Accueil > Photos > Iran : La semaine en images n°164



Iran : La semaine en images n°164
10.04.2011

Au début de cette semaine, le samedi 2 avril, dans le cadre de Norouz, le nouvel an iranien, on devait fêter Sizdeh beh Dar qui consiste en une communion avec la nature au 13ème jour de l’année. Ce rituel qui comme la Fête du Feu est conspué par le régime et le clergé est depuis longtemps une vitrine de la contestation du régime au point qu’il a accepté une certaine tolérance de ces rituels. De fait, cette année dès la Fête du Feu, les hommes et les femmes avaient décidé de célébrer ces rituels en dansant ensemble et en public (ce qui est interdit par la charia) pour aller le plus loin possible dans la contestation.

Le régime, qui n’avait pas pu empêcher cette contestation lors de la Fête du Feu car il a perdu le soutien de ses miliciens et ses militaires, n’a pas trouvé mieux que de ralentir la vitesse du réseau pour empêcher la transmission des vidéos exposant le double désaveu du peuple et de ses troupes. Puis il a diffusé une longue série d’images de pique-niques sages pour faire passer la passivité de ses miliciens pour une absence de contestation dansante. Il pouvait ainsi sortir de cette période riche en occasion de se rassembler et danser, mais le soir des faits (samedi dernier, premier jour de la semaine en Iran) une vidéo de danse mixte (ci-dessous) a pu traverser la barrière numérique du régime exposant le désaveu du peuple et des miliciens, c’est-à-dire l’isolement du pouvoir et de ses derniers collaborateurs.
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

IMG/flv/Iran_Fasham_2_April_2011_dancing.flv

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
La semaine de la reprise des activités (après les vacances de Norouz) ne pouvait pas commencer de la plus pire manière. Le retour au normal a été gâché. Craignant des mouvements incontrôlés, le régime a passé les 6 jours restants de la semaine à trouver des occasions non risquées pour simuler la normalité afin de ne pas paniquer ses derniers collaborateurs.



Quand tout va mal et que l’on veut simuler la normalité, la première chose à faire est de rire pour montrer que tout va bien, qu’il n’y a pas à s’inquiéter. Mais face à un peuple qui vous défie, il ne suffit pas de rire. Il faut montrer un front uni avec des partisans fanatiques. Mais puisque c’est là sa faiblesse, le régime a fait avec les moyens du bord avec ses commandants, ses députés et ses ministres.

C’est ainsi que le dimanche 3 avril, le Guide, le symbole de l’engagement islamiste du régime, a reçu les commandants de ses forces armées. Autrement dit au lendemain de la diffusion de la vidéo montrant des hommes et des femmes danser comme des possédés, le régime a aligné ses propres possédés, nettement moins sympathiques.
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 119.2 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 127.5 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 129.7 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 162.6 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
Le même jour, Ahmadinejad et ses ministres ont reçu les préfets, des vices ministres et les responsables. Il a décoré le plus décrié d’entre eux, le Mollah Hassani, imam de Rezâyieh, connu pour ses interventions très intégristes.
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 205.2 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 199.2 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 192.8 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 293.6 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
L’annonce de cette décoration donnée à un ennemi de Norouz a bien marqué les esprits mais ceux, qui ont pris la peine de regarder les images ont bien remarqué qu’il y avait peu de monde à cette réunion. Autrement dit, le régime avait peut-être intimidé la rue, mais cela ne peut rassurer ses derniers collaborateurs. Le régime devait leur donner la preuve qu’il dispose de vrais partisans.

Le lundi 4 avril, le régime devait montrer du monde à ses côtés. Il a annoncé la rencontre des journalistes venus du monde entier avec Ahmadinejad ! On a eu droit à la séance publique de l’assemblée islamique pour la rentrée politique.
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 265.8 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 332 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 102 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 89.3 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 75.2 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
Mais à la conférence de presse d’Ahmadinejad, il n’y avait que des Iraniens et la séance à l’assemblée était une danse nuptiale au lieu d’être une mise en scène de force. Le régime manquait de troupes pour simuler le soutien de partisans. Pour masquer sa difficulté, il a focalisé ses médias sur l’arrivée en Iran d’un nouvel entraîneur pour l’équipe nationale de foot, le Portugais Carlos Quairoz.
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 102.4 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
Les médias ont également fait état d’incendies de forêts dans la région de Golestan alors qu’ils n’en parlent jamais pour ne pas mettre en valeur l’absence de mesure de sécurité ou le manque de pompiers. En gros, le régime a parlé du feu pour cacher le feu en sa demeure.
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 137.8 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 96.1 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 83.5 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 68.4 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 103.1 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
Le mardi 5 avril, le régime a montré une nouvelle face de sa solidité dans la rencontre entre la direction et les membres du Conseil de Discernement, le véritable centre de décision du régime.
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 303.3 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 310.5 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
La réunion des membres du Conseil de Discernement n’a rien d’extraordinaire. Les gens semblent également déprimés. Le régime n’avait que baissé dans l’émission d’un signal fort depuis le rassemblement de ses chefs autour du guide. Pour améliorer la prestation, le régime a organisé une rencontre plus souriante entre Ahmadinejad et les députés. Nous ne publions pas les images car elles sont répétitives, mais pour résumer, le régime tournait en rond. Il fallait sortir du cercle des premiers dirigeants pour montrer une base populaire sinon les collaborateurs intermédiaires auraient paniqué.

Le mercredi 6 avril, il ne se passa rien. Immédiatement, le marché de l’or a flambé par une hausse de l’achat, signe de la chute de confiance des collaborateurs du régime dans sa solidité.

Le jeudi 7 avril, le régime a annoncé un accueil triomphal lors de l’arrivée surprise d’Ahmadinejad à Kermânshâh ! On a évidemment eu droit à de grandes photos montrant une foule importante dans un stade.
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 258.5 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 294 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 301.2 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 408.7 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 262.2 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 241.2 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
Mais voilà, sur l’ensemble de l’offre, on voyait toujours la partie gauche ou le centre gauche du stade. Cela a posé question : le régime a probablement groupé le peu de « partisans » sur la partie gauche. Pour en avoir le cœur net, nous avons recherché la vidéo de la journée. Il n’y en avait pas.

Par la suite, nous avons eu droit à deux photos montrant la partie droite du stade, l’une était floue, l’autre minuscule. Pourtant sur la seconde, on voit que les gens situés à droite sont plus petits que les gens à gauche.
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 253.7 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 158.5 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
Cette question du nombre des gens à droite a dû travailler les collaborateurs encore fidèles qui risquent leur vie pour ce régime finissant. Le site de la présidence a publié une vidéo fabriquée à partir de l’ensemble des photos existantes qui nous apporte la fin mot de cette histoire : une des images montre que la partie droite était partiellement vide. Voici cette vidéo, l’image en question et la carte du terrain selon (la surface d’occupation est de 1350 m2).
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

IMG/flv/0164_06.1_Jeu_07.Avril_18.Farv_Kerman_30.flv

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

PNG - 1.4 Mo

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

PNG - 1.7 Mo

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
Cela fait état de la présence de 1000 personnes (800 personnes sur le gazon +200 dans les tribunes) dont une grande majorité de femmes âgées.

A la diffusion de cette image, le marché de l’or a davantage flambé. Le régime a été obligé d’annoncer une vente à bas pris de lingot pour calmer ses derniers amis comme cela était arrivé lorsque le peuple avait massivement boycotté l’opposition officielle animée par Moussavi et Karroubi pour sauver le système.

La semaine qui avait commencé sur un échec face au peuple s’est achevée sur un échec interne. Les collaborateurs de base ont jugé que le régime avait triché, n’avait donc pas de base populaire et de fait, il n’était pas capable de faire face à une vraie contestation. Le régime a alors annoncé une manifestation en faveur de Bahreïn après la Prière de Vendredi à Téhéran car cet événement hebdomadaire est censé réunir près de 3700 hommes et 800 femmes des plus intégristes. En fait, dans la section des hommes, il y a là 300 responsables, près de 700 vieillards et 2700 hommes de terrain. Par ailleurs, les dernières éditions de cette manifestation ont été un fiasco. De fait, la manifestation était un test absolu. Le résultat n’a pas été à la hauteur des attentes : le régime s’est abstenu de diriger les manifestants vers la Place de la révolution et n’a publié aucune vue aérienne.
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 220.6 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 232.1 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
Il y a là au plus 500 personnes (âgées) qui ont l’air gênées d’être là.
© WWW.IRAN-RESIST.ORG
conclusions | Jeudi, la flambée de l’or a été notre seul indice de crise interne. Vendredi, le régime a constaté la fonte de ses troupes à Téhéran, samedi, il nous a fourni un second indice de crise avec la destitution du commandant des forces armées. L’agitation gagne peut-être les rangs des commandants. C’est un indice alarmant pour le régime.

Après une telle semaine, à l’occasion de la Journée de l’Energie atomique, le régime a envoyé son provocateur en chef, Ahmadinejad, annoncer joyeusement au moins 7 progrès nucléaires !

C’est un classique du régime : il s’agit de pousser Washington à parler de frappes préventives pour provoquer un sursaut de défense nationale. Pour l’instant, on n’a vu aucune image de ces 7 merveilles, mais si Washington refuse ce jeu ou sa base diminue, il montrera les images. Cela montre un certain désespoir. Les photos de la triste tête d’Ahmadinejad et de ses amis lors de l’annonce joyeuse des progrès nucléaires confirment ce désespoir (que nous devons à quelques pas de danse). Ces têtes donnent envie de danser !
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 88.5 ko