Accueil du site > News > Il y a 25 ans les derniers otages américains étaient libérés en (...)



Il y a 25 ans les derniers otages américains étaient libérés en Iran
23.01.2006

Il y a 25 ans aujourd’hui, 52 otages américains étaient enfin libres après une captivité de 444 jours en Iran, une aventure historique dans laquelle le Canada a joué un rôle majeur.



L’annonce de leur liberté a été faite par le président américain de l’époque, Ronald Reagan, à peine 8 minutes après son assermentation, le 20 janvier 1981.

Le récit officiel | Le 4 novembre 1979, en fin de matinée quelque 400 « étudiants islamiques » (les futurs réformateurs de Khatami) prennent d’assaut l’ambassade américaine à Téhéran. Le corps des marines présent sur place les retient pendant à peu prés deux heures, pendant que le personnel de l’ambassade détruit les documents sensibles. Lorsque les « étudiants (Talabé/Talibans) » voient de la fumée s’échapper des bâtiments de l’ambassade, ils forcent le passage et prennent 63 personnes en otages, auxquelles s’ajouteront trois autres, capturées au ministère des affaires étrangères !

Le récit officiel, suite | Les mollahs réclament que les États-Unis leur livrent le Chah en échange de la libération d’otages. Carter décide d’accéder à leurs demandes, mais l’opération échoue et le Chah arrive à regagner l’Egypte. L’affaire des otages traîne en longueur. Les mollahs refusent de libérer les otages. Carter applique immédiatement des pressions d’ordre économique et diplomatique a l’égard de l’Iran : les importations de pétrole iranien sont stoppées le 12 novembre, un grand nombre de ressortissants iraniens sont expulsés des États-Unis et d’importants fonds iraniens épargnés dans les banques américaines sont gelés.

Peu aprés, la Maison Blanche décide l’envoi d’un commando pour secourir les otages, mais les deux hélicopters transportant le commando se percutent et tombent dans le désert, dans des circonstances encore non élucidées.

Fin 1980, aprés la défaite de Carter aux élections au profit de Ronald Reagan et le début de la guerre Iran-Irak, la voie de la négociation semble préférée. Les États-Unis font appel a un diplomate algérien, Abdulkarim Ghuraib, afin de mener a bien ces négociations.

Finalement, la libération des otages est décidée en échange du dégel des fonds iraniens et de la promesse qu’aucune poursuite judiciaire ne sera lancée contre les autorités iraniennes. Les otages sont libérés le 20 janvier 1981.

La « révolution islamique iranienne » est l’œuvre de Zbigniew Brzezinski, conseiller de Jimmy Carter et père de la théorie Ceinture Verte. L’ambassade américaine à Téhéran contenait des dossiers dont un certain nombre sur les mollahs, « cette révolution » et l’aide américaine.

Brzezinski n’a pas compris le revirement de Khomeiny. Si l’extradition du Roi avait réussi, l’évènement aurait pu sceller une nouvelle amitié entre les USA et « cette révolution officiellement anti-américaine ». La demande de l’extradition du Roi n’était qu’une excuse et il n’est pas certain que cette extradition aurait provoqué le résultat attendu par Brzezinski.

Khomeiny, qui était également proche des services soviétiques rencontrés pendant son exil en Irak, savait qu’il pourrait compter de toute façon sur les camarades du nord. En mollah rusé, il savait également que ses nouveaux amis américains du parti « Democrat » avaient réellement besoin de lui et qu’ils viendraient lui manger dans la main et accepter ses conditions.

Khomeiny, qui était un perfectionniste dans son genre, décida alors d’éliminer également toutes les preuves qu’il y avait dans les coffres de l’ambassade américaine à Téhéran contre lui-même et sa clique. Les étudiants islamistes, les gauchistes et les Moudjahiddines, « les républicains nationalistes », bref tous ceux, qui avaient aussi bénéficié des largesses de l’équipe Brzezinski-Carter, n’ont émis aucune protestation et ont approuvé le coup. Les Russes ont dû avoir accès à des dossiers américains les concernant.

Officiellement, l’affaire est présentée autrement :
- La République Islamique s’est emparée du « repaire des espions !

WWW.IRAN-RESIST.ORG

Vous avez sur ce site un moteur de recherche qui vous permet de retrouver des articles antécédents. Au cas où votre demande concernerait un sujet précis, vous pouvez nous écrire. Notre équipe vous aidera dans votre recherche.

Bonne lecture et à très bientôt.