Accueil du site > News > Iran : La Chine joue le mystère



Iran : La Chine joue le mystère
01.03.2008

Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, ni la Russie, ni la Chine ne se sont prononcées sur le rapport d’El Baradei. Si pour des raisons stratégiques, la Russie s’est démarquée pour évoquer son ralliement à des nouvelles sanctions, la Chine garde le mystère quant à ses intentions.



Pour en savoir plus, Condoleezza Rice s’est rendu lundi à Pékin, mais à l’issu de ses entretiens, aucun communiqué n’a été publié, preuve par défaut de l’échec de sa démarche qui avait pour objectif d’obtenir la confirmation d’un soutien chinois à l’adoption d’une nouvelle résolution.

Il faut se remémorer que les américains avaient obtenu son ralliement à l’adoption d’une nouvelle résolution en accordant à la Chine les concessions qu’elle demandait. Ce n’est qu’après avoir accepté le consensus concocté par Washington que Pékin avait compris son erreur. Washington ne cherche pas de nouvelles sanctions onusiennes, mais uniquement la légitimation de ses propres sanctions parallèles aux mesures onusiennes (afin de monopoliser la gestion de la crise).

A présent, il n’est pas certain que les chinois veuillent continuer dans cette voie, mais, bien qu’ils ne puissent pas s’en écarter pour utiliser leur droit de veto, ils pourraient contrecarrer les plans américains. Pour les convaincre à ne rien tenter, Rice s’est rendu à Pékin avec sans doute des promesses de boycott américain de certains produits ou évènements chinois.

A l’issu de ces entretiens, les chinois ont déclaré qu’ils souhaitaient approfondir une coopération (commerciale et diplomatique) qui leur semble mutuellement bénéfique pour la Chine mais aussi pour les Etats-Unis : formule diplomatique qui sous-entend que le boycott des produits chinois ou des jeux olympiques ne seraient pas dans l’intérêt des Etats-Unis (il pourrait compromettre la coopération américano-chinoise dans la résolution de la crise nucléaire nord-coréenne).

La fermeté doucereuse des chinois n’est pas encourageante. Téhéran qui l’a flairé chez ses alliés chinois s’est empressé de prendre rapidement contact avec eux après le départ de Rice.

Au cours d’un entretien téléphonique avec Yang Jiechi, le ministre des affaires étrangères chinois, Jalili, le principal négociateur nucléaire iranien, a affirmé à son illustre camarade chinois que « l’Iran souhaitait renforcer sa coopération avec l’AIEA » comme la demande la Chine.

Au cours de cette semaine, Téhéran a également montré qu’il souhaitait renforcer sa coopération avec la Chine : le ministère iranien du Pétrole a vendu par contrat buy-back (au prix de 12,8 dollars les 1000 m3 de gaz) un droit d’exploitation de 25 ans au China National Offshore Oil Corp (CNOOC) pour le champ gazier de North Pars (comme une garantie contre d’éventuelles sanctions pétrolières).

En réponse, Yang Jiechi n’a rien révélé sur ses intentions au Conseil de Sécurité, et il a simplement annoncé que son pays entendait « continuer à jouer un rôle constructif pour une résolution adéquate du problème nucléaire iranien à travers des efforts diplomatiques ».

Les mollahs attendaient une autre réponse, mais les chinois agissent de manière à pouvoir jouer un rôle important dans la crise. Pour ce faire, ils imitent la Méthode Russe qui consiste à s’incruster dans le bras de fer entre l’Iran et les Etats-Unis dans l’espoir de faire tourner la crise à leur avantage ou du moins de la faire amplifier et durer.

Ainsi la Chine s’implique, renforce sa présence en Iran, mais garde le mystère quant à ses intentions aussi bien envers les Etats-Unis que vis-à-vis des mollahs.

WWW.IRAN-RESIST.ORG

Pour en savoir + sur la Méthode Chinoise :
- Iran : Les chinois s’invitent au premier plan
- (10 décembre 2007)

Pour en savoir + :
- Asia Times : Pour la Chine, l’Iran est une clef d’accès au Moyen-Orient
- (19 FÉVRIER 2007 | auteur : Dario Cristiani | Revue de Presse d’Iran-Resist)

| Mots Clefs | Enjeux : Sanctions (du Conseil de Sécurité) |

| Mots Clefs | Zone géopolitique / Sphère d’influence : Axe Téhéran-Moscou-Pékin |

| Mots Clefs | Zone géopolitique / Sphère d’influence : Chine |

| Mots Clefs | Zone géopolitique / Sphère d’influence : USA |

| Mots Clefs | Décideurs : Condoleezza Rice |