Accueil > Photos > Iran vs Mollahs | Rapport de (15-16-17).01.18 : Les Iraniens ont allumé des (...)



Iran vs Mollahs | Rapport de (15-16-17).01.18 :
Les Iraniens ont allumé des feux contre le froid qui paralyse leur lutte anti-régime

18.01.2018

De nouvelles grèves ont renforcé la lutte des Iraniens contre le régime des mollahs au cours des trois derniers jours alors que le froid empêche la majorité des Iraniens de manifester ou frapper le régime et ses équipements. Mais ils manifestent là où le temps le permet ! Voici un rapport sur ces actions menées contre le régime les 15, 16 et 17 janvier 2018.



Les Grèves...

On est sans nouvelle de la grève des conducteurs de citernes des raffineries de Zanjan, d’Ispahan et de Yazd, qui avait paralysé les transports dans le centre du pays, mais les transports du régime et de ses derniers miliciens fidèles restent paralysés par d’autres grèves.

Tout d’abord, la grève des 400 ouvriers du gisement gazier Pars Sud continue à paralyser le régime. Les mollahs ont tenté de briser la grève par la promesse de payer certains ouvriers ou en faisant pression sur d’autres. En l’absence de résultat, ils ont annoncé une semaine de congés dans ces unités de production pour déguiser le refus de leurs ouvriers de reprendre le travail en départ en vacances !

JPEG - 72.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Par ailleurs, les employés du barrage Galal-e Vaz (Ilâm, seconde région pétrolière du sud-ouest du pays) qui fournit l’eau nécessaire au fonctionnement des raffineries de cette région ont aussi cessé de travailler mettant ainsi en panne le secteur pétrolier de la région et réduisant la capacité d’exportation du régime pour survivre.

À Rezvan Shahr dans le nord du pays, les ouvriers du barrage Shafaroud ont aussi continué leur grève pour le 10e jour mettant en panne les industries de leur région.

PNG - 508.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans le nord-est du pays, les 600 ouvriers des équipements de la compagnie iranienne des chemins de fer dans le nord-est du pays ont continué leur grève. 600 ouvriers du même secteur ont cessé de travailler à Gorgan !

À Shahroud, dans le nord du pays, 600 mineurs des mines de charbon de Tarzeh ont cessé de travailler.

À Shoushtar (sud du pays), tous les ouvriers du secteur de production de sucre ont rejoint les ouvriers de la l’usine Haft Rtappeh (principal producteur du sucre dans le pays) qui étaient en grève depuis 3 semaines après l’agression grave contre Esmaïl Bakhshi, le leader de leur mouvement.

JPEG - 59.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Par ailleurs, tous les conducteurs de l’inspection des voiries de la région pétrolière de Khouzestan ont arrêté de travailler !

À Tabriz (Azerbaïdjan / Nord-ouest du pays), les ouvriers de construction de tracteurs ont annoncé qu’ils étaient en grève depuis 32 jours et qu’ils continueraient désormais leur grève pour lutter contre le régime ! Dans la même région, les ouvriers d’acier ont cessé de travailler !

À Mashad (premier foyer de la lutte / est du pays), les conducteurs des transports agricoles et industriels ont rejoint la grève pour lutter contre le régime !

MPEG4 - 2.5 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Au Kurdistan, les ouvriers des produits laitiers PakPay ont arrêté de travailler.

Sur l’île touristique de Kish dans le sud du pays, les ouvriers de l’usine de bois Kish Tchoub ont arrêté de travailler.

PNG - 363.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les Sabotages...

Une mystérieuse explision | Dans la région de Tangeh-ye Kenesht (proche de Kermânshah) où les mollahs ont laissé des milliers de gens crever récemment après un tremblement de terre plus puissance celui de Bam, le dépôt des missiles du régime contenant près de 3000 missiles a explosé. L’onde de choc de l’explosion a brisé les vitres des immeubles sur plusieurs kilomètres et son bruit a été entendu jusqu’à Kermânshah soit à plus de 15 km ! Après plusieurs heures, le régime a annoncé qu’un missile avait explosé sur son lanceur pendant un essai balistique (dans le dépôt) !!!!! Ceci est d’autant plus impossible que comme on voit sur l’image ci-dessous, ce dépôt est souterrain !

PNG - 448.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La présence d’équipes anti-terroristes sur place a laissé supposer que l’explosion était du fait d’une attaque contre le régime. La cause pourrait être un sabotage, car les officiers du régime sont aussi partisans du changement de régime en Iran. Mais selon notre estimation, l’explosion a peut être dû à la rupture de livraison de glace et d’eau glacée pour le refroidissement des dépôts en raison des grèves des transporteurs iraniens ou du barrage Galal-e qui se trouve à proximité.

Des incendies | Par ailleurs, au cours de 3 derniers jours, les ennemis du régime ont attaqué et détruit par le feu plus de 60 bureaux de la direction des prières de vendredi ou établissements liés au Pasdaran dans la région de Hamedan (près du Kurdistan iranien) ! Idem à Shahroud dans le nord du pays, d’après la première vidéo ci-dessous datant du 15 janvier 2018 (vidéo 1) ou à Hormozgan dans le sud du pays (vidéo 2).

MPEG4 - 1.6 Mo
MPEG4 - 681.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

À Tabriz (Azerbaïdjan / Nord-ouest du pays) les habitants qui se rendaient sur le principal marché de fruits et légumes de la ville ont vu que l’affiche urbaine de Khomeiny avait été « dégradée » et le fondateur du régime avait un visage démon et de vampire ! Cette action avait pris un certain temps et démontrait aussi la complicité de la police avec la lutte contre le régime.

JPEG - 26.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

À Arak, où le régime ne semble plus contrôler la situation, les jeunes ont inscrit Mort à Khamenei sur la porte de la mosquée portant son nom !

MPEG4 - 1.1 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Les Manifestants...

À Mahshahr, un important port pétrolier iranien dans le sud du pays, où le peuple avait enflammé la lutte contre le régime par l’attaque d’une importante banque, les instituteurs ont rejoint l’action contre le régime en manifestant devant la préfecture de la ville.

À Téhéran, les conducteurs de la section privée des transports urbains ont arrêté le travail pour manifester devant la mairie de la ville.

Les représentants du personnel des transports maritimes du golfe Persique a aussi manifesté contre le régime à Téhéran, Tabriz et Ghazwin.

JPEG - 47.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Certains instituteurs de Téhéran ont aussi manifesté pour dénoncer la répression du régime !

Les cadres du régime qui ont perdu leurs épargnes dans les fausses faillites annoncées par les mollahs ont aussi manifesté contre ces derniers à Téhéran et plusieurs autres villes (ci-dessous à Rasht dans le nord du pays).

MPEG4 - 201 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Hier soir, les jeunes d’Amol dans le nord su pays ont manifesté pour crier leur haine du régime sous la protection des miliciens hostile au régime !

MPEG4 - 885.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les retraités des administrations, de forces armées et de la sécurité sociale ont aussi annoncé qu’ils préparaient une grande manifestation à Téhéran dans les jours à venir.

Les jeunes de ville Kermânshah ont aussi annoncé une très grande manifestation pour ce jeudi !

Les Intox du régime...

À Arak, où le régime ne fait plus autorité, il prétend avoir tué un manifestant nommé Shahab Abtahi dans ses prisons afin d’intimider le peuple et le contraindre à abandonner le terrain !

À Karaj, banlieue chic des cadres du régime, où les gens avaient attaqué et détruit leur tribunal local et des banques et avaient aussi immolé le drapeau du régime, les mollahs ont prétendu via des rumeurs d’avoir tué beaucoup de gens afin d’intimider le peuple et le contraindre à abandonner le terrain ! Mais on n’a vu aucun rassemblement pour l’enterrement de ces victimes !

Au Kurdistan, les mollahs ont prétendu avoir tué ou enlevé des jeunes dans plusieurs villes comme Piranshahr (où il y a des indépendantistes) pour provoquer leur riposte afin d’associer la lutte contre le régime à un risque de désintégration du pays. Mais ils ne sont pas parvenus à leur fin. Les Kurdes n’ont rien tenté qui puissent insinuer une envie de remettre en cause l’unité du pays et ont seulement activé leur réseau de soutien en Europe pour forcer les Européens, dont les Français à cesser leur soutien passif aux mollahs par la censure des infirmations sur la lutte contre le régime !

À Téhéran, où le régime est face à des manifestations de courte durée, des slogans nocturnes et des attaques contre les bureaux du clergé et de la milice et une gigantesque action des retraités iraniens, il a évoqué via un député de nombreuses morts suspectes dans ses prisons !

Il y a certes des arrestations et des agressions ponctuelles, mais les Iraniens qui luttent contre le régime étant issus de ses rangs et connaissant bien ses capacités et ses techniques de propagande font la part des choses et voient dans ces rumeurs la preuve de sa faiblesse. C’est pourquoi ils continuent sans paniquer à le frapper afin d’encourager le peuple à continuer sa lutte et l’anéantir !