Accueil du site > News > L’Iran, un instrument pour dérégler le marché et nuire à la Chine



L’Iran, un instrument pour dérégler le marché et nuire à la Chine
02.07.2008

A Madrid au XIXème congrès mondial du pétrole (qui se tient tous les trois ans), le ministre iranien du pétrole Nozari a affirmé que « la république islamique d’Iran oeuvrait pour la stabilité du marché du pétrole ! »



Il est difficile de le croire car la république islamique d’Iran est l’un des responsables de l’instabilité du prix du baril et sa montée en flèche. Les spéculateurs qui sont à l’origine de cette hausse prétendent qu’elle ne dépend pas d’eux, mais des sanctions contre l’Iran, d’une possible frappe israélienne, ou encore de la sécurité du détroit d’Ormuz. Et dans les trois cas, la république islamique d’Iran joue un rôle actif : elle amplifie la crise avec les Six, parle de représailles militaire [1] ou terroriste contre Israël ou affirme avoir les moyens d’attenter à la sécurité du transit des pétroliers bien qu’elle n’en ait pas les moyens.

Au plus fort de la guerre Iran-Irak, malgré des attaques iraniennes contre des pétroliers, le détroit d’Ormuz a continué à alimenter allégrement les marchés avec un baril au prix dopé par ce conflit. Mais les Etats-Unis ont néanmoins affirmé craindre que l’Iran ne mine le détroit, a indiqué l’Agence américaine d’information sur l’énergie (EIA) ! Il est certain qu’en entretenant les rumeurs de ce genre, ou en polémiquant sur une réponse militaire américaine à l’obstruction du détroit d’Ormuz ou encore en affichant un soutien implicite à la légitimité d’une frappe israélienne, les américains jouent également à faire flamber les prix du pétrole et ce pour affaiblir leurs adversaires chinois ou européens.

La Chine beaucoup plus que l’Europe est la cible de cette attaque : cette année, ses dépenses vont atteindre des records olympiques et sa consommation d’énergie va exploser en raison des jeux : c’est une année décisive pour lui asséner des coups à effets durables. Washington s’y emploie.

Téhéran est le perdant de ce jeu car d’un côté il ne peut profiter des hausses du prix du baril car il vend son pétrole à prix fixe et de l’autre, il contribue à affaiblir ses alliés, l’Europe et la Chine en renforçant son adversaire américain. Affaibli par ses mauvais choix, le régime des mollahs finira par accepter le deal que lui propose Washington, deal qui le rendra maître du Détroit d’Ormuz et de l’accès à l’Asie Centrale, d’où il pourra fermer le robinet du pétrole aux chinois.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

| Mots Clefs | Enjeux : Pétrole & Gaz |

| Mots Clefs | Enjeux : OPEP |

| Mots Clefs | Zone géopolitique / Sphère d’influence : Asie Centrale |

| Mots Clefs | Zone géopolitique / Sphère d’influence : Chine |

| Mots Clefs | Zone géopolitique / Sphère d’influence : USA |

[1] Le 28 avril 2008, le chef des Gardiens de la Révolution, le général Mohammad Ali Jafari, a lancé une mise en garde à Israël, soulignant qu’en cas d’agression, l’État hébreu se trouvait « à portée des missiles de la République islamique ».