commerciaux n’ont pu les sauver en raison de leur terrorisme et in fine, ces relations ont seulement aggravé leur faillite économique. Les mollahs se sont retrouvés incapables d’approvisionner leur marché intérieur. Ils ont annulé les épargnes de leurs miliciens de base pour limiter leur pouvoir d’achat et éviter une pénurie généralisée.

En novembre dernier, ces miliciens se sont révoltés en se ralliant au peuple pour demander par leurs slogans la fin du régime et le rétablissement de la monarchie progressiste des Pahlavi. Des milliers d’ouvriers que le régime payait mal ou rarement -dont ceux du secteur pétrolier- ont rejoint le mouvement en cessant de travailler. De nombreux gradés de la milice et l’armée ont rejoint le mouvement par des actions violentes contre le régime. Les barbouzes du Parlement ont aussi pris leur distance avec leurs dirigeants en les accusant de corruption ! Les hommes d’affaires du régime ont paniqué et se sont mis à vendre leurs actions et à acheter des dollars pour fuir le régime.

Les mollahs, incapables de riposter, ont intensifié le soutien aux Houthis avant de menacer directement la sécurité du détroit d’Ormuz.

Les grandes puissances dont la Russie les ont punis en les privant de tout investissement étranger ou transfert de fonds vers l’étranger en renouvelant leur classement sur la liste noire des pays qui financent le terrorisme !

Au même moment, Trump a créé la surprise en parvenant à établir un contact avec Kim Jung-Un, unique fournisseur de missiles aux mollahs qui (pour sa survie) pouvait dévoiler des informations sur les capacités, les failles et les lieux de stockages de ces engins. Il a aussi vaincu la résistance des Européens en prenant John Bolton comme ministre des Affaires étrangères.

Les mollahs en grand danger ont tenté de diviser leurs ennemis, mais ces tentatives ont soudé les Iraniens et ont intensifié leur lutte contre le régime. Les mollahs ont aussi tenté de séparer les Européens de Trump en leur proposant un accès aux réserves de gaz de l’Asie Centrale, mais les pays de l’Asie Centrale ont refusé de faire partie de leurs manœuvres politiciennes et de fait, les mollahs ont perdu tout intérêt aux yeux des Européens.

La semaine dernière (6 au 13 avril 2018 | 18-25 Farvardin 1397), les mollahs menacés par des sanctions européennes et une manifestation générale, ont intensifié leurs nuisances régionales au Yémen contre l’Arabie Saoudite et contre la stabilité du golfe Persique. Ils ont désespéré les Européens et aussi les Russes et les Chinois qui ont besoin d’un Moyen-Orient apaisé stable pour consolider des liens tissés dans la lutte contre Daesh.

Les mollahs ont aussi tenté de diviser le peuple en introduisant leurs slogans pour permettre à leurs faux opposants d’intervenir, mais ces derniers n’ont pas osé défier le peuple et la manifestation générale que l’on espérait a finalement eu lieu ! La panique de leurs financiers s’est décuplée ! Ils ont finalement dû empêcher les agents de change et les marchands de l’or de faire bénéfices pour éliminer leurs activités afin d’empêcher leurs compagnons financiers à fuir !

Alors que les mollahs étaient confrontés à des manifestations dans toutes les villes du régime, le Qatar a rejoint la coalition arabe menée par l’Arabie Saoudite pour dénoncer leur ingérence nuisible dans la région !

Washington a aussi profité d’une fausse accusation anglaise d’usage de gaz chimique par Assad pour bombarder les positions du régime des mollahs en Syrie. Grâce à la passivité des Russes et des Syriens et le soutien des Anglais et des Français, il a ainsi détruit l’immeuble « Glass House » situé à Al Qisa qui abritait le centre de programmation du commandement des actions terroristes du régime, réduisant gravement la capacité de nuisance des mollahs et des chefs Pasdaran !

Cette semaine (13-20 avril 2018 | 24-31 Farvardin 1397), les mollahs devaient subir les effets de cette frappe contre leur seule assurance vie et s’attendre à une vague de ruptures internes au sein de leur régime ! Manque de pot, ils devaient commencer la semaine en réunissant tous ceux qui avaient à présent envie de fuir à l’occasion de l’anniversaire de la révélation de l’islam à Mahomet. Puis, ils devaient rassembler leurs derniers miliciens fidèles d’abord en milieu de la semaine pour la journée de l’Armée (milice affectée à la défense du pays) et à l’occasion de l’anniversaire de la création de la milice ! Ils ont misé sur des manœuvres et manipulations pour diviser leurs nombreux ennemis et duper leurs derniers compagnons afin d’empêcher leurs ruptures. Ils ont déçu les leurs sans réussir à diviser leurs ennemis. Ils ont ainsi intensifié la contestation interne et aggravé leur isolement. Voici le récit en images d’une semaine explosive !



Samedi 14 avril 2018 | 25 Farvardin 1397, les mollahs devaient réunir tous leurs responsables avec les représentants des pays islamiques pour célébrer la révélation de Mahomet . Les chefs de la milice et ses branches dont l’Armée, les miliciens préfets aux commandes des régions du pays, les membres du gouvernement et des institutions d’État ainsi que les Parlementaires et les responsables des partis et enfin les mollahs réputés, soit en tout près de 700 personnes, devaient être présents, mais il y avait en tout 150 personnes dont une majorité de jeunes qui ne pouvaient pas en raison de leur âge être les bonnes personnes. Après l’anéantissement du seul et vrai outil d’action du régime, 70% des gens du pouvoir avaient préféré ne plus s’afficher comme étant ses partisans !

Le Guide (porte-parole du clergé) n’a pas évoqué la destruction du centre stratégique du régime par Trump, Macron et May en les qualifiant de criminels pour rassurer ses fidèles et pour provoquer une escalade régionale ou entraîner les responsables des États présents dans cette provocation et profiter du désordre, mais ils ne l’ont guère applaudi et il n’a eu aucun message de soutien ou de solidarité de la part de ses soi-disant amis comme la Chine, la Russie, la Syrie ou encore le Hamas ou le Hezbollah.

JPEG - 252.6 ko
JPEG - 187.5 ko
JPEG - 164.8 ko
JPEG - 201.3 ko
JPEG - 130.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Ce discours ayant échoué, les mollahs ont imité les Russes en parlant d’une violation grave du droit international et ce fut encore une déception, car la Russie n’a pas daigné leur répondre et leur adresse un message de solidarité !

Les mollahs ont alors nié la gravité de leurs pertes et leur isolement en affirmant qu’ils n’avaient eu aucune perte et avaient de toute façon été attaqués, car les Américains les jugeaient comme les maîtres de la région ! Près d’une trentaine de responsables insolvables ont repris cette propagande pour garder le contact avec les plus hauts responsables du régime et de fait, préserver le droit d’accès aux derniers dollars du régime pour préparer leur fuite.

Après ce manque de soutien à leur propagande, les mollahs ont puni leurs nombreux collaborateurs tentés par la rupture, en interdisant la revente de devises par les agents de change . Ils ont aussi pénalisé la détention de plus de 10,000 dollars cash chez les gens pour les empêcher d’accumuler des dollars puis rompre avec le régime !

Ils ont aussi supprimé tout bénéfice pour les revendeurs de l’or en multipliant par 3 leur TVA (9% au lieu de 3%) pour bloquer les ventes sur ce marché pour geler les transactions à venir après la réouverture de Bourse !

Un chercheur géopolitique issu de la milice (Asad-ollah Zareï) a alors semé le trouble dans les esprits en soulignant que seul le régime avait subi de graves dommages lors de la frappe de la veille. Son article très bien argumenté n’a eu aucun fan bien, car tous les derniers fidèles au régime ont encore répété le discours sur la force du régime pour nier leur isolement tant en Iran que hors Iran !

Mais cette mauvaise propagande ne pouvait pas sauver le régime d’une grande crise financière. Rohani a appelé Poutine pour lui faire part de leur soutien, mais ce dernier n’a rien dit qui puisse prétendre à son soutien. Les mollahs ont compris qu’ils étaient très seuls et allaient subir d’autres claques dans les jours à venir !

Washington a mis la pression aux mollahs en affirmant via l’Associated Press qu’il était sur le point de conclure un deal avec l’Union Européenne pour inclure l’inspection obligatoire de leurs bases militaires dans le cadre de l’accord de Vienne et aussi pour sanctionner leur production de missiles susceptibles de menacer la stabilité de la région. L’agence Fars des cadres miliciens en rupture implicite avec le régime s’est empressée de diffuser l’annonce pour souligner l’isolement des mollahs et encourager les ruptures au sein du régime et pour donner du courage à tous ses opposants !

PNG - 497.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les Kurdes ont profité de la pression sur les mollahs pour manifester contre eux dans plusieurs villes, dont Bâneh. Les mollahs ont cru bon d’affirmer leur autorité en en harcelant les jeunes dans cette dernière ville et ils se sont fait molester par les habitants d’un petit quartier (ci-dessous on voit un milicien blessé). et ont ainsi mis en évidence leur extrême fragilité face au peuple iranien, faisant par leur échec le lit d’une nouvelle panique chez leurs amis affairistes iraniens ou même étrangers.

PNG - 401.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dimanche 15 avril 2018 | 26 Farvardin 1397, les mollahs et leurs pions du gouvernement avaient répété le discours de la veille du Guide au lieu d’annoncer une riposte ! Il était clair qu’ils n’avaient aucun moyen de riposter. Les businessmen du régime qui sont issus de la filière terroriste allaient sans doute sombrer dans la panique et provoquer une nouvelle grosse crise financière au sein du régime.

JPEG - 198.1 ko
PNG - 952.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les ex-lieutenants affairistes du clan mafieux de Rafsandjani avaient opté pour encourager cette panique en soulignant que le pays était considéré comme le 4e plus riche producteur de pétrole au monde, mais n’avait pas de dollar pour les plus basses attentes de ses propres collaborateurs

JPEG - 142.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Enfin les cadres Pasdaran en rupture avec le régime s’étaient un peu moqués du Guide en rappelant qu’il avait parlé d’un triangle de criminels et en plaçant juste en dessous de ce titre un autre article sur la joie des Syriens après cette frappe (« qui ne les avaient pas touchés ») avec un titre plus petit qui était illustré par une photo montrant les drapeaux de la Syrie, de la Russie et des mollahs. Par association, on pouvait se tromper et voir ces drapeaux comme étant les membres du triangle criminel en Syrie !

JPEG - 220 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Alors que le régime était attaqué de tous les côtés et semblait incapable de riposter, les États arabes qu’il a toujours embêtés et continue de harceler via les Houthis se sont réunis au sein de la Ligue Arabe pour condamner leur terrorisme et demander des sanctions internationales contre eux et leurs pions Houthis de Yémen.

JPEG - 135.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La bourse a ouvert en état de crise.

Les Parlementaires du régime ont tenté de se donner une bonne image pro-peuple en convoquant le ministre des Communications des mollahs et en révélant qu’il avait tenté d’acheter le soutien de la France et de la Chine en leur achetant bêtement 10 fois trop d’équipements à trois fois leur prix pour des secteurs inexistants et sans avoir les spécialistes pour mettre en œuvre ces équipements.

Les Parlementaires du régime ont tenté d’annuler la décision d’interdiction de la vente libre de dollars qui les empêchait d’obtenir des dollars en convoquant Valliollah Seif, le patron de la banque centrale du régime, pour critiquer ces choix déstabilisateurs et demander sa démission !

Ces attaques des parlementaires du régime contre leurs dirigeants ont nourri la panique à la bourse de Téhéran. Le régime a limité l’achat des actions proposées à la vente à 292 milliards de tomans (pour limiter les achats de dollars à 70 millions de dollars selon le taux officiel et à 43 millions de dollars selon le marché noir) et cette pingrerie a maintenu les ventes et de fait l’indice boursier qui est l’indice d’espoir de survie du régime a chuté de 300 unités ! Les gens qui ne trouvaient pas des devises se sont mis à acheter des pièces d’or émises par le régime et le prix de la pièce d’or livrable dans deux mois s’est mis à augmenter à nouveau passant de 1,686,000 tomans à 1,736,000 tomans.

Les mollahs ont alors affirmé que le Hezbollah qui avait aussi été frappé lors de l’attaque de l’OTAN en Syrie allait riposter contre les Américains, insinuant que l’organisme chiite libanais initialement aidé par le régime allait agir à sa place. Mais le Hezbollah s’est vite exonéré de ce devoir en affirmant qu’il n’avait nullement été touché !

Le ministère des AE du régime a alors réagi enfin à la Ligue Arabe en mentant sur l’objet de sa réunion et en prétendant que les Arabes s’étaient réunis pour déposséder l’Iran de sa souveraineté sur les îles stratégiques du détroit d’Ormuz pour que les Iraniens (très attachés à cette souveraineté) voient dans leurs actions protestataires une menace pour l’intégrité de leur pays et cessent leur mouvement de contestation contre le régime.

En parallèle, le ministère des AE du régime a annoncé que son responsable partirait le lendemain au Tadjikistan pour assister à la réunion de l’organisation eurasienne ECO fondée par le régime, insinuant que le régime allait trouver des alliés pour résister à ses agresseurs... espérant que ceci suffirait pour rassurer ses amis paniqués malgré l’absence de toute riposte de la part du régime à ses agresseurs.

Lundi 16 avril 2018 | 27 Farvardin 1397, les mollahs avaient mis en avant encore des mensonges en annonçant que Poutine s’était aligné sur Rohani lors de leur conversation pour convenir que Washington avait augmenté la fragilité de la région par ces frappes ! Ce mensonge était la preuve que le régime ne croyait guère au succès de la rencontre prévue avec les pays d’Eurasie au Tadjikistan !

JPEG - 159.1 ko
PNG - 909.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les ex-lieutenants affairistes du clan mafieux de Rafsandjani avaient souligné la faillite du régime en révélant cette fois qu’il avait 0,7% de part dans le volume des exportations dans le monde !

JPEG - 134.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Enfin les cadres Pasdaran en rupture avec le régime avaient insisté sur l’isolement des mollahs en soulignant le refus du Hezbollah de les venger !

JPEG - 203.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La bourse a ouvert en panique et avec plus d’actions mises en vente.

Au même moment, les agriculteurs du centre et de l’est du pays étaient à nouveau massivement dans les rues en accusant cette fois les mollahs d’avoir volé leurs eaux pour leurs projets personnels et pour leur demander de cesser cette consommation démesurée et permettre à leurs régions agricoles de retrouver leur prospérité du passé !

Le gouvernement a eu la très mauvaise idée de diviser le mouvement en menaçant de diviser le comté historique de Kazeroun, le plus petit participant au mouvement. Des dizaines de milliers d’habitants de la ville de la Kazeroun sont descendus dans la rue en affirmant que leur rassemblement donnait le signal de la reprise de manifestations hostiles du décembre dernier, laissant entendre qu’ils allaient être aux avant-postes de la lutte contre le régime ! Les mollahs n’ont pas reculé et se sont ainsi retrouvés avec une contestation plus forte !

© IRAN-RESIST.ORG


© IRAN-RESIST.ORG

Le régime a tenté de rassurer les siens en annonçant que le chef de leur Parlement, Ali Larijani, était à Hanoï et il était sur le point d’obtenir le soutien des Vietnamiens ! Mais l’annonce n’était pas fondée, car si Ali Larijani était bel et bien à Hanoï il n’avait rien obtenu, car les Parlementaires de ce pays avaient boycotté sa visite et de plus son homologue local avait exprimé son soutien au peuple iranien ! Mais le régime n’a pas pu continuer, car Ali Larijani n’a pu obtenir un seul contrat ou même un quelconque accord de principe pour prétendre que les Vietnamiens pouvaient être des partenaires pour aider les gens du régime à fuir le pays.

JPEG - 174.8 ko
JPEG - 280.9 ko
JPEG - 175.2 ko
JPEG - 201.9 ko
JPEG - 185.8 ko
JPEG - 144 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les Parlementaires du régime souvent brimés par Ali Larijani ont profité de son absence et son échec pour intensifier leurs hostilités au régime en critiquant la décision de Rohani de reconduire les contrats de ses amis après leur retraite et ainsi empêcher d’autres de s’immiscer dans le secret de ses décisions ou d’accéder aux réserves de dollars du régime !

Après avoir ainsi œuvré pour obtenir leur part du butin du régime, les Parlementaires ont aussi évoqué la nécessité d’une réunion sur la sécheresse dans la région d’Ispahan (la principale région révoltée par le manque d’eau) pour se donner une bonne image et aussi calmer la révolte qui avait pris une allure de lutte armée après la manifestation à Kazeroun !

Les mollahs ont alors tenté de minimiser leur isolement en zappant ce renforcement de la contestation ! Ils ont aussi cru bon de nier la gravité de leur situation en qualifiant les rumeurs de l’adhésion des Européens au projet de sanctions de Trump. Les mollahs ont aussi minimisé l’impact de la Ligue Arabe en la qualifiant de club d’Arabes sans importance ! Les mollahs ont enfin tenté de faire diversion en affirmant que leur seul ennemi était l’application de messageries des frères Durov et qu’ils étaient sur le point de le mettre hors jeu !

Ces réponses décalées à de réelles menaces contre le régime n’ont pas rassuré ses affairistes paniqués. Le régime a réduit sa mise à 279 milliards de tomans (44 à 66 millions de dollars) pour étouffer la crise, mais son choix a augmenté l’envie de vente des paniqués et l’indice a davantage reculé baissant de 481 unités. Les paniqués ont aussi augmenté leur achat de pièces d’or. Le régime a alors augmenté leur prix de 84,000 tomans ce qui signifiait que la demande avait augmenté malgré la volonté du régime d’augmenter le prix de ce produit.

JPEG - 49.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

L’après-midi a été marqué par de nouvelles attaques des Parlementaires contre le régime qui semblait en difficulté. Les chefs Pasdaran ont volé au secours des mollahs, dans leurs propres intérêts, en annonçant une grosse saisie d’explosifs et de drogue de provenance du Pakistan (allié de facto de l’Arabie saoudite), insinuant qu’ils veillaient à la sécurité du régime et leurs voisins arabes ne pouvaient pas les menacer ! Mais on n’a pas vu la saisie annoncée.

Au cours de l’après-midi, le régime tout entier a basculé dans la déprime quand l’Italienne Mogherini chargée de la diplomatie européenne a rejeté la renégociation de l’accord sur le nucléaire, mais a insisté sur la nécessité de nouvelles sanctions contre les mollahs !

PNG - 557.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont censuré la diffusion de la nouvelle en se contentant de mettre seulement en avant le rejet européen de renégociation de l’accord pour prétendre que l’Europe avait finalement dit non à Trump !

Mardi 17 avril 2018 | 28 Farvardin 1397, Rohani avait opté pour la propagande pour calmer la panique interne en affirmant que le régime était à l’abri de toute crise financière et que par ailleurs, il était à l’abri de toute menace, car Mogherini s’était déclarée contre de nouvelles sanctions !

JPEG - 184.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Le clergé, conscient de l’hostilité des Européens, avait mis en avant dans son journal anglophone l’intérêt de l’Iran comme couloir d’approvisionnement pour l’Europe pour dissuader ses dirigeants de s’aligner sur Trump dans les jours à venir (avant les visites prévues par Macron et Merkel à Washington).

PNG - 1.1 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Les miliciens affairistes du clan mafieux de Rafsandjani annonçaient de nouveaux missiles que les chefs Pasdaran avaient promis de montrer dans 48 heures à l’occasion de la journée de l’armée (sous ensemble de la milice) pour les forcer à les montrer et de fait forcer les Européens à sanctionner le régime !

JPEG - 150.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Enfin les cadres Pasdaran en rupture avec le régime avaient continué à promouvoir la panique au sein du régime en révélant que le thème de l’attaque contre le régime était très populaire aux États-Unis.

JPEG - 231.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Hors Iran, Vanity Fair avait interviewé le président Macron et signalait que ce dernier se disait prêt à aider Trump pour empêcher les mollahs de développer leur bombe nucléaire.

PNG - 351.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au même moment, les comptes Twitter dédiés à la lutte contre le régime ont annoncé que cette lutte avait gagné en intensité avec toujours plus de monde à Kazeroun et avec une grève générale au Kurdistan après une riposte du régime contre les habitants de Bâneh !

© IRAN-RESIST.ORG

© IRAN-RESIST.ORG


© IRAN-RESIST.ORG

Les députés ont mis la pression à leurs dirigeants en simulant une certaine adhésion au peuple par la convocation du très ripou ministre de Santé de Rohani et la révélation qu’il avait multiplié par 5 les prix des soins pour limiter le nombre des interventions et les dépenses du régime pour la santé. Pour empêcher les mollahs de protéger ce ministre et le sauver, ils ont aussi affirmé qu’il ne respectait même pas les directives du Guide sur la préférence à la production nationale puisqu’il importait des filtres de dialyse d’origine étrangère et très chère alors que le pays en produisait avec la même qualité à des prix défiant toute concurrence.

Mais ces attaques n’ont pas abouti, car les mollahs les ont ignorées. Ils ont aussi rappelé que leur ministre des AE était à Dushanbeh, la capitale du Tadjikistan, pour obtenir des soutiens lors de la réunion de l’organisation ECO.

Ils ont aussi augmenté leur mise (leur injection de fonds) en bourse pour rassurer leurs amis paniqués qu’ils avaient réussi à trouver des partenaires et des financiers. L’indice a cessé de chuter et il est même monté à plus de 500 points !

Le ministre des AE du régime était alors au Tadjikistan pour la réunion de l’organisation ECO. Il a utilisé son temps de parole pour parler du Moyen-Orient en attribuant ses problèmes au fanatisme et le terrorisme des Saoudiens pour engendrer un débat et profiter du désordre. Mais ses interlocuteurs n’ont guère réagi, car l’ordre du jour concernait les relations avec le Chypre à l’organisation et les projets pour la prospérité de l’Eurasie.

JPEG - 187.2 ko
JPEG - 223.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La volonté des mollahs à utiliser ce forum eurasien sans aucun respect pour ses membres a tellement fâché ces derniers qu’ils ont refusé toute répercussion aux propos de Zarif en refusant de diffuser le compte rendu de la rencontre et des discours sur leur site !

La bourse a encore ouvert en panique !

Les chefs Pasdaran ont apporté des arguments à Zarif en annonçant la capture des membres d’un commando saoudien, mais ce dernier n’a pas pu orienter les débats vers sa polémique destinée à provoquer un chaos bénéfique au régime !

Les mollahs ont alors augmenté leur mise financière pour redresser l’indice afin de rassurer leurs proches. L’indice a décollé avant de chuter immédiatement en raison de l’augmentation du nombre des actions en vente après cette injection de fonds. L’indice a fini à seulement +16 unités à 12h30 au moment de la fermeture de la bourse malgré une mise totale de 490 milliards de tomans par le régime (une somme permettant l’achat de plus de 100 millions de dollars selon le taux officiel et 52 milliards de tomans selon le taux sur le marché noir). Les paniqués qui ne trouvaient pas de dollars se sont alors rués sur l’achat de la pièce en or et la demande a été telle que le régime a dû encore augmenter son prix pour ses pièces d’or pour augmenter son prix pour limiter la fonte de sa réserve d’or !

Les mollahs avaient certes limité les risques et les pertes en cette journée, mais ils n’avaient tout de même pas pu s’imposer au sein d’une organisation créée par leur volonté ! Le m-AE du régime a tenté de s’imposer au sein de l’organisation en annonçant que l’ONU l’avait inclus dans le panel des intervenants à une conférence sur ’économie durable et qu’il serait aussi durant son séjour à NY l’invité du célèbre Council on Foreign Relations, instrument de l’influence des grandes entreprises américaines sur la diplomatie des États-Unis. Mais cette autopromotion n’a pas changé la réponse des autres membres de l’ECO.

Zarif a alors quitté Dushanbeh pour Téhéran en niant ses défaites devant les journalistes qui l’accompagnaient en leur parlant bêtement du soi-disant soutien de l’Europe et en leur affirmant qu’il avait reçu la direction tournante de l’organisation pour le régime pendant un an, insinuant qu’il pouvait choisir l’ordre du jour de la prochaine réunion de l’organisation le 12 mai à Téhéran et de fait être certain de provoquer une belle crise à ce moment pour agiter la région et de profiter de ce désordre !

MPEG4 - 10.5 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Nous avons vérifié l’info : elle était fausse ! Les amis paniqués du régime pouvaient facilement en faire autant ! Zarif avait agi bêtement pour sauver son propre poste. La panique interne allait sans nul doute s’aggraver après cette faute due à son désespoir !

PDF - 130.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les n°1 et n°2 des Pasdaran ont tenté de corriger cette faute en affirmant à l’occasion à venir de l’anniversaire de la création de l’armée du régime que ce dernier avait de beaux jours devant lui, car ils avaient des soldats islamistes fanatiques (Hezbollahi) et réputés pour intervenir par surprise pour anéantir leurs ennemis !

Personne n’a pu croire à ces annonces, car les Kurdes faisaient la loi dans leur région et l’armée islamique du régime créée entre autres pour punir ce genre de situation avaient renoncé à reprendre le contrôle de leur région ! Les militaires ne marchaient pas avec le régime contrairement à ce que disaient les chefs Pasdaran. De fait, la journée de l’armée du régime risquait d’être une nouvelle journée de crise chez les mollahs !

Mercredi 18 avril 2018 | 29 Farvardin 1397, le gouvernement n’avait pas mis à l’honneur l’armée qui devait défiler ce jour, mais pouvait comme les précédentes années refuser de le faire et obliger le régime à fabriquer de faux reportages avec des images d’archives. L’absence de publicité de cette journée montrait que le régime n’avait pas envie que les gens regardent de près les fausses images qui pouvaient facilement révéler la rupture des militaires du régime avec leurs dirigeants. À la place de cette armée récalcitrante, le gouvernement affirmait avoir le soutien des pays de l’ECO pour adhérer à l’OMC. L’information ne figurait pas dans le bref compte rendu de l’ECO à la fin de sa réunion houleuse avec les mollahs. On pouvait supposer que le régime avait profité du silence gêné des pays de l’ECO pour affirmer ce qu’il voulait afin de rassurer ces proches qui pouvaient être bien déçus par la distance du régime avec ses militaires.

JPEG - 188.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans Tehran Times, les mollahs eux-mêmes avaient oublié cette journée de l’armée et avaient insulté tous les présidents américains en les qualifiant de bandes de criminels dans l’espoir de provoquer une grande polémique anti-américaine avant la visite de leur m-AE aux Nations-Unies pour touches les opinions publiques des pays en conflit avec les Américains (par exemple la Russie) et forcer les dirigeants de ces pays (par exemple Poutine) à prendre leur partie ! Leur choix montrait qu’ils étaient tout simplement désespérés par leur isolement !

PNG - 882.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les miliciens affairistes du clan mafieux de Rafsandjani avaient souligné le soutien de leur chef du Parlement Ali Larijani (qui est leur ennemi) à la politique restrictive des mollahs concernant les devises étrangères pour amener les Parlementaires (lésés par cette politique) à entrer en conflit avec lui !

JPEG - 177.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Enfin les cadres Pasdaran en rupture avec le régime avaient souligné le soutien des Européens à de nouvelles sanctions contre le régime. Leur journal Javan révélait aussi que les Anglais qui avaient inventé la rumeur d’un gazage à Douma pour justifier des frappes qui avaient essentiellement visé les intérêts du régime venaient d’annuler la rumeur par leur journaliste vedette Robert Fisk, blanchissant Assad et lui permettant même de réclamer des dommages pour des frappes qui ne l’avaient nullement lésé ! Ceci signifiait que la coalition anti-mollahs pouvait inventer des affaires pour justifier des frappes ou des sanctions contre leur régime sans aucun scrupule !

JPEG - 205.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs qui craignaient un nouveau boycott de la journée de l’armée par leurs militaires, des remous pour cette raison ou en raison des révélations de Javan ont vite annoncé un beau défilé où Rohani avait salué la fidélité de l’armée et son unité avec la milice avant de lui promettre toutes les armes et les missiles nécessaires à sa mission tout en insistant sur le pacifisme du régime dans un monde résolument hostile. Ce discours signifiait que le régime entendait d’une part provoquer Washington tout en se disant inoffensif pour bénéficier des soutiens étrangers en particulier celui de Poutine !

Mais tout cela avait un défaut : on n’avait pas vu Rohani parler et les images de ce beau défilé ne pouvaient pas être vraies, car l’ombre des camions porteurs de missiles ou de chars était plus courte que celles des journalistes qui étaient en train de les prendre en photos. Étant donné que les images étaient publiées à 08h30 du matin, les ombres devaient être très longues. Les équipements montrés avec des ombres courtes provenaient des archives et on avait ajouté les photographes en partie basse de ces images.

JPEG - 207 ko
JPEG - 192.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les officiers et les soldats du régime n’avaient visiblement pas accepté de défiler devant leurs chefs, les représentants du clergé et Rohani ! Ce dernier avait parlé dans un lieu vide !

L’agence Fars des cadres miliciens en rupture avec le régime a alors révélé un fait inattendu et stupéfiant : le régime (sans conscient du boycott de ses troupes) avait fait appel aux anciens combattants, miliciens vétérans qui avaient participé la révolution islamique, pour combler le vide en défilant avec des cris d’Allah Akbar.

Mais les vétérans avaient surpris le régime en arrivant avec leur fanfare et en jouant et en chantant l’hymne national laïque iranien d’avant la révolution qui est interdit, car il avait été mis en place par les Pahlavi ! « Ô Iran, terre pleine de joyaux... Ennemi si tu es de pierre, je serai de fer... » Dans cette vidéo, on voyait l’étonnement et la déception de Rohani face à cette preuve en direct de la disposition des premiers compagnons de Khomeiny de tourner leurs armes contre leurs dirigeants !

MPEG4 - 19 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Cette rupture en direct qui signifiait que les mollahs et les chefs miliciens ne pouvaient plus compter sur leurs plus vieux partisans a donné du courage à tous les opposants au régime ! Plus de 40,000 habitants de Kazeroun sont descendus dans les rues de leur ville pour menacer le régime en criant qu’ils donneraient leur vie pour leur comté ! Les Kurdes, qui étaient les principaux membres des armées iraniennes du temps du Shah, ont aussi envahi les rues de leurs villes !

MPEG4 - 4.7 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

La rupture très spectaculaire des vétérans du régime a aussi provoqué la panique au sein du régime ! Le député Pezeshkian, qui est très proche des mollahs et sévit comme premier adjoint de Larijani, a oublié son sa loyauté active au régime en affirmant que l’armée iranienne avait toujours été du côté du peuple avant la révolution et que lui et tout le Parlement l’aimaient pour cette raison ! Les Parlementaires ont aussi attaqué violemment le régime en se posant comme les porte-parole des agriculteurs qui promettaient de prendre les armes contre les mollahs ! Ils ont aussi dénoncé la méga richesse des dirigeants et la pauvreté extrême du peuple tout entier ! Ils ont aussi cherché à gagner le pardon du peuple en s’opposant aux fuites autorisées des bi-nationaux du régime (ceux avec un passeport américain) pour préparer la fuite des hauts dirigeants du régime.

Nous avons cherché des infos du côté de la bourse : elle avait été fermée. On pouvait supposer que la rupture des vétérans,puis celle des Parlementaires avaient engendré une panique d’une ampleur inattendue ! Nous avons cherché du côté des marchands de l’or : selon les rumeurs, le régime avait annoncé des mesures contre les revendeurs et décrété l’arrestation d’un certains nombre d’entre eux.

Le clergé a alors annoncé un rassemblement de tout le personnel du ministère de l’Intérieur autour du Guide pour insinuer qu’il avait les moyens de se défendre contre les menaces de la rue et contre les ruptures qui pouvaient accélérer sa chute. Le Guide a parlé de la nécessité de rester unis et révolutionnaires, car le régime était confronté à une guerre complexe à son encontre. Pour nous, en faisant référence à leur qualité révolutionnaire, il leur rappelait leur responsabilité et par le mot complexe, il leur rappelait qu’ils étaient menacés par le peuple et aussi des ennemis étrangers (victimes de leurs terrorismes) qui n’allaient pas les pardonner et de fait, ils risquaient de trahir le régime sans avoir la garantie de s’en tirer vivants !

Le message était clair, mais la salle n’était pas assez remplie. On pouvait supposer qu’une grande partie du ministère de l’Intérieur du régime ne jugeait pas pertinent de rester aux côtés du régime, car il était condamné, quels que soient l’unité et l’engagement de ses derniers partisans.

JPEG - 156.7 ko
JPEG - 127 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont alors annoncé qu’une délégation composée de leurs ministres de l’Économie, du Commerce et de la Défense était partie vers la zone chiite irakienne avec la mission de rencontrer le jeune mollah chiite Hakim dont son père et ses hommes avaient été financés pendant 20 ans par le régime et ont intégré depuis la police irakienne. On pouvait supposer que la délégation avait été dépêchée en Irak après la marche hostile des vétérans et les mollahs avaient l’idée d’offrir encore quelques centaines de millions de dollars à Hakim et ses hommes pour acheter leur loyauté afin de fuir vers la zone chiite irakienne et de là, décoller vers d’autres lieux avec des passeports irakiens !

On a aussi supposé que leur proposition avait été refusée, car Hakim a dit qu’il pouvait négocier de tout si d’aventure il avait un interlocuteur fiable en face de lui insinuant que les mollahs n’étaient pas jugés solvables par lui et ses proches. Le silence à propos de cette mission après cette annonce a laissé supposer que l’option irakienne du régime était un échec.

Mais étant donné que l’activité hebdomadaire de la bourse était finie, et qu’ils ne risquaient pas un nouveau Krach, les mollahs ont gardé leur délégation en Irak dans l’espoir de parvenir à un accord. Ils ont alors repris les slogans contre leur ennemi virtuel Telegram pour prétendre qu’ils avaient des succès et pouvaient empêcher ainsi leur chute afin de faire espérer leurs derniers fidèles et éviter qu’ils les trahissent !

Pour donner l’image d’un régime confiant en son avenir, les mollahs ont aussi lancé en avance leur festival international de films. On en a vu des images bien sombres. On les a éclaircis et on a constaté que les amuseurs du régime l’avaient aussi abandonné, car ils le jugeaient condamné.

JPEG - 169.6 ko
JPEG - 208.9 ko
JPEG - 147.2 ko
JPEG - 132.2 ko
JPEG - 268.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Jeudi 19 avril 2018 | 30 Farvardin 1397, les mollahs et leurs pions avaient zappé le défilé catastrophique de leurs vétérans et avaient mis l’accent sur leur pacifisme ! Ils étaient clairs qu’ils ne voulaient plus défier Washington et trouver des alliés anti-américains mais parvenir à apaiser leurs adversaires régionaux et internationaux pour qu’ils cessent de les harceler !

JPEG - 194.8 ko
PNG - 968.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Cette option n’avait aucune chance de succès, car ils n’avaient pris aucune décision à propos de leur terrorisme notamment au Yémen pour confirmer ce pacifisme et celui-ci semblait une ruse pour trouver un répit pour continuer leur terrorisme.

Les miliciens affairistes du clan mafieux de Rafsandjani avaient une information essentielle dans leur journal Abrar : après le défilé hostile des soldats vétérans du régime, les mollahs avaient mis fin aux activités de 89 agents de change ou revendeurs de l’or pour empêcher leurs proches de réunir les fonds nécessaires à leur fuite et prendre la fuite ! Selon Abrar, le marché dit libre était à présent paralysé, car les mollahs avaient auparavant déjà arrêté l’activité de 50 agents de change ou revendeurs d’or.

PNG - 320.5 ko
PNG - 300.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Enfin les cadres Pasdaran en rupture avec le régime signalaient que le Guide avait insisté sur la nécessaire fidélité des agents du ministère de l’Intérieur du régime, l’élite de ses Gardiens de la Révolution, comme s’il leur reprochait d’avoir manqué à leur devoir en négligeant le risque de la rupture des soldats vétérans du régime ou en ayant tout simplement permis à ces derniers de préparer leur coup et affirmer leur rupture en direct pour déstabiliser le régime ! En prenant en compte l’absence d’un nombre important des agents de ce ministère chez le Guide, Javan signalait implicitement que le régime avait perdu de précieux éléments indispensables pour retarder sa chute !

JPEG - 306.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

C’était une terrible nouvelle alors que les habitants de Kazeroun continuaient à manifester et menacer le régime ! Le régime risquait aussi de prendre une claque plus monumentale vendredi à l’occasion de la journée anniversaire de la création de la milice des Gardiens de la révolution !

Le régime n’a alors pas eu de réponses du côté irakien à son pacifisme feint. Par ailleurs, Merkel et Macron se sont rencontrés avant le voyage de ce dernier à Washington en affirmant lors d’une conférence de presse qu’ils aimaient préserver l’accord nucléaire avec les mollahs pour limiter les activités nucléaires de ces derniers, mais que cet accord ne répondait pas à toutes leurs inquiétudes et qu’ils devaient décider d’une action commune avec Washington pour mettre fin à la menace des missiles des mollahs !

JPEG - 20.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs et leurs agents se sont tus et ont envoyé en avance Zarif à NY avec la mission de contrer cette unité contre leur régime. À son arrivée, il a parlé d’une multitude d’options et de réactions à de nouvelles sanctions qui mettraient de facto fin à l’accord de Vienne, laissant ainsi supposer implicitement une fuite en avant dans le nucléaire de la part du régime sans fermer pour autant la possibilité d’un deal en espérant qu’ils choisissent cette option !

JPEG - 31.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais personne n’a répondu à cette nouvelle feinte qui était destinée à offrir un répit au régime sans aucune garantie d’apaisement de sa part.

Vendredi 21 avril 2018 | 31 Farvardin 1397, les mollahs et les chefs Pasdaran devaient rassembler leurs officiers à l’occasion de la journée des Pasdaran alors que les meilleurs éléments les avaient vraisemblablement lâchés ! Ils ont renoncé à la célébration de la journée !

Les mollahs devaient aussi analyser la semaine dans leur sermon de vendredi avant de proposer une bonne feuille de route à leurs derniers « fidèles  » pour la semaine suivante...

Ils ont tous eu un gros choc, car les habitants révoltés de Kazeroun sont allés à la prière de vendredi de leur ville avec un slogan très agressif : gare à vous quand on aura les armes ! Étant donné la rupture avérée des meilleurs éléments de la milice et aussi les agents de base, les mollahs ont compris qu’ils disaient « gare à vous quand on prendra nos armes pour les tourner contre vous » !

© IRAN-RESIST.ORG


© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont censuré ces images inquiétantes et ont insisté l’unité, la fidélité et les capacités de leurs miliciens pour résister aux menaces intérieures et extérieures pour rassurer leurs derniers compagnons.

Mais du côté occidental, personne n’a pris la peine de répondre à ces provocations afin qu’il n’ait pas l’occasion de polémiquer et solliciter des soutiens aux États anti-américains. L’administration Trump a aussi neutralisé la menace d’une fuite en avant dans le domaine nucléaire ou plutôt dans la propagande nucléaire en affirmant via Pompeo, son prochain choix pour le ministère américain des AE, qu’il n’y avait aucune preuve d’une course à l’armement nucléaire chez les mollahs !

Cela allait à l’encontre de tout ce qui avait été dit pour permettre aux grandes puissances d’imposer des restrictions dans le cadre de l’accord de Vienne ! Mais personne n’a alors évoqué la complète innocence des mollahs pour mettre fin à leur restriction et les sanctions promises par Washington et ses alliés.

Les Russes ont aussi ignoré les mollahs et leurs provocations tout comme les propos de Pompeo pour empêcher les mollahs d’agiter le monde pour in fine parvenir à un deal avec leur adversaire américain ! Les Syriens sont aussi restés silencieux !

L’administration Trump a récompensé cette attitude positive de la part de ses partenaires dans l’accord de Vienne en en affirmant qu’il ne voulait pas mettre fin à cet accord cher à ses partenaires européens, mais qu’il allait certainement demandé un complément pour empêcher le développement de leurs missiles conventionnels comme l’avait suggéré Macron. L’administration Trump a aussi insisté sur leur cruauté et les violations des droits de l’homme dans son rapport annuel à ce sujet dans le monde !

Les Russes se sont contentés de protester mollement contre l’accord complémentaire qui signalait un deal entre les Américains et les Européens sans prendre des mesures pour aider les mollahs !

Zarif, le m-AE des mollahs, a alors accordé un entretien très agressif à la chaîne américaine CBS dans l’émission "Face the Nation" en promettant une plus forte activité nucléaire si le régime était sanctionné et a aussi exigé le départ des Américains de la Syrie pour les provoquer à coup sûr et aussi pour draguer les Russes qui espèrent ce départ.

MPEG4 - 15.5 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Les Américains et les Russes l’ont ignoré, privant le régime des mollahs de la possibilité de provoquer une multitude de crises et de désordre pour occuper ses ennemis et se débarrasser d’eux.

Le régime s’est retrouvé ainsi sans aucun moyen de contrer ses ennemis de l’extérieur alors que ses ennemis en Iran le menaçaient ouvertement grâce à la rupture évidente d’un grand nombre de ses soldats d’élite et de tous ses premiers partisans !

Conclusions. | Cette semaine, les mollahs et leurs complices étaient confrontés à une multitude de problèmes gravissimes. Ils avaient subi une terrible frappe qui avait décimé leur capacité de nuisance par le terrorisme qui avait toujours été leur seul et unique moyen d’assurer leur survie ! Washington était aussi sur le point de parvenir à un accord avec les Européens pour les sanctionner ! Cela avait donné du courage à tous leurs opposants : les agriculteurs avaient intensifié leurs actions anti-régime tout comme les Kurdes connus pour leur combativité !

Normalement, les mollahs et les chefs Pasdaran auraient dû opter pour une contre attaque terroriste afin de rassurer leurs divers collaborateurs et éviter qu’ils prennent la fuite par peur d’y rester ! Mais ils n’ont rien fait et ont opté pour des slogans ou des manœuvres pour diviser leurs divers ennemis, tout en espérant trouver un arrangement avec ces derniers. Ils ont ainsi prouvé à leurs derniers agents assurant leur sécurité, à leurs gardes prétoriennes, qu’ils ne croyaient plus à leur survie, car ils n’avaient plus la capacité et le courage ou les hommes pour riposter.

Leurs hauts gradés qauraient pu alors pallier à ce manque d’action et riposter, mais ils n’avaient rien fait et avaient de facto remis en cause la propagande du régime sur sa capacité de résilience par la seconde génération des responsables du régime.

La frappe américaine conçue pour mettre à genou le régime a ainsi démontré que les mollahs et leurs chefs miliciens avaient perdu le soutien de leurs plus hauts collaborateurs.

La marche des vétérans, impossible sans la complicité de ces responsables et des agents de surveillance du régime, a confirmé cette déchéance et l’existence d’une 5e colonne très motivée de l’opposition au plus haut niveau du régime. Les préparations nécessaires à cette marche ont laissé supposer qu’elle avait bénéficié de nombreuses sympathies au sein du petit cercle des responsables du régime, peut-être par peur ou par envie d’un système exempt de corruption qui leur permettrait de prospérer sans passer par des actions risquées.

Cette semaine, les mollahs devaient se montrer fort pour sauver leur peau. Ils ont comme toujours misé sur un effort de leurs subalternes sans leur proposer une sortie de secours en cas d’échec, réservant cette option pour eux-mêmes et leurs familles. Leurs subalternes ont refusé de se sacrifier. Ceux plus bas ont pu marcher contre le régime ! Le peuple a vu, a apprécié cette cinquième colonne et lui a répondu en se disant prêt à prendre les armes contre le régime. La contre-révolution semble en bonne voie en Iran !