Accueil du site > News > Décodages : L’Iran ne possède pas de missiles furtifs



Décodages : L'Iran ne possède pas de missiles furtifs
03.04.2006

Nous vous devons des excuses. Nous nous étions fait l’écho de la nouvelle selon laquelle le régime de Téhéran avait testé un nouveau super missile, en reprenant la dépêche AFP qui ne faisait que relater des faits annoncés par les officiels iraniens eux-mêmes. Nous avions quelques doutes et après enquête nous allons vous expliquer les dessous d’un mensonge, un de plus sorti tout droit de l’Institut des Etudes Stratégiques fondé par Saïd Hajarian.



Revenons un peu en arrière, la république islamique devait tout d’abord frapper un grand coup en inaugurant sa Bourse des matières pétrolières entièrement libellée en Euro (€) pour déstabiliser le marché qui serait entre les mains de la toute-puissante Amérique (baptisée pour l’occasion « l’Arrogance Mondiale »). Ce qui était prévu depuis longue date pour le 26 Mars n’a pas eu lieu et de Bourse en € en Iran, il n’y a pas plus de nouvelles que de beurre en branche !

Le délai des 30 jours donné aux mollahs pour stopper leurs activités nucléaires a modifié la donne. Désormais, le régime doit céder ou subir les conséquences de ses décisions aventureuses et inconsidérées. Les menaces de sanctions se précisent et si les sanctions s’abattent sur l’économie iranienne, il se passera peu de temps avant que la situation ne devienne explosive : les miliciens grassement payés commenceront à déserter dès que leurs rétributions annexées sur les revenus pétroliers diminueront. Le régime sera alors sans défense et très vulnérable.

Dans ces conditions, le régime doit marquer un coup décisif et faire peur aux occidentaux afin qu’ils reconsidèrent l’application de ces sanctions économiques. Le régime des mollahs doit pouvoir leur faire croire qu’il a les moyens de passer à l’attaque contre les intérêts américains et français à la fois dans le Golfe Persique, mais aussi sur leurs territoires sans que ces derniers puissent riposter !

La suite logique de ce raisonnement est la suprématie militaire. Le régime des mollahs a besoin de se mesurer aux plus grands. L’annonce faite par le régime des mollahs est fausse car les images montrées par la télévision iranienne sont en contradiction avec les caractéristiques du missile annoncé.

Missile FAJR 3. Sur les images de la Télévision iranienne, nous avons vu une fusée de dimension imposante , un BM-25 ou un R-17 qui sont des missiles de croisière de moyenne ou longue portée à têtes multiples.

Les images sont floues et l’on peut difficilement distinguer s’il s’agit toujours d’un No dong Nord Coréen rebaptisé Shahab3 [1] ou d’un BM-25, rebaptisé Shahab-6, mais une chose est sûre et certaine, il ne peut en aucun cas s’agir d’un missile indétectable ou furtif (Stealth missile).

- Nous avions omis de lire attentivement la dépêche de l’AFP tant nous sommes échaudés par le manque de professionnalisme des correspondants de cette agence en Iran. Nous nous étions basés sur les images de la télévision iranienne, où l’on voyait le vieux missile soviétique de l’ère jurassique.

L’annonce faite par l’AFP a fait le tour du monde, mais n’a pas été spécialement reprise par la suite, sauf par les moudjahiddins du peuple qui veulent se faire passer pour les seuls capables d’arrêter ce genre de projet. Et si l’annonce n’a pas été reprise par les milieux spécialisés, c’est-à-dire par les agences stratégiques ou les études militaires, c’est aussi que la « furtivité de l’engin » laisse perplexe.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
Les missiles FURTIFs sont spécifiquement largués depuis les airs ou la mer et non depuis la terre où ils sont beaucoup trop détectables et vulnérables. Le missile furtif est doté de petites ailes et d’un réacteur et une fois lancé depuis un navire, un submersible ou un avion cargo, il est guidé par l’intermédiaire d’un réseau de satellite. Or l’Iran n’en possède pas.

Le second point suspect est l’aspect extraordinaire des performances du missile à turban. Il est tout simplement plus performant que le dernier modèle des Missiles Cruise, le summum des missiles furtifs.

Le dernier Cruise (croisière) a une portée de l’ordre de 3500 km : celui des mollahs a une portée supérieure à 5000 km ! Le missile des mollahs est un objet de rêve qui cumule les qualités techniques du missile français M45 et du AGM-129A Advenced Cruise.

Cependant, le M45 qui n’est pas à proprement parlé un missile spécifiquement furtif (il a une furtivité améliorée), est lancé depuis un SNLE ou sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SLBM : Submarine-launched ballistic missile). L’Iran dispose de vieux submersibles patrouilleurs à moteur diesel qui sont pratiquement hors d’usage (lien)).

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
Le missile furtif des mollahs a la portée mythique du M45 (6000 km) et la furtivité extraordinaire du AGM-129A Advenced Cruise. En fait, il est l’arme absolue pour battre la France et sa dissuasion sophistiqué de l’Ultime Avertissement (lien) ou l’Amérique et sa suprématie des airs avec ses avions et missiles furtifs.

Le problème est que cette arme absolue n’existe pas encore. Si elle existe, le régime des mollahs n’a pas la plateforme de lancement qui convient à ce genre d’engin ou le système de guidage par satellite pour atteindre les cibles et les détruire.


© WWW.IRAN-RESIST.ORG
Il s’agit d’une guerre psychologique qui n’impressionne hélas que les mollahs eux-mêmes. D’ailleurs, on sent de la précipitation dans la préparation de la rumeur. La télévision iranienne passe en boucle des images des vieux Nodong et un milicien barbu récite les caractéristiques d’un (super) Cruise Amélioré [2]. C’est donc bien une fois de plus une opération de désinformation organisée par le régime des mollahs.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

| Mots Clefs | Institutions : Puissance militaire des mollahs |

| Mots Clefs | Institutions : Réussite Technologique de la Révolution |

[1] Les services de renseignement américains et sud-coréens étaient certains d’avoir repéré, en mai 2003, une demi-douzaine de vols d’avions cargo IL-76 iraniens reliant la Corée du nord à l’Iran, via la Chine et l’Asie centrale. Ces appareils auraient transporté des containers contenant très probablement des missiles nord-coréens NO DONG démontés, de 1 300 km de portée, destiné à l’Iran. Au milieu de juin 2003, cinq personnes ont été arrêtées au Japon, dans le cadre d’une autre affaire d’exportation illégale d’équipements missiles vers l’Iran.

[2] Il existe des variantes chinoises et russes du Cruise, mais leurs portées sont inférieures à l’originale et ne dépassent rarement les 550 km.