Accueil du site > News > La Chine aurait aidé l’Iran pour sa bombe nucléaire - décodages



La Chine aurait aidé l’Iran pour sa bombe nucléaire - décodages
04.04.2008

L’agence de presse américaine Associated Press avait prétendu le mercredi 2 avril à 18h52 GMT, minuit passé à Pékin, que la Chine avait transmis à l’AIEA des informations sur la création d’armes nucléaires en Iran (sans le dire le texte supposait une complicité technologique chinoise). La dépêche se fondait sur des « confidences de deux diplomates de l’AIEA ayant requis l’anonymat ». L’AIEA n’a pas encore commenté la dépêche américaine, mais le ministère chinois des Affaires étrangères a formellement démenti dès le lendemain matin.



Cette dépêche au contenu délibérément erroné est une suite aux propos tenus le 30 mars sur la chaîne américaine NBC par le patron de la CIA, Micheal Hayden. Interrogé sur le fait de savoir si les mollahs cherchaient à développer un programme nucléaire militaire, Hayden a répondu qu’il le pensait à titre personnel sans toutefois remettre en cause le rapport du Renseignement américain publié en novembre 2007, rapport qui prétend officiellement le contraire.

Selon notre analyse, il s’agissait d’envoyer un avertissement à Téhéran et faire comprendre aux mollahs que les Etats-Unis ont les moyens de revoir leur jugement à propos des capacités nucléaires de l’Iran et qu’ils peuvent mener une campagne médiatique indirecte qui justifierait le renforcement des sanctions financières contre Téhéran. Cependant, comme nous l’avions précisé, la marge de manoeuvre des Etats-Unis est plus limitée qu’elle ne paraît. Washington veut forcer Téhéran à accepter une entente sans le diaboliser au point que l’entente deviendrait politiquement incorrecte pour l’opinion américaine. C’est pourquoi Washington doit effleurer de la pointe de sa lame Téhéran sans lui porter de coup fatal. Après les allégations de Hayden, une rumeur sur ses recherches nucléaires militaires est parfaite d’autant plus que l’on évoquerait une complicité de ces « méchants chinois oppresseurs de moines tibétains ».

Note n°1 | Au passage, Washington règle à nouveau ses comptes avec Pékin en laissant planer des soupçons indélébiles sur une complicité technologique des chinois pour la création de cette bombe nucléaire iranienne… Soupçons qui pèseront lourd quand Pékin s’opposera à nouveau à des sanctions contre Téhéran… Grâce au décalage horaire, la rumeur s’est répandue pendant dès heures avant que Pékin ne réagisse au saut du lit en commettant l’erreur de rappeler que son opposition aux sanctions était le résultat d’« une politique cohérente » de modération et de dialogue. Mais déjà, cela paraît désormais suspect.

Note n°2 | Ce n’est pas la première fois qu’une agence de presse diffuse ce genre de « confidences de diplomates de l’AIEA ayant requis l’anonymat ». La dernière fois aussi l’AIEA n’avait pas commenté les rumeurs. Il y eut un cas britannique (Reuters), le 8 février. Cependant les deux cas sont différents car leurs sources sont différentes. Les américains et les britanniques ont deux visions différentes de la crise avec l’Iran.

Les américains veulent affirmer leur hégémonie sur le Golfe Persique en contrôlant le destin de l’Iran alors que les britanniques ex-patron de cette région, contrôlent déjà les mollahs et ne souhaitent aucun nouveau bouleversement dans ce pays.

Les britanniques préfèrent une reconnaissance nucléaire et régionale des mollahs et sont prêts à leur donner un coup de main via Reuters, comme il en a été le cas le 8 février (pour une reconnaissance nucléaire), puis le le 20 mars (pour une reconnaissance régionale des mollahs).

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

| Mots Clefs | Nucléaire Militaire : La Bombe nucléaire Islamique |

| Mots Clefs | Zone géopolitique / Sphère d’influence : USA |

| Mots Clefs | Enjeux : Garanties Régionales de Sécurité : le DEAL US |

| Mots Clefs | Zone géopolitique / Sphère d’influence : Chine |