Accueil > Audio et Vidéo > Iran : Il était une fois un homme



Iran : Il était une fois un homme
28.10.2006

En 1978, l’Iran rayonne, il a l’une des plus puissantes armées de la région, au moment où le Shah parle, on sous-entend dans les commentaires du documentaire que vous allez regarder, que cette armée est sans justification et que le rôle de Gendarme du Golfe Persique est aussi sans justification.



A peine deux ans plus tard, Saddam a profité du démantèlement de cette puissante armée pour prendre le contrôle du Golfe Persique et un monde déjà incrédule l’y aidait. Quelques mois plutôt, l’armée rouge avait envahi l’Afghanistan, le voisin persanophone, ancien territoire iranien. Si le Shah était resté au pouvoir jamais l’Afghanistan n’aurait été envahi, déchiré et livré aux intégristes.

En 1978, le Shah parle de la société iranienne, des 15 millions de jeunes prêts à dévorer à belles dents les années de réussite d’un Iran modernisé qui peut rêver de rivaliser avec les pays Européens.

En 1978, le Shah aide son ami Sadate à entrer dans l’histoire en franchissant la distance qui le sépare d’Israël, en rêvant d’un Moyen-Orient uni qui pourrait conjuguer les richesses de tous ses peuples…

En 1978, le Shah se sait condamné par un cancer mortel et dit ne disposer que de peu de temps. On l’imaginait immortel, on le comparait à un fauve qui voulait régner ad vitam eternam, il travaillait comme un forcené pour laisser à son fils un pays débarrassé de ses fantômes : cette répression dont on parle, sans préciser que ses supposées victimes étaient les fascistes islamistes et des émules des brigades rouges. Ils étaient ligués ensemble, les uns alimentés par Moscou, les autres conjointement par Moscou et Washington, pour éliminer un pays ambitieux et un monarque qui se permettait de critiquer le néo-colonialisme des occidentaux.

Si les prévisions du Shah avaient été justes, en 1981, le pays aurait pris son essor. Les premières centrales nucléaires auraient fourni de l’électricité, permettant de réserver le pétrole à la pétrochimie. L’Iran équipé de la plus grande raffinerie du monde aurait enfin réussi à concrétiser les efforts et les investissements pour se doter de centres de recherches. Les centres touristiques de l’île de Kish auraient été achevés, transformant ce lieu en un Monaco Iranien, drainant vers l’Iran les riches touristes du Golfe Persique, faisant de l’Iran un objectif touristique important. Les tentes des fêtes du 2500e anniversaire de la monarchie auraient été reconverties en Musée de Persépolis. La Caspienne aurait pu damer le pion à d’autres destinations balnéaires offrant aux touristes la joie de faire dans la même journée et à quelques heures d’intervalle, du ski nautique sur la Caspienne puis une descente aux flambeaux à Dizin.

Il est particulièrement pénible de penser à tout ce que l’Iran et les iraniens auraient pu réaliser de 1978 à 2006, mais il est aisé d’imaginer ce qui n’aurait pas pu arriver : La création du Hezbollah, du Hamas, les attentats, les égorgements, la guerre entre l’Irak et l’Iran, ses millions d’estropiés et de morts-vivants, l’invasion de l’Afghanistan, la dernière invasion de l’Irak, la rétrogradation de la condition féminine en Iran, en Irak et en Afghanistan…

Hier, le 26 octobre c’était l’anniversaire du Shah, il aurait eu 87 ans. Il ne les aurait jamais eu de toutes les façons... et peut être à sa mort, certains auraient mis en doute son bilan, mais l’histoire lui a donné raison et chaque 26 octobre, les Iraniens lui disent « bon anniversaire, votre majesté ».
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

IMG/flv/Chah_interview_niavaran.flv

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
| Recherche Par Mots Clefs : Mohammad-Reza Shah (le shah) |

| Mots Clefs | Pays : Egypte |